5 raisons de lire Polar vert tome 1 : Les algues assassines
Par titre

5 raisons de lire Polar vert tome 1 : Les algues assassines

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman

Hello ! Aujourd’hui je vous retrouve pour la chronique d’un roman qui a été un coup de cœur aussi inattendu que frappant : Polar vert tome 1, Les algues assassines de Thierry Colombié.

J’ai eu la chance de lire ce roman en avant-première et même d’avoir un temps d’échange avec l’auteur autour de ce titre grâce à la maison d’édition (que je remercie pour ça). Et me voilà donc avec la chronique de ce roman, qui est incroyable. Je vous donne donc 5 raisons de lire dès que possible cette pépite !

Résumé

Une plage bretonne recouverte d’algues vertes toxiques.

Un cavalier dans le coma.

Et sa sœur, Klervi, qui court tout droit vers l’enfer.

Marées vertes. Trafics d’espèces protégées.

Les crimes contre l’environnement sont des crimes aussi graves que les autres.

Klervi, du jour au lendemain, se retrouve au centre de l’enquête, à la fois témoin et coupable.

Quel rôle va-t-elle y jouer ?

~ 5 raisons de lire Polar vert ~

1 – Ça parle d’écologie (et d’éco-anxiété)

Le thème principal de Polar vert, comme son nom le suggère, c’est l’écologie. A travers ce roman, l’auteur parle non seulement de problèmes écologiques comme les marées vertes et l’extinction de certaines espèces mais aussi d’éco-anxiété.

Mais en fait, c’est quoi ? L’éco-anxiété, aussi parfois appelée solastalgie, c’est une détresse causée par les changements environnementaux qui sont irrévocables. Pour les curieux qui souhaitent approfondir cette notion je vous renvoie à cet article.

Vous l’aurez compris, l’écologie n’est pas simplement l’un des thèmes ou une trame de fond mais bien le centre de l’histoire ici. Le titre Les algues assassines est d’ailleurs parfaitement trouvé puisque ce sont ces algues vertes dont la décomposition entraine l’émission de gaz toxique qui sont à l’origine de l’élément déclencheur du roman.

Et si vous n’êtes pas très familier avec ces problématiques, pas d’inquiétude : il y a non seulement un vrai travail de recherche derrière ce roman mais il est en plus très bien documenté et s’adresse à tout le monde.

2 – Il y a un aspect policier/enquête

Toujours autour du thème de l’écologie, Polar vert s’attaque au trafic des civelles. Je vais volontairement laisser planer le suspense sur ce qu’est ce trafic (après tout, le but de cet article est de vous convaincre de lire le roman donc ça serait contre-productif de tout vous dévoiler) mais c’est un sujet vraiment passionnant.

Comme tout trafic, il implique une bonne dose d’actes illégaux, du blanchiment d’argent et bien évidemment des trafiquants, dont une famille qui s’impose d’une main de fer sur le marché.

Avec une base pareille, inutile de vous dire que le roman est plein de suspense, d’action et de personnages qui jouent un double rôle. Le genre de roman qui se dévore, un véritable page-turner.

3 – C’est une fiction qui aborde beaucoup de thèmes très réalistes

Avant d’aborder ce point, je pense qu’il est intéressant de dire quelques mots sur l’auteur, Thierry Colombié. Il se trouve que Polar vert se situe tout particulièrement dans son domaine de prédilection qu’il décrit lui-même comme étant « La délinquance économique et financière, le Milieu, la pègre, le grand banditisme ou le crime organisé en France ».

On comprendra alors mieux que Les algues assassines traite du trafic des civelles, qui est une forme de crime organisé, mais aussi que l’auteur mette autant de soin à donner un rôle réaliste à Klervi dans les nombreuses interactions qu’elle a avec la police.

4 – Vous visiterez un coin sympa de la Bretagne

La plume de Thierry Colombié est prenante et on s’imagine particulièrement bien les paysages bretons qui sont les lieux de l’histoire. Ceux qui connaissent la région la retrouveront avec grand plaisir et ceux qui ne la connaissent pas s’émerveilleront en la découvrant au travers de ce récit.

Mention spéciale pour les mots en breton glissés çà et là dans le texte (même si c’était un peu déroutant car le breton change selon les régions et que les mots étaient différents de ceux que m’a enseigné ma grand-mère, par exemple Klervi emploie mammig pour désigner sa mère et dans ma famille on utilise plutôt mamm).

5 – L’incipit in medias res

J’ai gardé ce point en dernier car c’est probablement le moins important des cinq, mais il reste tout de même essentiel et fait partie du charme du roman.

En effet, Polar vert commence par une introduction où on rentre directement dans l’action puisque Klervi est en train d’être interrogée par des policiers… Avant de revenir en arrière pour savoir comment elle en est arrivée là, puis de continuer l’histoire. J’adore ce genre de début car il donne le ton d’un récit dynamique !

Conclusions… et infos sur la suite !

Bon, à ce stade vous devez vous douter que ma conclusion commence par quelque chose comme « un véritable coup de cœur » et se termine sur un mot du style « à lire absolument », je ne vais donc pas m’étendre mais j’espère qu’au moins une de ces raisons vous aura convaincu(e) de lire ce roman.

Maintenant place au teasing ! Vous constaterez que le roman se termine sur un cliffanger de la mort qui tue, je peux donc vous annoncer que vous pourrez vous procurer la suite début 2022 ! Par ailleurs, l’histoire consacrée au trafic de civelles se terminera dans ce second tome, mais on sait d’ores et déjà que Polar vert aura une saison 2…

Dernier petit mot : j’organise une lecture commune du roman sur Instagram. Le principe est simple : lire le livre en même temps selon un calendrier pour pouvoir échanger au fur et à mesure sur notre lecture (fangirler ensemble quoi). Si ça t’intéresse ou que tu as des questions, je t’invite à me contacter par ici !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.