Shadowhunters : 5 erreurs et 5 réussites de l’adaptation
Séries

Shadowhunters : 5 erreurs et 5 réussites de l’adaptation

On peut trouver de nombreux avis sur l’adaptation par Freeform de la saga The Mortal Instruments de Cassandra Clare, qui rappelons-le passe après une première adaptation en film : Shadowhunters.

Certains sont très tranchés, pour ma part je suis plus mitigée. Je suis arrivée à la conclusion suivante : cette série, c’est comme une fanfiction pas trop mauvaise de The Mortal Instruments : pas très juste au niveau de l’histoire, avec des dialogues mal écrits et incompréhensibles pour qui n’a pas lu le livre. Je vous donne maintenant ce qui fonctionne et ce qui fonctionne mois bien par rapport aux livres…

Ce qui ne fonctionne pas (mais alors pas du tout !)

1 – La série low cost

Même si ce point s’est amélioré au fil des saisons, les poignards séraphiques en plastique avec la LED apparente c’est juste horrible. Ca fait brouillon, un peu comme un cosplay (encore qu’il existe des cosplay tout à fait fantastiques !).

On parle tout de même du passage à l’écran d’un film fantastique. Il n’est pas nécessaire de disposer du budget du Seigneur des Anneaux mais on peut quand même s’attendre à des effets spéciaux. Ici on n’est pas vraiment bien servis, notamment au niveau des frères silencieux ou de la Cité des Os (qui rappelons-le donne tout de même son nom au premier tome).

2 – La technologie

“I’m going to introduce you to a wonderful invention called Uber,” said Kit.

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

Voilà le problème : on a voulu une série “moderne » avec de la technologie bien futuriste parce que c’est trop dur de différentier la fantasy de la science-fiction, c’est vrai, ces genres se ressemblent tellement ! #ironie

Du coup s’il  est clairement dit que les Chasseurs d’Ombres se coupent de la technologie comme le prouve cette citation du dernier roman en date des Shadowhunter Chronicles, la série s’en affranchit parce que des acteurs avec des téléphones à clapet et un QG moyenâgeux, c’est pas cool. Oui mais du coup, on peut se demander à quoi servent encore les runes de traque… C’est pour quand le démon s’est mis en mode fantôme sur snapchat ? #nocomment

Regardez-moi ces belles LED !

3 – L’histoire

J’ai dévoré les trois premiers épisodes, entre surprise et excitation, parce que la série collait quand même super bien au livre. Et à l’épisode 4, c’est parti en c…acahuète. Des comportements illogique, des personnages qui meurent alors qu’ils sont censés rester en vie et inversement, d’autres qui ont des pouvoirs alors qu’à la base ils n’en ont pas…

Je vous passe l’intrigue autour de la nécromancie et la sorcière qui veut que Clary s’accouple avec un démon (ce qui est impossible à cause des runes, mais les scénaristes n’ont pas dû lire le codex) ou l’existence d’une certaine Lydia Branwell. Bref, comme je le disais plus haut, on a davantage affaire à une fanfiction qu’à une réelle adaptation du livre.

4 – Une série qui ne sait pas choisir son public

Si je me base sur les dialogues, les acteurs et le côté assez soft de la série, je dirai que les personnes visées dont des ados, fin collège/début lycée. Soit. Et on les prend déjà pour des imbéciles avec le niveau des dialogues. Dans ce cas, il s’agit aussi d’un public non initié à The Mortal Instruments puisque la saga a un peu vieilli.

Bon, sauf que la série est assez peu compréhensible si l’on n’a pas lu le bouquin. Quand je vois mes amies qui n’ont que vu la série, elles ont du mal à résumer l’idée de base ou le fonctionnement de l’univers de Cassandra Clare (même si elles apprécient bien mieux que moi l’histoire).

Donc une série qui ne sait pas qui elle vise vraiment.

5 – Les dialogues

There is no pretending, » Jace said with absolute clarity. « I love you, and I will love you until I die, and if there is life after that, I’ll love you then.”

Cassandra Clare, The Mortal Instruments : City of Glass

Ici, on a donc le ton des dialogues de Cassandra Clare : de temps en temps un peu mélodramatique, mais souvent drôles, beaux, mordants. Très loin des dialogues plats du type « môman au secours » que Clary nous sert à la pelle dans l’adaptation, ou elle est d’ailleurs beaucoup moins mature bien qu’ayant quelques années de plus.

Ce qui marche mieux (voir même très bien)

1 – Le casting

Comme dans une fanfiction, on retrouve les personnages de l’histoire de base. J’ai préféré ce casting à celui du film, même si Katerine McNamara est trop grande pour jouer Clary. Certains acteurs ne sont pas très convaincants mais Harry Shum Jr qui joue Magnus et Matthew Daddario qui joue Alec sont juste parfaits dans leurs rôles.

On pouvait s’attendre à voir les personnages vieillis, ce qui n’est pas si mal. Dans sa globalité, on parle donc d’un casting bien, voire même excellent sur certains points (Luke, Maïa, Valentine). Il n’y a qu’un seul personnage dont je reproche vraiment le casting : Hodge Starkweather.

Il faudra m’expliquer à quel moment on est passé de ça :

Hodge Starkweather

A ça :

Hodge

Plus sérieusement, Hodge est décrit comme un homme de lettres et un mauvais combattant, et il est censé avoir l’âge de Jocelyne, Luke etc. Donc raté.

2 – La mise en place de l’univers

S’il n’est pas tout à fait bien expliqué, on retrouve tout de même un univers assez fidèle à celui des livres, que ce soit pour les loups garous et les vampires ou pour la cour des fées. Même si le manque de budget évoqué plus haut a un peu terni cet aspect, on peut tout de même louer cela.

3 – Malec

On redécouvre véritablement Harry Shum Jr, visiblement sous-exploité dans Glee, alors qu’il donne vie au sorcier Magnus Bane. Magnus a toujours été un de mes personnages coups de cœur, que ce soit dans The Mortal Instuments, ses chroniques ou encore The Dark Artifices.

Le couple formé par Magnus et Alec est l’une des rares choses que la série n’a pas réussi à détruire. Elle l’a même mis en valeur, encore plus que dans les livres. Un vrai plaisir !

Et soyons honnête, sans Malec il n’y aurait pas eu de saison 2, encore moins de saison 3.

Bilan

Je sais que je vous avais promis 5 points de chaque côté (rupture du pacte auteur/lecteur toussa toussa, petite tape sur les doigts) mais je dois admettre que j’en n’en trouve finalement pas d’autres positifs, refroidie par le raté de la saison 3 laissée en cours de route pour cause de stupidité et de non-respect de l’univers merveilleux de Cassandra Clare. Si je regarderais probablement la fin de ce show dont la suite a été annulé, je ne suis qu’à moitié convaincue par cette adaptation.

Vous avez vu la série ? Qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires

  • Estelle Nathalie

    Je suis tellement d’accord avec toi ! J’ai lu les romans de Cassandra après avoir vu la première adaptation au ciné qui m’avait laissée sur ma faim donc je ovulais en savoir plus sur cet univers. Quand j’ai vu l’annonce de la série j’étais joie : enfin ils allaient avoir le temps de mettre en place cet univers de dingue. Et bah grosse déception… Le terme « fanfiction » c’est exactement ça ! On dirait une réécriture de l’univers pour midinettes et studios qui veulent s’en mettre plein les poches… Pour moi l’actrice principale est à côté de la plaque et manque cruellement de charisme et comme toi j’ai pour l’instant totalement décroché à la saison 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.