Idealis tome 1 : À la lueur d'une étoile inconnue de Christopher Paolini
Par titre

Idealis tome 1 : À la lueur d’une étoile inconnue de Christopher Paolini

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique du nouveau roman d’un auteur bien connu : Idealis tome 1 : À la lueur d’une étoile inconnue de Christopher Paolini.

Petite précision : vous pourrez trouver ce roman décrit comme un one shot. C’est normal puisque c’est le cas en anglais, la VF a été coupée en deux (et à raison à mes yeux parce que ce premier tome est déjà bien long !).

Quant à mon avis… Impopular opinion malheureusement. Peut-être parce que je venais de finir Nevernight et que je ne me remettais pas de la magie du merveilleux univers complexe de Jay Kristoff. Peut-être parce que j’avais tellement adoré l’héritage, saga qui m’avait la première véritablement rendue accro à la lecture. Peut-être parce que tous les avis, anglais comme français étaient excellents. Peut-être même pour toutes ces raisons à la fois, j’ai été déçue.

Ne vous y méprenez pas, Idéalis est un très bon livre. Bien ficelé, plein d’action mais aussi des réflexions nécessaires à une intrigue cohérente et crédible. Seulement, il m’a manqué la petite étincelle qui aurait transformé ce bon livre en coup de cœur (et là du coup ça me rappelle un peu ma lecture de Shades of magic par cet aspect).

Le résumé

Kira Navárez rêvait d’un monde nouveau.

Elle vient de réveiller un cauchemar d’une ampleur intersidérale…

Lors d’une mission de routine sur une planète inconnue, Kira découvre un organisme vivant d’origine extraterrestre. Fascinée, elle s’approche de l’étrange poussière noire. La substance s’étend sur tout son corps et commence à prendre le contrôle. Kira, en pleine transformation, va explorer les dernières limites de sa condition d’être humain.

Mais quelle est l’origine de cette entité ? Quelles sont ses intentions ?

La scientifique n’a pas le temps de répondre à ces questions : la guerre contre les aliens est déclarée, et Kira pourrait bien être le plus grand et le dernier espoir de l’humanité.

~ Retour sur cette lecture ~

 Avant la lecture

Comme je le disais au début de cette chronique, j’attendais Idealis avec impatience, et depuis plusieurs mois puisque la sortie de ce petit bijou nous avait été annoncée pendant l’été par l’éditeur. Etant sorti plus tôt dans les pays anglophones, je voyais les critiques résolument positives des bookstagrammeurs anglais tomber et j’étais d’autant plus excitée à l’idée de le lire à mon tour.

Quand je l’ai reçu, j’ai tout de même un peu procrastiné à cause de sa grosse taille, lui préférant quelques lectures moins épaisses. Mais une fois Nevernight terminé, j’ai eu peur d’avoir une panne de lecture si je ne repartais pas tout de suite dans un autre univers et j’ai pensé qu’Idealis, fortement potentiel coup de cœur lui aussi, serait parfait pour ça.

Après lecture de la partie 1

J’ai donc commencé ma lecture par la partie 1 (sans blague !) à laquelle j’ai plutôt bien accroché au début. J’appréciais les différents personnages et le roman avait par-dessus ça un petit air de Phobos qui le rendait addictif.

Quand j’en suis arrivée au moment où Kira trouve l’organisme extraterrestre (je considère que ce n’est pas un spoiler étant donné que cet élément de l’histoire se trouve dans le résumé), je pensais être conquise. J’ai adoré voir Kira et les autres réfléchir à ce que pouvait être cet organisme, les quelques plots twists, la tension dans le récit… C’était génial !

Et puis le récit a pris un tour soudain différent à la fin du chapitre 6. Le truc, c’est que je n’ai pas suivi. Ce retournement de situation ne m’a pas convaincue, comme s’il arrivait trop tôt… Avec le recul et en ayant lu l’intégralité du roman, je comprends ce que l’auteur a voulu faire mais sur le coup, j’ai juste décroché.

Lecture de la suite du roman

J’ai lu le reste du roman de façon plus passive, sans me sentir investie dans l’histoire. Les plots twists ne me surprenaient plus autant qu’ils auraient dû et j’avais du mal à compatir par rapport à Kira. Je suis tout de même allée jusqu’au bout parce que j’étais curieuse de voir le dénouement de l’histoire, qui s’est avéré assez spectaculaire (notez que ce n’est pas la fin de l’histoire, juste celle du premier tome).

Le bémol

Kira en bave, clairement, tout au long du roman. Entre le stress permanent, l’environnement hostile quasi-permanent et l’intrusion de l’organisme extraterrestre dans sa vie, disons que l’auteur ne lui a pas facilité les choses.

Mais du coup les sensations/émotions qui se dégagent de l’histoire sont plutôt négatives : Kira est souvent fatiguée ou dépassée par les évènements. Et Paolini étant un bon auteur, il parvient plutôt bien à transmettre tout ça au lecteur, ce qui fait d’Idealis un roman un peu lourd à lire par certains aspects…

En conclusion

Malgré un roman bien écrit et une intrigue vraisemblablement longuement réfléchie, je n’ai pas réussi à accrocher à Idealis. Trop d’attentes et probablement pas dans le bon mood… Mais je vous laisse vous faire votre propre avis sur ce roman !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.