Shades of magic : première déception chez Lumen
Par titre

Shades of magic : première déception chez Lumen

Hello ! Aujourd’hui je vous présente une chronique qui m’a pris deux mois à écrire et structurer (rien que ça…) : celle du premier tome de la sage Shades of Magic de VE Schwab.

Le plus dur, c’était de mettre les mots sur mon impression à propos de ce roman. Shades of Magic fait partie des chouchous actuels du Young Adult et est extrêmement plébiscité. Etant donné que j’avais apprécié Vicious et que le résumé m’avait tapé dans l’œil, additionnez tous ces facteurs et vous comprendrez que j’avais de très hautes espérances…

Le résumé

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahi quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.

Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé.

~ Retour sur ma lecture de Shades of Magic ~

Le livre

Bon, soyons honnêtes un instant : on juge tous les livres à leur couverture, du moins dans un premier temps. Et comme la VF de Shades of Magic est illustrée par Charlie Bowater, mon jugement était dès le début très positif. Ajoutez à cela l’épaisseur du roman qui garantit une bonne tranche d’aventure et la mise en page superbe des chapitres et me voilà sous le charme.

Sans rire, les éditions Lumen ont mis le paquet et je suppose que comme moi, vous appréciez les efforts de mise en page particuliers qu’on trouve dans certains livres, donc Shades of Magic devrait aussi vous taper dans l’œil !

Fan art par @graf_fiction

L’univers

« Le manteau de Kell était absolument unique en son genre.

Ce vêtement n’avait pas un seul côté (pour le coup, il n’y aurait pas eu de quoi fouetter un chat), ni même deux (ce qui aurait déjà semblait plus surprenant), non… Son pardessus avait tout bonnement plusieurs faces – concept, il faut bien l’avouer, complètement invraisemblable. »

Victoria Schwab, Shades of Magic

Il y a des romans qui vous accrochent dès la toute première ligne, dont le début vous marque. Victoria Schwab possède ce talent et ne se prive pas de le montrer. Dès l’incipit, Shades of Magic commence à intriguer le lecteur.

Avec les différents Londres, la magie et les oppositions entre les différents mondes que superpose Victoria Schwab, elle construit un univers génial, à la fois original et facile à appréhender, qu’on ne peut qu’adorer.

Les personnages

Point un peu plus nuancé pour moi, il y a les personnages du roman. Si Kell est encensé par les lecteurs, je n’ai pas vraiment accroché à son caractère, même si j’apprécie certains traits de sa personnalité.

Par contre Lila Elle est parfaite ! A la fois badass, drôle, égoïste, effrontée et ayant du répondant, c’est une héroïne géniale. Côté méchants, il y en a pour tous les goûts ! Entre Holland (catégorie méchant torturé au passé complexe) et le roi et la reine du monde blanc (catégorie psychopathes aux tendances sanglantes qui font froid dans le dos), vous aurez de quoi avoir peur pour les héros.

Le fandom

Cet effet autour de certains livres, qui donne envie de les découvrir et permet de profiter de nombreux memes et fanarts dès que l’on a fini l’œuvre en question… J’avoue que j’adore quand un fandom est aussi fourni que l’est celui de Shades of Magic. Encore un point en faveur du roman, d’autant plus que les gros fandoms impliquent de nombreuses personnes adorant ledit roman, ce qui est en général bon signe !

L’intrigue

Shades of Magic pourrait presque être un one-shot tant ce simple premier tome est abouti, avec une intrigue claire et bien dessinée du début à la fin. S’il n’y a pas tant de rebondissements et plots twists, on prend beaucoup de plaisir à suivre les aventures de Lila et Kell à travers les différents Londres.

Mais…

Kell Maresh by @lisy_art (Shades of Magic)

Après cette chronique positivement positive, c’est parti pour tous casser : je n’ai pas adoré Shades of Magic. Voilà. Pas d’étincelle, pas le coup de cœur que j’attendais, même pas l’enthousiasme passager d’un bon roman. Juste… rien.

Shades of Magic est par essence le roman de SF parfait, mais qui manque à mes yeux du petit truc qui transforme un bon roman en coup de cœur. J’ai apprécié cette lecture mais sans plus et si je n’avais pas déjà la suite sous la main, je ne pense pas que je l’aurai achetée.

C’est tout de même l’occasion de laisser une deuxième chance à cette histoire et j’espère que je trouverai dans la suite ce qui m’a cruellement manqué dans ce premier tome.

En conclusion

Si Shades of Magic avait tout pour me plaire, il m’a manqué l’étincelle qui fait la différence entre un roman bien écrit qu’on apprécie et un coup de cœur. Cependant ce n’est pas (et loin de là !) un roman que je déconseille car je pense que si le style de VE Schwab ne m’a entièrement convaincue, il pourrait tout de même vous séduire !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.