Alec Lightwood from The Mortal Instruments
Par titre

5 raisons de lire The Mortal Instruments – La cité des Ténèbres

The Mortal Instruments est la première série écrite par Cassandra Clare sur le monde des chasseurs d’ombres. On y suit les aventures de Clary, une jeune fille rousse qui n’a pas froid aux yeux.

La première fois que j’ai lu le résumé, il ne m’a vraiment pas attirée. Je ne voyais pas ce que pouvait être ce livre. Je me permets donc une petite correction personnelle (et sans spoilers) du résumé :

Clary n’en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée un imbécile imbu de lui-même commettre un meurtre se débarrasser d’une créature dangereuse. Et, détail terrifiant : le corps de la victime a disparu d’un seul coup ! Ah, et aussi, elle est la seule à voir l’action. Et il y a des dingues couverts de tatouages qui sont rentrés en boîte en étant armés jusqu’aux dents. J’ai précisé qu’ils ont aussi failli s’en prendre à Clary ? Mais c’est vrai que la disparition du corps, c’est le plus choquant. (Ironie)

Mais le pire reste à venir… Sa mère a été kidnappée par d’étranges créatures communément appelées « humains » et l’appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible en fait totalement visible pour elle entre d’antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d’ombres… Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Donc TMI (The Mortal Instruments) raconte donc l’histoire de Clary, déclinée en six tomes. Ici je vais me concentrer sur le premier uniquement : La cité des ténèbres ou City of Bones. Voici donc 5 raisons de lire ce premier tome :

1 – Pour l’histoire

Un roman Yong Adult fantastique qui se tient de A à Z. C’est rare que j’utilise cet argument, mais je trouve qu’il s’applique très bien  à TMI. C’est la première série des chroniques des Chasseurs d’Ombres écrite par Cassandra Clare (qui rassemble jusqu’ici les 6 tomes de TMI, les trois de The Infernal Devices et les deux de The Dark Artifices, plus les nouvelles bonus).

Donc c’est aussi celle d’où tout est parti (même si ce n’est pas la première dans l’ordre chronologique) et l’auteure prend le temps de bien nous expliquer le monde qu’elle a construit, ce qui est moins le cas dans les deux autres séries et carrément pas le cas dans les nouvelles.

On savoure donc une histoire avec une véritable trame et un magnifique plot-twist qui est brillamment amené.

2 – Pour entrer dans un univers très développé

A l’image de Rick Riordan ou de Pierre Bottero qui relient entre elles leurs sagas, la plupart des romans de Cassandra Clare sont reliés et forment l’histoire des Chasseurs d’Ombre.

Un univers intéressant et surtout long à parcourir, vous ne serez pas en manque d’idées de lectures avant un moment.

Je précise tout de même que les nouvelles ou d’autres livres comme le Codex et l’album illustré n’existent pour l’instant qu’en anglais, mieux vaut donc être bilingue pour pouvoir explorer cet univers en entier.

3 – Avoir des idées de tatouages

Blague à part, dans le monde de Cassandra Clare, les Chasseurs d’Ombres marquent leur peau à l’aide d’une stèle, et ces tatouages plus ou moins temporaires leurs confèrent des pouvoirs comme la rapidité ou même le fait de disparaître. Je trouve ce système vraiment intéressant !

4 – Les références

Grâce à Simon, terrestre et nerd officiel de la saga, le livre et même les suivants sont remplis de plein de petites références culturelles : jeux vidéo, paroles de chansons, sagas connues comme Star Wars… La traduction fait qu’on en perd parfois, mais c’est toujours amusant d’en trouver une.

Ceux qui ont lu le livre apprécieront encore mieux ma blague.

5 – Les personnages avec du relief

Bon, ok, tous les personnages de la saga n’en ont pas. Je n’ai presque jamais supporté Jace et j’ai eu beaucoup de mal avec Clary au début. Mais d’autres personnages comme Alec ou Simon sont très intéressants. Ils paraissent très simples au début, presque des caricatures. Seulement lorsqu’on avance dans l’histoire, on en découvre plus et on les voit aussi évoluer. Donc des héros qui ne paient pas de mine mais qui se révèlent plus complexes qu’il n’y paraît.

5 raisons de lire The Mortal Instruments – La cité des Ténèbres

Vous avez lu ce livre ? Qu’est-ce que vous en avez pensé ? Dites-moi tout en commentaire !

Ave atque vale,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *