En plein vol
Par titre

En plein vol

Merci aux éditions Rageot et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce titre.

Hello ! Aujourd’hui je reviens vers vous avec un roman qui m’a bouleversée par son récit juste et émouvant : En plein vol de Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier.

J’avais envie d’un roman simple et sans prétention, et j’ai été servie. En plein vol raconte avec simplicité l’histoire de deux adolescents un peu paumés qui cherchent leur place. Je me suis retrouvée dans ce récit, surtout par rapport à quelques aspects et réflexions du personnage de Romane. En tout cas c’est un roman que je vous recommande !

Le résumé

« Déployer ses ailes et prendre son envol. Planer dans la brise, se griser de vitesse.

Lorsque Romane et Jules se rencontrent à la fac, leur amitié est fulgurante, nourrie d’idéalisme. Quelle vie veulent-ils mener ? Une existence remplie d’un amour rare, d’une famille-nid et de confiance ? Ou baignée d’art et de marginalité, de liberté et d’urgence, sans aucun attrait pour le futur ? »

~ Retour sur cette lecture ~

Des personnages simples et touchants

Bon, pour être tout à fait honnête je n’ai pas accroché à tous les personnages. J’ai eu du mal à me mettre dans la peau de Jules durant l’histoire et Clément m’a paru un peu fade.

Mais Romane… J’ai aimé le fait qu’elle ressemble à la fois à n’importe quelle ado lambda et qu’elle ait tout de même des caractéristiques personnelles. Sa relation avec sa famille est très belle et résonne de façon réaliste. Je pense qu’il est très facile de se projeter en elle et que c’est voulu de la part des auteurs, ce qui apporte au récit un côté personnel, qui permet au lecteur de mieux s’y plonger.

Je sais que tous ces personnages sont aussi développés dans le roman Quand vient la vague des mêmes auteurs (que je lirai probablement un jour… enfin quand ma PAL aura diminué  XD) et j’avoue que je serais curieuse de découvrir un autre petit morceau de leurs vies.

La vie dans la rue

En plein vol met aussi le lecteur face à un sujet devant lequel on a tendance à détourner les yeux : la précarité, et plus particulièrement la situation des sans domicile fixe. Si le roman prend parfois un ton un peu moralisateur à travers le personnage de Jules, il évoque aussi des sujets qui ne sont pas très présents dans la littérature Young Adult et offre un bout d’humanité au lecteur.

J’ai aimé que Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier parlent aussi des mouvements organisés pour aider ces personnes (le Refuge, les maraudes) et prennent le temps de montrer qu’il ne s’agit pas d’une situation si exceptionnelle, notamment à travers un autre personnage qui prend de la place plus loin dans l’histoire.

Les débuts de la vie étudiante

Romane expérimente pour la première fois l’indépendance, loin de sa famille, mais aussi la vie étudiante avec son entrée en première année de licence de sociologie. Je n’ai pas réussi à retrouver le passage sur le sujet qui m’avait plu (je ne peux pas coller de post-it sur ma kindle XD) mais Romane disait qu’elle voyait le lycée un peu comme un sas avant le les études supérieures, une période de ralenti avant le rush, ce en quoi je suis entièrement d’accord avec elle.

Il y a aussi les fêtes, les vacances avec son copain, et toutes les choses qui sonnent tellement juste et réaliste avec son quotidien. En bref, une partie de l’histoire qui offre un coin de vie et plaira sans aucun doute aux fans de romans de ce type.

A travers l’histoire de Romane…

« Je voulais rester pour lui l’amie légère et virevoltante. L’oiseau dans le vent fou. Pas ces cernes, ce ventre gonflé, ce corps qui me cloue au sol chaque mois. »

Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier, En plein vol

ATTENTION : on peut considérer que ce paragraphe contient un spoiler sur le roman (même si c’est quelque chose qu’on comprend assez rapidement dans le récit)

Roman souffre d’endométriose. Dès que la question de ses règles est apparue, et qu’elle a évoqué ses divers rendez-vous médicaux qui n’avaient pas abouti, j’ai compris où les auteurs avaient choisi de nous emmener. C’est positif de voir qu’on parle de cette maladie dans les romans Young Adult, car elle n’est pas si connue et les gens ont tendance à banaliser les douleurs menstruelles, affirmant parfois à tort que certaines filles en font juste des tonnes.

Pour faire simple, l’endométriose est une maladie qui fait que lorsque la femme atteinte à ses règles, au lieu de se détruire ses cellules endométriales (celles qui tapissent la paroi de l’utérus) migrent dans les trompent et forment des kystes. Cette maladie touche en moyenne une femme sur dix.

J’ai apprécié que les auteurs donnent la parole à Romane sur cette maladie et permettent de mettre des mots dessus. Si son diagnostic est triste et qu’elle ne pourra probablement pas avoir d’enfant, il faut tout de même rappeler que ce n’est pas le cas de toutes les femmes atteintes de cette maladie. En tout cas, son histoire est touchante et la façon dont sa famille témoigne de son affection fait chaud au cœur, adoucissant un peu cette part moins lumineuse du roman.

En conclusion

Un roman touchant et émouvant qui aborde de façon simple des sujets qui ne le sont pas, et donne la parole à des personnages qui représentent parfaitement des minorités souvent silencieuses dans la littérature. Un livre à lire et à recommander à ceux qui cherchent une histoire réaliste et bien racontée.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.