La passeuse de mots
Par titre

La passeuse de mots

Merci aux éditions hachettes et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce titre

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique de la sortie la plus attendue de l’année chez Hachette roman : La passeuse de mots d’Alric et Jennifer Twice.

Ce roman nous a été vanté comme le digne successeur de La ville sans vent et l’arrache mots qui ont tous deux été de véritables coups de cœurs, je l’attendais donc au tournant.

Malheureusement, pour quelques raisons sur lesquelles je vais revenir dans cette chronique, La passeuse de mots n’est pas le coup de cœur que j’espérais. Le premier tome de cette nouvelle saga fantasy aura été une bonne lecture, mais sans plus.

Le résumé

Dans le royaume de Hélios, les mots ont un pouvoir. Celui de créer, d’équilibrer, puis de détruire le monde. Lorsqu’on les prononce, aucun retour en arrière n’est possible.

Arya, une jeune fille de la capitale, est passionnée de livres. Elle en dévore chaque mot. Mais elle est loin de se douter qu’elle est la clé pour sauver son royaume, le seul qui ait restreint l’utilisation de la magie grâce à un traité. Un traité qui ne plaît pas aux rebelles, prêts à tout pour l’éradiquer.

À l’aube des changements qui s’annoncent, les Mots se réveillent pour établir l’ordre dans le chaos, la vérité dans l’illusion.

Ils attendent leur Appel. Celui de la Passeuse de Mots.

~ Retour sur cette lecture ~

Les trois points qui m’ont éloignée du coup de cœur

A peu près au quart du roman (qui se trouve tout de même être une jolie brique de 736 pages), je n’arrivais toujours pas à rentrer dans le récit, mais j’ai mis un moment à en identifier les raisons. Il y en a donc 3, et je vous rappelle qu’il s’agit de raisons tout à fait subjectives qui ne concernent que moi, je vous encourage comme toujours à vous faire votre propre avis !

L’héroïne

Arya évolue bien sûr dans le roman mais… qu’est-ce qu’elle est naïve ! Je n’ai pas de « type » d’héroïne particulier et ça ne me dérange généralement pas lorsqu’elles ne sont pas badass, mais j’ai eu du mal avec Arya.

En partie parce que je la comprenais : contrairement à la plupart des héros, elle a grandi dans un foyer aimant et n’avait certainement pas envie de le quitter au profit d’une aventure mortelle.

Mais au bout de plusieurs chapitres à pleurer son passé et se plaindre, j’avais juste envie de la secouer un bon coup. Le déclic finit par arriver, heureusement, mais il est arrivé trop tard à mon goût.

La multiplicité des décors

Le fil directeur est clair : parcourir l’univers pour trouver les Mots. L’univers en question est fascinant mais j’ai été très déstabilisée par les changements d’ambiance. Entre le cambriolage d’une banque très Gringotts, un tour sous une montagne à l’ambiance dark façon Vampyria, un navire très Shades of Magic et une fin dans un lieu qui nous rappelle Atlantide, on ne sait pas vraiment où donner de la tête. J’aurais préféré qu’on s’arrête dans une seule de ces ambiances et qu’on l’explore davantage.

L’aspect introductif

Malgré un premier tome long, certaines parts du récit ne sont qu’introduites. Je pense notamment au personnage de Kilian (fascinant, on en veut plus !) qu’Arya n’arrive pas à percer à jour, ce qui nous laisse un peu sur notre faim. De la même façon, les autres sidekicks de notre héroïne (Alric et le général) sont intéressants mais j’aurais aimé entrevoir davantage de leur passé.

Après, tout cela reste à nuancer par le fait qu’il s’agit du premier tome d’une saga et il n’est donc pas étonnant qu’il reste introductif !

Ce que j’ai préféré

Le world building

Comme je le disais plus haut, au-delà de la multiplication des ambiances j’ai adoré l’univers construit par les auteurs. J’aurais aimé en savoir plus sur le traité et son fonctionnement, ainsi que découvrir les secrets de ce monde où de nombreux éléments sont nommés par rapport à la mythologie grecque.

La fin

En fait, quand je dis « la fin » je pense à un bon tiers du roman. A partir du moment où Arya et ses compagnons prennent la mer sur un vaisseau pirate, j’ai été incapable de lâcher le roman. L’intrigue me parlait plus, l’ambiance était plus lumineuse mais toujours aussi magique et les aventures bien plus palpitantes.

Arya devient aussi plus mature, Kilian commence à se livrer et on a ces décors idylliques qui font leur apparition…. En fait, tout c’avec quoi j’avais du mal au début du roman avait disparu. Je l’ai donc terminé d’une seule traite.

En conclusion

Un bon roman de fantasy qui s’il n’a malheureusement pas été un coup de cœur pour moi saura peut-être vous séduire. Je suis curieuse de voir comment cette saga va évoluer !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.