Vampyria tome 3 : La cour des ouragans
Non classé

Vampyria tome 3 : La cour des ouragans

Merci à la Collection R pour l’envoi de ce roman

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique du roman qui conclut la première trilogie de Vampyria de Victor Dixen : La cour des ouragans.

« À la Cour des Ouragans, les navires se fracassent et les cœurs se brisent. »

Victor Dixen, Vampyria T3

Ce troisième tome est sans aucun doute un coup de cœur, et mon préféré de la saga jusqu’ici. J’ai aimé les décors, les actions, les plot twists, l’aventure… On sent que l’univers et les personnages sont à l’apogée de leur potentiel, on a enfin des réponses à certaines questions que l’on se posait depuis le tome 1.

Je l’ai trouvé plus intense que les deux précédents, et l’horreur s’incarne très différemment ici. Les créatures qui peuplent l’univers sont bien sûr toujours aussi terribles et mortelles et les vampires toujours aussi cruels, mais il est moins question de têtes coupées et davantage de tortures plus élaborées.

L’intrigue elle-même m’a semblée plus tortueuse, plus complexe, moins prévisible. Je me suis laissée surprendre plus d’une fois par le roman, à mon plus grand plaisir. En bref, une excellente lecture coup de cœur qui fait que je recommanderai la première trilogie de Vampyria sans hésiter !

ATTENTION : cette chronique contient des spoilers sur le roman dont il est question ainsi que les deux tomes précédents

Pour retrouver les chroniques des deux tomes précédents :

Le résumé

Un océan à feu et à sang.

Le commerce avec les Amériques, qui depuis des siècles assure la richesse de la vieille Europe Vampyrique, est menacé par des hordes de pirates. Le plus sinistre d’entre eux, le capitaine Pâle Phœbus, sème un vent de terreur sur toute la côte atlantique. Louis XIV l’Immuable ordonne à sa protégée Diane d’épouser ce flibustier sanguinaire afin d’en faire un corsaire à la solde de la France.

Un cœur à la dérive.

Diane se nomme en réalité Jeanne : c’est une roturière qui sert secrètement la Fronde. L’organisation rebelle lui demande elle aussi de séduire Pâle Phœbus, mais pour l’enrôler dans la lutte contre le joug des vampyres.

Quelle que soit l’issue, le destin de la jeune fille ne lui appartient plus.

Est-elle Diane ? Est-elle Jeanne ? À moins que les ouragans n’emportent tous ses masques, pour révéler un terrifiant visage qu’elle n’a jamais osé regarder en face…

~ Retour sur cette lecture ~

Un début intense

Après un bref résumé des tomes précédents (ce qui est toujours appréciable), Victor Dixen nous plonge directement au cœur de l’action alors que Jeanne… Hum, pardon, Diane et ses collègues assistent au retour peu victorieux d’un capitaine s’étant fait piller le butin qu’il devait ramener des Antilles.

S’ensuit une débâcle alors que l’équipage tente de fuir, qui se solde par un raté de Diane (trahie par son empathie) et sur l’annonce de son mariage à venir avec le pirate responsable du vol du trésor, sur ordre direct du roi.

J’ai aimé le fait qu’on soit immédiatement plongés dans l’action, et que ce qui est annoncé dans le résumé soit révélé rapidement dans le récit : à partir de là, on ne savait plus à quoi s’attendre et ça rendait le récit encore plus intéressant !

La perfide cousine

L’arrivée surprise de Prudence au port de Nantes, juste avant le départ de Diane et de son bateau pour les Antilles, m’a juste totalement prise au dépourvu. A l’image de notre héroïne, je pensais que Diane (la vraie) n’avait plus de famille, ou en tout cas trop lointaine pour pouvoir la démasquer.

Cette nouvelle venue a le mérite d’apporter un peu de piment au début de la traversée, alors que Jeanne craint d’être démasquée. Puis Prudence se montre naïve… Pour mieux abattre ses cartes plus tard ! J’avoue ne pas avoir été très surprise que la cousine ne se soit pas laissée berner (après tout, il est dit plus d’une fois que Jeanne ne ressemble pas du tout à Diane) mais j’ai adoré le suspense et l’action que cela apporte au roman.

Une compétition extravagante

Lorsque Jeanne rencontre enfin Phœbus, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre… Mais certainement pas à une compétition digne de La Sélection, en version sanglante. En tout cas je me suis laissée porter par cette idée aussi décalée que réussie qui témoigne de la folie du pirate.Il faut dire que Jeanne fait preuve d’originalité à chaque manche, et ce malgré le fait qu’elle devient peu à peu toxico, complètement addict à la morphine.

Cette partie du roman était à la foi pleine de rebondissements et un peu frustrante, car on avait envie de voir ce qui allait venir après. Je n’ai jamais douté du fait que Jeanne mettrait la main sur le Corazon de la Tierra mais j’étais curieuse de voir comment, et surtout ce qu’il se passerait une fois qu’elle serait entrée en sa possession.

Ce suspens fait du roman un page-turner addictif qu’on ne parvient pas à lâcher. Et quand enfin la compétition se termine, quelles surprises ! Entre la révélation du double-jeu de Prudence, Hyacinthe qui démasque Cléante, Phœbus qui est d’humeur changeante et la déclaration d’amour de Sterling, tout s’enchaîne à toute vitesse !

Le masque tombe

Sous l’effet de la panique, Jeanne révèle sa véritable identité à Sterling et Zacharie. Je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’elle se démasque de cette façon (c’est quand même peu glorieux) mais je suis contente du résultat, et de ce que ça implique dans ses relations avec Sterling et l’autre écuyer. Leur réactions sont plutôt normales et l’évolution de leur réflexion, alors qu’ils sont coincés dans l’antre des syrènes, est aussi réaliste.

Vampyria tome 3 : La cour des ouragans

La romance improbable

Je n’aurais certainement pas parié sur une romance entre Jeanne et Sterling. Je me doutais que l’étrange lord anglais prendrait de l’importance, mais pas de cette façon ! J’avoue qu’au début j’ai eu un peu de mal à voir d’où elle sortait, puis avec l’évolution du récit j’ai commencé à y adhérer jusqu’à les shipper moi aussi. La magie de la plume de Victor Dixen, c’est quelque chose.

Une fin en feu d’artifice

Les 100 dernières pages du roman sont intenses, pleines des révélations que l’on attendait depuis le premier tome et d’action et de plot-twists comme on les aime. Il y a tellement à dire !

Tout d’abord Madame M (j’étais sûre à 10000% que c’était Madame de Maintenon, ma colloc’ a sursauté quand j’en suis arrivée au passage où elle l’avouait et que j’ai crié « JE LE SAVAIS »). Elle apporte à la fois des réponses sur les origines de Phœbus et celles de Jeanne, ainsi qu’une véritable solution au problème des Ténèbres. Ce personnage clé improbable du roman m’a beaucoup plu !

Ensuite, il y a ce moment étrange où Jeanne et Phœbus se retrouvent entre les deux mondes parallèles, le nôtre et le leur. Il est à la fois confus et bien pensé, j’ai aimé voir le tirage de tarot apparaître à nouveau à ce moment-là, surtout qu’on pouvait enfin le comprendre. La résolution du mystère est à la fois simple et satisfaisante, et ouvre plein de nouvelles possibilités pour les 9 tomes restants de Vampyria.

Et la fin… Elle est si parfaite ! Jeanne de retour au combat, épaulée par Sterling, Zacharie et Poppy en fuite et prêts à aider la fronde. Et Rafael, dont on a aucune nouvelle mais que l’on va vite retrouver puisque la trilogie suivante sera centrée sur lui. Une fin douce-amère comme je les aime qui conclut à merveille cette première trilogie !

En conclusion

Un roman excellent, clairement au-dessus des deux tomes précédents. Suspens, actions et complots sont au rendez-vous et la nouvelle romance qui apparaît n’est pas non plus pour me déplaire. Un sans-faute pour ce troisième tome et j’ai maintenant hâte de lire l’histoire de Rafael !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.