American Royals de Katharine McGee
Par titre

American Royals de Katharine McGee

Merci aux éditions Lumen pour l’envoi de ce roman

Hello ! Il y a quelques mois je vous parlais de la saga La Sélection qui fait partie de mes favorites. Il se trouve que j’ai récemment lu un livre du même style, et tout aussi bien : American Royals de Katharine McGee.

Dans ce qui pourrait être une réalité parallèle, les anciennes monarchies ont perduré jusqu’à notre époque. Si le ptich de base est assez simple, Katharine McGee en fait une intrigue entraînante à la Gossip Girl qui nous donne envie de connaître le dénouement de l’histoire.

Le résumé

Et si une famille royale régnait sur les Etats-Unis ?

Quand les États-Unis ont arraché leur indépendance aux Britanniques, George Washington, général en chef des armées américaines, s’est vu proposer la couronne. Et, au lieu d’insister pour que son pays devienne une république… il a accepté ! Deux cent cinquante ans plus tard, c’est donc la maison Washington qui est à la tête de la première puissance mondiale. Comme la plupart des familles régnantes, elle compte une héritière et un fusible, une éventuelle remplaçante. L’une sera la future reine, l’autre est là pour servir son pays, mais seulement au cas où. Béatrice et Samantha savent depuis l’enfance ce que l’on attend d’elles. Mais elles ne sont pas n’importe quelles princesses. Elles sont américaines, et leur pays est né d’une rébellion…

Béatrice Wahsington, Amercian Royals

À seulement vingt-et-un an, Béatrice, élevée pour régner, a la chance de devenir la première reine du pays, où jusque-là seuls des hommes pouvaient exercer le pouvoir… une réforme du droit de succession a bouleversé son existence, mais son avenir tout tracé devient soudain trop pesant pour elle. Quant à Samantha, elle se soucie peu de briser les règles d’une cour qui se soucie peu de ses incartades – jusqu’au jour où sa sœur est soudain sommée d’épouser l’homme dont elle est tombée amoureuse… Sans oublier Jefferson, le frère jumeau de Samantha, relégué au troisième rang dans l’ordre de succession alors qu’il aurait dû régner, et pris dans une redoutable rivalité amoureuse.

Superficiel comme on l’aime

Avis aux fans d’histoires de princesses, de bals et de robes mais aussi d’intrigues amoureuses compliquées : vous allez adorer American Royals. Katharine McGee ne lésine pas sur les paillettes, les belles tenues et les palais somptueux dans son roman et 70% de l’intrigue se déroule lors de fête.

Côté cœur, entre Béatrice qui découvre l’amour avec la mauvaise personne, Samantha qui fait de même, Daphné qui est obnubilée à l’idée de reconquérir son ex et Nina qui se lance à reculons dans une relation secrète les héroïnes en ont à revendre ! Autant vous prévenir tout de suite : il s’agit du premier tome d’une duologie et si l’imbroglio sentimental qui le l’ensemble des personnages du roman évolue, vous n’aurez pas immédiatement le mot de la fin !

American Royals est le parfait modèle du roman superficiel qu’on lit en cachette de la même façon qu’on regarde Gossip Girl : sans assumer totalement mais en appréciant carrément l’histoire. J’ajouterai que tous ceux qui ont apprécié La Sélection, et plus particulièrement les tomes 4 et 5, adoreront sans aucun doute ce roman dont l’intrigue autant que les personnages sont proches.

Un roman mené par des femmes

Lors de notre lecture on alterne entre les points de vue des quatre personnages féminins principaux : l’héritière de la couronne Béatrice, sa cadette Samantha, la meilleure amie de cette dernière, Nina, et l’insupportable Daphné.

Les points de vue se complètent très bien en nous permettant de comprendre les réactions de chacune et d’appréhender différemment les moments clé de l’histoire.

Samantha Wahsington, Amercian Royals

Je pense que le point de vue que j’ai préféré était celui de Daphné. Image même de la garce manipulatrice et prête à tout pour arriver à ses fins, on assiste avec impuissance à ses coups tordus. On compatit (un peu) en appréhendant sa relation particulier avec sa famille mais on adore surtout la détester.

La parfaite Béatrice semble inaccessible, tant pour les autres personnages que pour le lecteur au début. Mais lorsqu’elle tombe peu à peu amoureuse (même si c’est plutôt prévisible), on lui souhaite de tout cœur le bonheur. Voir le poids imposé par les conventions et sa famille sur elle ne la rend que plus sympathique et j’espère un dénouement heureux pour elle dans le second tome.

Samantha est parfois un peu dure à suivre tant elle part dans tous les sens et son égoïsme m’a fait bien plus d’une fois grincer des dents, mais on arrive aussi à s’attacher à elle et elle gagne en maturité tout au long de l’histoire.

Et enfin il y a Nina, le seul personnage à peu près sensé de l’histoire. J’avoue que je ne l’ai peut-être pas autant apprécié que ce que l’auteur semblait vouloir, principalement à cause de ses hésitations incessantes pour tout et n’importe quoi qui me tapaient sur les nerfs. Je n’avais pas l’impression de lire les pensées et réactions d’une étudiante mais plutôt d’une petite fille capricieuse et manquant de maturité…

Malgré sa superficialité ce roman est féministe et les héroïnes tentent toutes à leur façon d’instaurer une égalité homme/femme (même si on peut se demander pourquoi permettre à une femme de régner a pris autant de temps…).

Des sujets un peu moins superficiels

Au-delà du « qui sort avec qui » et des crêpages de chignon en règle, American Royals parle aussi de harcèlement en ligne, de l’impact de la médiatisation, de la pression sociale et familiale, du sentiment d’être dans l’ombre de ses aînés… Autant de sujets réels et plutôt bien traités tout au long du roman !

Humour et intrigues

Car une cour, peu importe à quelle époque elle se tient, reste une cour, American Royals est le siège d’intrigues, de manipulations et de coups bas avec toujours le même objectif : obtenir davantage de pouvoir.

Heureusement malgré toutes les crasses que subissent (et parfois préparent) les personnages, le récit est plein d’humour et la narration garde un ton léger qui en fait une jolie lecture sans prise de tête qui vous fera même rire de temps en temps.

En conclusion

American Royals est superficiel, improbable et centré sur les histoires de cœur d’adolescentes mais l’assume totalement, ce qui en fait un roman agréable à lire pour passer un bon moment. A lire pour prendre des paillettes plein les yeux et rire un peu !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

American Royals de Katharine McGee

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.