Dragons 2 : une suite réussie !
Films d'animation

Dragons 2 : une suite réussie !

Hello ! On se retrouve aujourd’hui pour parler du deuxième volet de la trilogie d’animation Dragons. Il s’agit donc de la suite des aventures d’Harold Horrib’ Haddock troisième du nom et de son dragon Krokmou.

ATTENTION : cet article contient des spoilers sur le dessin animé dont il est question !

Article lié : Dragons, une des plus grandes réussites de Dreamworks

Il s’agit pour moi d’un deuxième volet réussi qui surpasse même le premier, tant en terme d’animation que d’évolution.

Une entrée en scène haute en couleur

Pas d’introduction, rien qu’une petite narration (clin d’œil au premier film) et le spectateur est balancé au milieu d’une course de dragons ! La musique composée par John Powell nous met tout de suite dans l’ambiance. C’est coloré, joyeux. La petite bande d’Harold se livre à une compétition et l’agencement du village pour l’occasion nous rappellera les tribunes du Quiddich d’Harry Potter.

Les vikings doivent attraper le plus de moutons, sachant que le noir vaut beaucoup plus de points que les autres. Mention spéciale pour les expressions des moutons en question qui sont à mourir de rire !

Au milieu de ce joyeux bazar, Stoick la Brute souligne tout de même ce qu’on aura nous aussi remarqué : l’absence d’Harold.

Harold a bien grandi

C’est la première chose que l’on pense en retrouvant notre héros. Envolé le petit viking maigrichon avec son gilet en fourrure, il a grandi, s’est épaissi (sans pour autant devenir comme Rustik, hein !) et a fière allure dans son armure.

C’est quelque chose que j’aime beaucoup dans cette trilogie : on voit le héros du dessin animé grandir. La transformation d’Harold est vraiment bien gérée, tant sur le plan physique par les dessinateurs que sur le plan mental avec le scénario. Cela permet aussi à sa relation avec Astrid d’évoluer, et à l’univers de changer sensiblement. Car en plus d’un héros plus mature, on découvre aussi de nouvelles armes et de nouveaux paysages.

Dragons 2 Harold et Krokmou

De nouveaux dragons

Si dans le premier volet on ne croisait que six ou sept races de dragons, ici les scénaristes en ont animé bien plus et avec succès : de toutes tailles et formes, ils apportent de la couleur au dessin animé.

De façon générale, les effets autour de ces créatures sont plus fluides et fabuleux grâce à l’avancée technologique entre les deux films, ce qui est d’ailleurs aussi valable pour les personnages et même les objets. Lorsqu’Harold découvre un nouveau nid de dragon, le vol de ceux-ci rappelle les déplacements des bancs de poissons. L’effet général est très réussi, y compris en 3D qui pour une fois apporte un petit quelque chose au dessin animé.

Un kromkmou toujours plus expressif

Si les d’autres dragons sont créés et animés avec succès, Krokmou, le fidèle compagnon d’Harold, voit lui aussi sa palette d’expressions augmenter (bien que ce soit encore plus impressionnant dans le troisième dessin animé). Avec ses airs de chat géant, les nouvelles mimiques du Furie Nocturne vous feront toujours autant rire dans Dragons 2, si ce n’est plus que dans le 1.

Le passage à l’âge adulte

Parce que chacun des trois films se centre aussi sur une problématique bien réelle. Si le premier parlait de l’acceptation de soi, Dragons 2 parle du passage à l’âge adulte et des responsabilités qui l’accompagnent. Harold préfère pour l’instant s’échapper à la recherche de terres inconnues mais il devra tout de même apprendre à diriger le village pour remplacer son père quand l’heure sera venue. Il est question des valeurs du chef, de faire passer les autres et leur sécurité avant soi. Des leçons difficiles pour Harold mais qu’il finira bien sûr par comprendre.

Il y a aussi la question de l’identification : Harold ne se voit pas en Stoick alors lorsqu’il retrouve sa mère, qui plus est une amie des dragons, il pense avoir une nouvelle figure pour le guider. Sa déception quand elle lui affirme qu’il ne peut raisonner Drago est palpable. Dans Dragons 2, on parle donc aussi de s’émanciper du modèle parental pour faire ses propres choix.

Un monde bien plus cruel

Après avoir été confronté à la hiérarchie des dragons et à une sorte de « reine » géante, Harold découvre la cruauté humaine sous le nom de Drago Poinsanklant. Cet homme qui contrôle les dragons par la force et aux moyens de techniques affreuses va devenir le principal opposant des cavaliers de Beurk et sera responsable de la mort de Stoick, tué par Krokmou sur son ordre.

Émotionnellement ce film est plus difficile que le précédent, par rapport à la mort des Stoick mais aussi à ses retrouvailles avec Valka, à la tension des combats et autres moments clés. C’est aussi ce qui rend Dragons 2 plus abouti et intéressant que son prédécesseur, malgré son statut de second volet.

Et toi, qu’as-tu pensé de Dragons 2 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.