L'antidote mortel de Cassandre Lambert
Par titre

L’antidote mortel de Cassandre Lambert

Merci à Hachette Romans pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique d’un roman de fantasy avec une pointe de steampunk qui donne un résultat de qualité : L’antidote mortel de Cassandra Lambert.

J’ai apprécié cette aventure dont le style me fait penser à un mélange entre Eragon et La couleur du mensonge. On retrouve le long périple, les jeunes héros vaillants et les complots à grande échelle qui caractérisent ces romans, ainsi que la façon dont l’histoire est racontée. De la très bonne high fantasy à la française avec du suspens et de l’épique, qui fait plaisir à lire.

Bien que parfois un poil prévisible, l’histoire est entraînante et les personnages attachants. On se laisse volontiers porter au fil des pages, qui défilent d’ailleurs rapidement tant la plume de Cassandra Lambert est simple et fluide.

Bref, l’une des meilleures fantasy de ce style que j’ai lue depuis un moment et un must-read pour les fans d’aventures doublées de politique avec un world-building intéressant !

Le résumé

Whisper, princesse surprotégée par le Roi, n’a jamais franchi les portes du Palais. Personne ne doit connaître son existence depuis qu’un mystérieux mal s’est emparé de la Reine. Lorsque son père la condamne à un mariage forcé, la jeune fille s’enfuit et cache sa véritable identité.

De l’autre côté du royaume, Eden, fougueuse jeune femme au caractère bien trempé, est chassée d’un orphelinat. Son seul désir : venger la mort de son père, un brillant inventeur tué par le Roi. Quand elle rencontre Whisper, elle saisit l’opportunité de s’introduire au Palais par son aide.

Jadis, paysan, se voit remettre par sa tante un précieux antidote, le seul capable de sauver la Reine. Sur sa route vers le Palais, il croise celle d’Eden et de Whisper…

Trois personnages, et trois destins aussi liés qu’opposés.

Au bout de leur route périlleuse, il faudra que justice soit rendue.

~ Retour sur cette lecture ~

Quand la fantasy croise le steampunk

Je le disais dans l’introduction de cette chronique : la construction de l’univers de L’antidote mortel est hyper intéressante. A un monde de fantasy assez classique et moyenâgeux avec des châteaux, des voiliers et des longues chevauchées s’ajoutent une pointe d’originalité. Ville fantaisiste et dirigeable empruntés au steampunk mais aussi électricité, qui est mentionnée comme un reliquat d’un ancien temps (ce monde serait-il notre futur ?) : le mélange est improbable mais fonctionne parfaitement, et on y croit.

Cassandra Lambert se paie même une pointe de politique avec magouilles et trahisons à tous les niveaux, histoire de pimenter un peu l’univers. Des dirigeants qui souhaitent davantage de pouvoir, un mariage pour allier deux nations, des frères qui se battent pour un titre, des empoisonnements… Le roman est riche en actions de ce côté ! Une nouvelle fois, le système est simple à comprendre et bien pensé, et je suis certaine que cet aspect là sera encore plus développé dans le second tome.

Trois destins mêlés

Comme le laisse entendre le résumé, les routes de Whisper, Eden et Jadis vont se croiser et ce de façon improbable. Une princesse en fuite, déconnectée de la réalité du royaume, une mercenaire vengeresse avec une dent contre la famille royale et un paysan aux origines obscures et au pouvoir étrange… On sent immédiatement que le mélange va être explosif.

Déjà, il faut souligner que l’auteure ne verse pas dans l’invraisemblable : leur rencontre, bien que peu probable, se déroule de façon tout à fait plausible. En accord avec leurs objectifs et leurs personnalités, ils deviennent rapidement des compagnons de mésaventures (bien que clairement malgré elle pour Eden).

Les mensonges et dissimulations sont évidemment au rendez-vous (on se doute bien que sinon Eden se serait débarrassée de Whisper sans scrupules dès les premières pages). Le fait que le récit soit raconté alternativement selon les points de vue des trois personnages ajoute de la tension, on se demande sans cesse quand les secrets de chacun sont révélés. Et comme la majeure partie du temps ils sont ensemble, il n’y a pas de frustration à laisser de côté une intrigue pour se concentrer sur une autre : on a juste une alternance de points de vue sur une même situation.

Au-delà de notre trio de héros, je me dois aussi de revenir sur la qualité des personnages plus secondaires : la reine, Alistair ou encore la Veuve Etoilée, chacun à leur niveau, apportent beaucoup au récit et sont bien travaillés. Complexes et mystérieux, ils sont bien construits et viennent apporter quelque chose au récit. Je dois dire que j’ai hâte d’en savoir davantage sur ces trois là dans le tome suivant !

En conclusion

L’antidote mortel est un excellent roman de fantasy que je ne peux que recommander aux amateurs du genre. Epique, entraînant, magique, politique… Il a toutes les qualités. Et maintenant qu’il existe aussi en poche, plus aucune excuse pour ne pas se le procurer !

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.