Robin Hood de Robert Muchamore : la nouvelle saga dans le style de CHERUB
Par titre

Robin Hood de Robert Muchamore : la nouvelle saga dans le style de CHERUB

Merci aux éditions Casterman pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui je vous propose la chronique d’un roman jeunesse qui est un concentré d’action et de suspens : le premier tome de Robin Hood, la nouvelle saga de Robert Muchamore.

Plus jeune, j’étais une grande fan de la saga CHERUB du même auteur et je ne refuse jamais un roman de ce style (je vous recommande d’ailleurs aussi Bodyguard et Rush pour les nostalgiques de la saga). Aussi lorsque j’ai appris que Robin Hood allait être traduit en France, je me suis empressée de me le procurer !

Verdict ? Si vous aimez ce type de roman, alors c’est validé : courses-poursuites, braquages et rebondissements sont au rendez-vous dans cette réécriture moderne et originale du conte de Robin des bois.

Le résumé

Robin a douze ans lorsque son père est emprisonné pour un crime qu’il n’a pas commis, piégé par Guy Gisborne, un mafieux aussi puissant que véreux. Devenu lui aussi la cible du terrible malfrat, Robin s’échappe de justesse et trouve refuge dans la dangereuse forêt de Sherwood. Avec ses talents de hacker et son don pour le tir à l’arc, Robin pourrait gagner la confiance des hors-la-loi peuplant ce territoire hostile… et même se venger du plus grand criminel de Nottingham !

~ Retour sur cette lecture ~

Une réécriture de Robin des bois

Même si cela peut paraître évident au titre, et encore plus à la lecture du résumé, je le précise : Robin Hood est une réécriture du conte traditionnel de Robin des bois.

Bien sûr, Robert Muchamore reste dans le style qu’il affectionne à base d’action et de combats, d’adrénaline et de suspens. Au final, le conte ne sert donc plus que de ligne directrice et permet de se familiariser rapidement avec les personnages (puisqu’on découvre rapidement à leur nom le rôle qu’ils vont être amenés à jouer), le tout rendant le récit fluide.

J’ai aimé la façon dont l’auteur joue avec les codes de l’histoire et se la réapproprie, mais il faut attribuer une partie de ce mérite à la traduction fournie par les éditions Casterman dont j’approuve à 100% le parti pris de garder les noms en anglais, qui ajoute au côté moderne et cool de l’histoire.

Moderne, c’est d’ailleurs le mot d’ordre : entre piratage informatique, mondialisation (sujet abordé d’ailleurs de façon très intéressante et bien creusé pour un livre middle-grade) et courses-poursuites en voiture et moto, on est bien loin du bandit moyenâgeux.

Du pur Robert Muchamore

Si vous avez lu CHERUB, je suppose qu’il n’est pas nécessaire de vous faire un dessin de ce que j’entends par là, d’autant plus que le titre de ce tome est explicite : « Hacking, braquage et rébellion » résume assez bien l’ambiance de ce premier tome.

On apprécie le rythme effréné du récit et l’ingéniosité de ce personnage principal qui ne se laisse pas faire. Dès les premières lignes, c’est un vrai plaisir de suivre les aventures d’abord loufoques, puis plus sérieuses de ce petit prodige du hacking et du tir à l’arc.

A travers le début de cette nouvelle saga, j’ai replongé en enfance et je ne doute pas que Robin Hood devienne rapidement un succès auprès des préados. A noter qu’il est classé par l’éditeur entre 11 et 15 ans.

PS : un certain passage sur le club de motards des Vandales n’était d’ailleurs pas sans rappeler très directement l’un des meilleurs tomes de CHERUB (le 11 pour les curieux).

Une analyse intéressante d’un pan de la société

Juste pour bien contredire ceux qui pourraient penser que le roman jeunesse n’a pas d’intérêt (quoique si c’est votre cas, je serais curieuse de comprendre comment vous avez atterri ici), je me dois de souligner l’analyse sociétale fournie dans ce roman par Robert Muchamore.

Je m’explique : pour Robin Hood, il choisit de planter comme décor celui d’une ancienne ville industrielle, désertée suite à la délocalisation de ses usines, où la division entre les classes sociales est plus marquée que jamais. A travers le récit, il prend soin de nous expliquer l’histoire de cette ville mais aussi comment le clivage social en est venu à être aussi important.

Et il ne s’en contente pas ! Robin se retrouve aussi confronté aux fameuses classes sociales plus riches, parfois en tant qu’alliés et d’autres en tant qu’ennemis, apportant une vision des choses non manichéenne. Sans compter la découverte d’une communauté auto-suffisante et décroissante dont les principes sont détaillés avec soin…

En conclusion

Un roman jeunesse riche en action et en adrénaline qui saura ravir les pré-adolescents auxquels il est destiné. A la fois réécriture d’un conte connu de tous et roman à sensation teinté d’une critique sociale, c’est LE roman à offrir pour faire plaisir !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.