Vampyria tome 1 : La cour des ténèbres
Par titre

Vampyria tome 1 : La cour des ténèbres

Merci à la Collection R pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve avec la chronique d’un roman glaçant, idéal pour Halloween : Vampyria tome 1 : La cour des ténèbres, de Victor Dixen.

Vampyria est un roman que j’avais à la fois hâte et peur de lire. Hâte parce que Victor Dixen fait partie de mes auteurs favoris et qu’il ne m’a jamais déçue, et peur parce que si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que les romans du type horreur/thriller je n’aime vraiment pas.

Verdict ? Si ce n’est pas un coup de cœur justement à cause de son genre, le style de l’auteur est toujours aussi addictif et cette histoire est absolument fascinante !

Au fait, on me dit dans l’oreillette que j’ai interviewé Victor Dixen et que tu peux retrouver l’article ici !

Le résumé

« Tu vas t’épanouir à Versailles telle une fleur exotique. Les vampyres du palais raffolent de tout ce qui sort de l’ordinaire. Mais attention : la Cour des Ténèbres a ses codes, ses pièges mortels, et le moindre faux pas s’y paye au prix du sang… »

En l’an de grâce 1715, le Roy-Soleil s’est transmuté en vampyre pour devenir le Roy des Ténèbres. Depuis, il règne en despote absolu sur la Vampyria : une vaste coalition à jamais figée dans un âge sombre, rassemblant la France et ses royaumes vassaux. Un joug de fer est imposé au peuple, maintenu dans la terreur et littéralement saigné pour nourrir l’aristocratie vampyrique.

Trois siècles plus tard, Jeanne est arrachée à sa famille de roturiers et catapultée à l’école formant les jeunes nobles avant leur entrée à la Cour. Entre les intrigues des morts-vivants du palais, les trahisons des autres élèves et les abominations grouillant sous les ors de Versailles, combien de temps Jeanne survivra-t-elle ?

~ Retour sur cette lecture ~

De l’horreur et du gore

Jeunes lecteurs et âmes sensibles s’abstenir. Vampyria est un festival de têtes et membres coupés, créatures horrifiques et autres joyeusetés du même genre.

J’avoue qu’il m’est arrivé de lire certains paragraphes en diagonale et que les descriptions parfois un peu poussées des horreurs de la cour m’ont retourné l’estomac. Victor Dixen nous fait parfaitement ressentir l’atrocité et la noirceur de ce Versailles horrifique qu’il a créé. Si vous appréciez les romans qui font frissonner, ou que vous cherchez une lecture idéale pour Halloween, vous êtes exactement au bon endroit : Vampyria est le roman parfait pour la saison !

Une héroïne motivée par la vengeance

Vous découvrirez que le « arrachée à sa famille » du résumé est un euphémisme, mais je n’en dis pas plus par souci de ne pas vous spoiler.

En tout cas, Jeanne est surtout motivée par la vengeance, une vengeance très personnelle mais qui la pousse à rejoindre une cause importante. Chacun de ses gestes est calculé dans cette direction. Si on ne peut que compatir (car on vit avec elle la situation qui la pousse à vouloir se venger), la vengeance en question vire à l’obsession morbide au point que Jeanne en oublie de vivre.

On peut comprendre pourquoi elle manipule son entourage, du moins au début, mais par la suite elle se montre vraiment horrible avec des personnes qui ne souhaitent que son bien et elle a peu à peu perdu mon respect (mais l’a néanmoins regagné avec la fin spectaculaire du roman !).

Vampyria tome 1 : La cour des ténèbres

L’école de la cour

Jeanne découvre un autre monde aux Ecuries… La jeune noblesse semble vivre dans un autre univers tant elle est déconnectée des réalités du peuple. La moitié aspire à rejoindre la cour et devenir immortel alors que l’autre les craint ou hait secrètement.

J’ai adoré ce lieu avec son ambiance et ses cours particulier (il y a moyen d’ajouter le cours de Mme Chantilly à mon cursus ?) mais aussi la compétition féroce et addictive qui oppose les élèves.

De la culture historique

Comme il a glissé de la philosophie dans Cogito ou de la poésie dans Extincta, Victor Dixen mêle l’histoire à Vampyria.

Le système médical sous le Roy de ténèbres est très fidèle à celui de l’époque par exemple avec la théorie des humeurs (héritage de l’antiquité redécouvert à la renaissance et très important à l’époque, c’est elle qui expliquait pourquoi nos ancêtres croyaient se soigner grâce aux saignées).

Dans son uchronie, l’auteur mélange des découvertes récentes à son récit en les intégrant de façon à garder de la cohérence avec son postulat (le même système politique depuis 300 ans). On sent le travail et la recherche derrière ce roman !

En conclusion

Un roman effrayant qui ouvre une saga prometteuse et qui plaira aux amateurs de thriller et d’horreur. Idéal pour Halloween, Vamyria vous transportera au sein d’un monde atroce fait de sang et de noirceur ou une héroïne se bat pour faire justice et survivre…

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Vous pouvez aussi retrouver ma chronique de Phobos du même auteur !

Signature

2 commentaires

  • Parlons fiction

    J’aime beaucoup les vampires et les histoires d’horreur. Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir la plume de Victor Dixen, dont j’entends beaucoup parler, donc ce livre serait pour moi la parfaite occasion. J’espère que j’apprécierai autant que toi ! Dans tous les cas, tu m’as bien donné envie de le découvrir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.