Les mondes d’Ewilan tome 2 : l’œil d’Otolep
Par titre

Les mondes d’Ewilan tome 2 : l’œil d’Otolep

Hello ! Aujourd’hui nous allons parler du deuxième tome d’une saga que j’apprécie tout particulièrement et que je relis toujours avec plaisir : l’œil d’Otolep, issu de la trilogie Les mondes d’Ewilan du talentueux Pierre Bottero.

Après son retour à Al-Jeit avec ses amis, Ewilan tente de suivre une vie normale si tant est qu’elle puisse l’être au vu de la puissance de son don. Mais elle sent que Gwendalavir est en danger… Retour sur un deuxième tome encore meilleur que le premier !

ATTENTION : cet article contient des spoilers sur le livre dont il est question ainsi que sur le tome précédent !

Le résumé

De retour à Gwendalavir, Ewilan découvre qu’une méduse aux tentacules mortels tente d’envahir l’Imagination. Alors qu’un mal sourd infecte son organisme, elle se joint à l’expédition qui part vers Valingaï afin de ramener Illian, un jeune garçon aux pouvoirs incroyables, dans sa famille. Après avoir combattu de terribles ennemis, la troupe parvient aux confins de l’Empire devant l’oeil d’Otolep. Ce lac mythique aux eaux mystérieuses délivrera-t-il Ewilan du parasite mortel qui la détruit peu à peu ?

L’Académie d’Al-Jeit et la Guilde des marchombres

L’histoire commence avec une lettre de l’Empereur qui résume les évènements du premier tome et témoigne de son inquiétude pour ce qui risque de suivre. On suit ensuite Salim dans l’entraînement que lui fait suivre Ellana pour en faire un marchombre puis Ewilan qui étudie désormais à l’Académie d’Al-Jeit avec d’autres jeunes dessinateurs.

« Un des paradoxes de marchombres, et non des moindres, réside dans le contraste entre notre individualisme viscéral et l’organisation exemplaire de notre guilde. »

Les péripéties de Salim sont toujours teintées d’une bonne dose d’humour et il a, il faut le dire, pas mal de chance. On assiste à de petits morceaux de sa formation de marchombre, ce qui permet aussi de constater que l’enseignement d’Ellana est différent de celui qu’elle a suivi tout en comportant de nombreuses similarités. Et la marchombre botte une nouvelle fois les fesses de Riburn Alqin, ce qui n’est pas désagréable à voir.

« L’Académie était un somptueux édifice qui se dressait sur une place décorée de massifs fleuris exubérants, de bassins aux formes tarabiscotées et de jets d’eau colorés. On accédait à sa porte monumentale par une volée de marches de marbre flanquée de deux statues représentant Merwyn Ril’ Avalon. »

Ewilan quant à elle se retrouve donc mêlée à d’autres jeunes dessinateurs au sein de la prestigieuse Académie d’Al-Jeit. Si elle surpasse largement les professeurs et passe chaque examen avec une facilité déconcertante, elle y fait surtout des rencontres intéressantes. Je n’apprécie pas Liven ni son caractère mais je trouve intéressant que l’œil d’Otolep offre enfin un adversaire à Salim, même si on sent bien qu’il ne fera pas long feu !

Le retour de l’aventure

«  Il fallut moins d’une journée au groupe pour retrouver sa cohésion. A l’exception d’Erylis, tous avaient déjà voyagé ensemble, ce qui simplifiait les choses, et la Faëlle était suffisamment fine pour que son intégration ne pose aucun problème.

Bientôt nul n’aurai pu se douter que, quelque jours plus tôt, elle ne connaissait personne. Les habitudes revinrent, les gestes d’entraide, les tâches communes, le tout formant une mécanique parfaitement huilée où chacun avec sa place, son utilité, en fonction de ses compétences et de sa personnalité. »

L’œil d’Otolep réunit enfin la sympathique équipe qui avait libéré les Figés dans La quête d’Ewilan et on est heureux de repartir avec eux pour de nouvelles aventures. Ellana et Edwin sont donc bien plus présents que dans le tome précédent, tout comme Maître Dunom, Artis ou encore Chiam. On repart en voyage avec eux et partage de nouveaux leurs feux de camp le soir ainsi que leurs chamailleries incessantes. C’est vraiment génial de les voir à nouveau réunis !

Les mondes d'Ewlian tome 2 : l’œil d'Otolep

La méduse

Parce qu’il faut bien une menace mortelle de plus (au cas où Éléa Ril’ Morienval ne suffisait pas), une de plus influant sur l’Imagination. L’idée d’une sorte de divinité pouvant se matérialiser dans les Spires est originale et permet aussi de contraindre l’incroyable pouvoir d’Ewilan, ce qui est intéressant. Même si ce second tome n’en apprend pas beaucoup plus sur cette méduse et qu’il faut attendre la fin pour une révélation essentielle, il promet une suite épique pour combattre ce monstre.

Quelques réflexions en plus

ATTENTION ce paragraphe contient des spoilers sur la saga Ellana

Une chose que j’adore chez Pierre Bottero, c’est les croisements à la fois subtils et bien amenés entre ses différentes sagas. Et l’œil d’Otolep est un excellent exemple de ce phénomène puisque lors de leurs péripéties alivariennes, Salim et Ellana vont être amenés à croiser un membre notable de leur guilde : Jorune. Le marchombre qui avait fait passer son Ahn-Ju à Ellana et qui se trouve aussi être l’assassin de Jilano Alhuïn…

Là où on admire le génie de l’auteur, c’est dans le fait que l’œil d’Otolep a été publié en mars 2007, soit un peu plus d’un an avant le deuxième tome de l’histoire d’Ellana où on découvre les circonstances de la mort de Jilano.

Ellana n’apprend donc enfin la vérité que plusieurs années plus tard et on sait suite au troisième tome de son histoire personnelle (Ellana, la prophétie) qu’elle a fait le choix d’épargner Jorune malgré son crime.

L’autre réflexion que je devais faire concerne les passages très courts sur le « mendiant » mystérieux qui semble suivre la trace de nos héros. J’ai dès le début supposé qu’il s’agissait de Maniel et si la réponse à cette question se trouve dans le tome suivant, ces quelques chapitres suffisent à épaissir encore davantage le mystère qui s’installe dans ce roman.

En conclusion

Comme toujours aucune déception avec Pierre Bottero mais bien un deuxième tome poétique et adroitement mené qui voit ses héros évoluer et le suspens augmenter en nous amenant jusqu’au troisième tome qui délivrera le fin mot de l’histoire. L’œil d’Otolep est un chef d’œuvre et cette trilogie est un coup de cœur absolu et à lire absolument !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.