Gardiens des Cités Perdues tome 6 : Nocturna
Par titre

Gardiens des cités perdues tome 6 : Nocturna

Hello ! J’espère que cette chronique du sixième tome de la saga Gardiens des Cités Perdues vous plaira et vous convaincra comme moi qu’il s’agit de l’un des meilleurs tomes de la saga.

Cet article contient des spoilers sur les tomes précédents de la saga, ainsi que SUR CE TOME. Pour retrouver les chroniques des tomes précédents :

Et on commence par le résumé :

« Sophie Foster est en difficulté. Le deuil. L’incertitude. Mais elle sait une chose: elle ne perdra pas.

Les Invisibles ont pour l’instant gagné – mais la bataille est loin d’être terminée. Il est temps de changer de tactique, de faire des sacrifices. De réexaminer tout. Peut-être même le temps pour Sophie de faire confiance à ses ennemis.

Tous les sentiers conduisent à Nightfall – une porte sinistre à un endroit encore plus sinistre – et Sophie et ses amis doivent résoudre une affaire dangereuse pour y arriver. Mais rien ne peut les préparer à ce qu’ils y découvriront. Les problèmes auxquels ils sont confrontés les ramènent à leur histoire. Et à cours de temps, Sophie et ses alliés doivent unir leurs forces comme ils n’ont jamais auparavant.

Sophie doit découvrir la vérité à propos de l’insidieux passé des Cités Perdues, avant que l’histoire se répète. »

Gardiens des cités perdues 6 : Nocturna

Pourquoi ce tome est vraiment top ?

Le quadrilatère que Sopie s’obstine à appeler triangle daigne enfin évoluer

Sophie mûrit réellement dans ce tome, notamment par rapport à sa relation avec Dex, Fitz et Keefe. Bon, ok, essentiellement parce que Dex met les pieds dans le plat.

En tout cas j’ai trouvé la scène de « confrontation » entre Sophie et Dex particulièrement bien pensée. Ça fait plaisir de voir le technopathe s’affirmer, même si il en ressort inévitablement le cœur brisé.

« – Puisque vous aimez la franchise, poursuivit Ro en le suivant au chevet de Keefe, sachez aussi que ça pue chez vous. Tout empeste…

– L’air pur ? hasarda Sophie.

– Oh, ma fifille se montre de plus en plus incisive ! dit Keefe avec fierté.

– Déjà, tu ne m’appelles pas comme ça, aboya l’intéressée. Et ensuite, ne va pas croire que je t’aie pardonné !

– Oh, une querelle d’amoureux ! s’exclama la princesse ogre en tapant des mains. J’adore ! Vous avez de quoi grignoter ? Je sens qu’il va y avoir du spectacle… Du pop-corn ou un truc du genre serait parfait !

– Tu n’y es pas du tout ! protesta Sophie. On est juste… peu importe.

Ro sourit de toutes ses dents pointues.

– Si tu le dis. »

Shannon Messenger, Gardiens des cités perdues T6

Côté Fitz, ils sont toujours clairement amoureux l’un de l’autre et il n’y a toujours aucune évolution. Par contre, Keefe lui aussi a de nombreux passages avec Sophie. Même si il se rate au début en tentant de la protéger et finit blessé, il fait un retour triomphant plus loin dans ce tome et est prêt à tout pour aider son amie. On retient surtout les deux dessins qu’il réalise pour elle (trop chou !) qui ont d’ailleurs été réalisés pour la promotion du livre :

Les elfes découvrent enfin la notion de tolérance

Amy, la petite sœur de Sophie, s’installe en Atlantide pendant que les elfes cherchent à retrouver ses parents. Ce qui force les efles à faire preuve de tolérance et même de sympathie envers les humains qu’ils ont tendance à mépriser. La réaction du conseiller Bronte, l’irrascible ancien, est sans doute la plus innatendue. En effet, ce dernier se montre ravi

Gardiens des cités perdues T6 : Livy

Artiste : @dara.draws

Pour croiser Livy…

Ou Médoc si vous préférez. Le médecin du Cygne Noir m’avait déjà fait forte impression dans le quatrième tome et j’ai adoré en savoir plus sur elle et son histoire. Son caractère bien trempé en fait un personnage sympathique, tout comme son empathie qui la pousse à veiller sur Amy.

… et Rhomilda

La garde du corps attitrée de Keefe est pour le moins spéciale. Déjà, c’est une princesse. Ensuite, elle ne supporte pas les paillettes (dur quand on vit chez les elfes). En tout cas cette nouvelle protagoniste qui n’a pas la langue dans sa poche est elle aussi une très belle rencontre.

Marella is back

Marella, c’est un peu le personnage optionnel qui a tout de même accueilli Sophie à bras ouvert à son arrivée à Foxfire mais que la télépathe oublie très régulièrement. La demoiselle ayant elle aussi un fort caractère, elle réussit à forcer la main à Forkle pour qu’il l’aide à déclencher un talent.

C’est plutôt sympa qu’il y ait finalement une pyrokinésite dans la bande et j’aimerais bien que Shannon Messenger exploite encore davantage ce personnage dans les tomes à venir !

Pour découvrir des enjeux bien plus importants qu’avant

Petit à petit, le groupe fait des découvertes jusqu’à arriver à une conclusion affreuse : Nocturna, le lieu où, sont retenus les parents de Sophie, est un laboratoire. Pire : il a pour vocation d’être le lieu d’expériences sur les humains, menées par la cruelle Véspéra, ayant pour but de comprendre la cruauté dont ils peuvent faire preuve…

A cause des plot twists

Parce qu’on parle de Gardiens des Cités Perdues, il y a évidemment de nombreux plot twists. Autour des Invisibles notamment, mais surtout du Cygne Noir. Découvrir qu’il y avait deux Monsieur Forkle était un vrai choc, tout comme comprendre l’existence du Grand Brasier ou croiser les Apyrodons.

La guérison de Fintan, à l’opposé, est une sorte d’anti plot-twist. On attend des révélations cruciales et des réponses et… rien ! C’est un point qui je dois dire m’a un peu déçue dans ce roman.

Gardiens des cités perdues 6 : Nocturna

En conclusion

Un sixième tome concentré et explosif qui nous emporte dans une enquête fabuleuse et auquel on pardonne sans hésitation ses quelques défauts. Un énorme coup de cœur !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.