Lady Helen tome 3 : l’Ombre des mauvais jours
Par titre

Lady Helen tome 3 : l’Ombre des mauvais jours

Hello ! Sitôt fini sitôt chroniqué, je vous parle aujourd’hui du troisième et dernier tome de la tilogie Lady Helen d’Alison Goodman : l’Ombre des mauvais jours. Une petite merveille de suspens et d’historique avec une lecture qui mérite amplement que je revienne dessus. ATTENTION : cette chronique contient des spoilers sur le roman dont il est question ! Retrouvez mes chroniques des tomes précédents :

Le résumé

Bath, décembre 1812… Lady Helen prépare son mariage avec le duc de Selburn, mais son esprit est ailleurs : sa mission de Vigilante Suprême n’est pas encore accomplie. Cette double vie met la jeune femme au supplice. Non seulement elle doit résister à ses sentiments pour le charismatique lors Carlston, mais elle doit aussi maîtriser ses nouveaux pouvoirs. Et la confrontation finale avec leur grand ennemi, l’Abuseur Suprême, est imminente…

~ Retour sur cette lecture riche en émotions ~

Des montagnes russes…

…au niveau de la lecture

J’ai annoncé au début de l’article que ce roman mérite vraiment qu’on revienne dessus et c’est le moment de vous expliquer pourquoi. L’Ombre des mauvais jours est l’une des lectures les plus inégales que j’aie pu découvrir. Je m’explique : si certains passages sont entraînants, à d’autres moments le livre m’a laissée de marbre, sans suspens ni intérêt pour les faits évoqués.

Au tout début, on constate que notre chère Lady Helen doit composer avec un mari protecteur et son rôle de vigilante, tout en échappant à sa tante et à l’étiquette. J’avais un chouia l’impression d’être revenue à la situation du tome 1 mais le roman restait intéressant. Ensuite, enchaînement de plots twist avec la rencontre de l’abuseur de Bath, la mort de Delia et finalement l’affrontement de l’abuseur suprême. Et la énorme déception : premièrement le combat est moyen, le dénouement trop facile et on n’est pas complément convaincu. Deuxièmement il reste encore pas mal de pages au livre et si j’adore la partie historique et l’idée du mariage, il me semble que c’est une fin peu intéressante au récit. Donc on part sur une indifférence totale jusqu’à l’annonce de Pike : Carlston a un fils ! D’un seul coup le roman redevient intéressant, et le suspens est à son comble lorsque Lady Helen découvre que c’est faut ET que quelqu’un de la maisonnée se fait passer pour Elise. Résulata on dévore les dernières pages, tout en supposant fortement le Duc d’être l’un des membres de l’Abuseur suprême (ce qui, comme on a raison, gâche un peu le plot twist final…).

Le roman est donc très inégal et c’est assez difficile de résumer rapidement les différents états par lesquels on peut passer en le lisant, j’espère que je ne vous ai pas perdus avec mon gros pavé

…émotionnelles

« — Même sans le lien du Vigilant Suprême, Helen, vous êtes mon cœur qui bat. La pulsation de ma vie. Le feu dans mon sang et le rire dans mon âme.»

Alison Goodman, Lady Helen T3

Bon, Lady Helen est fiancée au duc de Selburn qui l’aime beaucoup (‘fin du coup non quand on connaît le fin mot de l’histoire) et ça va être le mariage du siècle mais avouons-nous le une bonne fois : on veut qu’elle finisse avec Carlston.

Alors oui, la fin du tome précédent n’était pas de bon augure pour le développement de leur histoire dans l’Ombre des mauvais jours mais c’est justement l’un des aspects de l’histoire que j’ai adoré. Elle tente de le repousser, puis accepte ses sentiments pendant la première bataille pour finalement découvrir que non seulement l’actuelle comtesse de Carlston est vivante, mais qu’en plus elle a un enfant… La totale quoi ! Les retournements de situation autour de leur histoire m’ont tenue en haleine et je dois dire que sur ce point le dénouement est totalement satisfaisant.

D’ailleurs, est-ce que vous aussi quand Helen a découvert que les lettres d’Elise étaient fausses le premier truc que vous avez pensé était « mais du coup Helen et Carlston peuvent être ensemble ! » ? Parce que c’est la première conclusion que j’en ai tirée, avant même de m’inquiéter pour les abuseurs

L’abuseur suprême

Puisqu’il s’agit tout de même de l’enjeu principal de la saga et qu’on cherche à connaître son identité depuis le premier tome, cette partie de l’histoire se devait d’être bien traitée et magistralement conclue. Ça n’a pas été le cas à mes yeux mais je reconnais volontiers que l’idée de l’auteur de nous mettre (nous et le personnage principal) sur une mauvaise piste était très bonne.

Malheureusement ça n’a pas fonctionné pour moi pour diverses raisons. La première tout d’abord concernait l’identité de l’abuseur suprême. S’il semblait plausible que Mrs Knoll fasse partie de la dyade, pour Phillip c’était moins évident puisqu’il affirmait à plusieurs reprises dans les deux premiers tomes être au service de l’abuseur suprême, ce qui met quand même la puce à l’oreille. Ensuite il y a les incohérences autour de l’enlèvement de Lady Margaret et enfin cette bataille entre les deux abuseurs et le vigilant suprême qui était courte, simple et pas franchement entraînante.

Alors oui, j’ai été très surprise de découvrir que les lettres reçues par Carlston étaient fausses mais le fait que l’abuseur suprême soit encore en vie et dans leur entourage l’était nettement moins. A partir de cet instant on soupçonne le Duc (et à raison !). Pour l’identité de la femme, j’ai été plus surprise mais je n’ai par contre jamais cru qu’Hammond puisse faire partie de la dyade.

En conclusion

Si l’Ombre des mauvais jours offre une jolie conclusion à la trilogie et se lit très bien, ce n’en est pas moins un tome un peu décevant par rapport au précédent. Les plot twists sont bien présents mais on devine trop facilement certains d’entre eux et quand certains rebondissements nous tinennet en haleine, d’autres nous laissent de marbre. C’est donc un bilan en demi-teinte pour ce troisième tome.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.