4 raisons de lire Eve of Man
Par titre

4 raisons de lire Eve of Man

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui je voulais vous parler d’un roman sorti il y a deux jours chez Page Turners Romans : Eve of Man de Giovanna et Tom Fletcher. Ce roman est un best-seller américain que j’étais ravie de voir traduit et en bilan, c’est un coup de cœur.

Résumé                                        

Le premier jour, personne n’y a prêté attention. Le lendemain, on a pu encore croire à une coïncidence. Mais le troisième jour, puis les suivants, il a fallu se rendre à l’évidence : seuls naissaient des garçons. Et pendant cinquante ans, seuls des garçons sont nés, menaçant la survie même de l’humanité.

Puis, contre toute attente, Eve est née.

Eve a toujours vécu seule dans une tour sous le regard strict des Mères qui l’ont élevée loin des hommes, car elle est la dernière fille sur Terre. Maintenant qu’elle a l’âge de procréer, elle doit faire face à son destin. Trois hommes ont été sélectionnés pour elle, et l’avenir de l’humanité est entre ses mains.

C’est un sort qu’elle a toujours accepté.

Jusqu’à ce qu’elle rencontre Bram.

Depuis cette rencontre, Eve veut prendre le contrôle de sa vie. Elle veut la liberté.

Mais comment choisir entre l’amour et l’avenir de la race humaine ?

~ 5 raisons de lire ce roman ~

1 – Un univers dystopique creepy et bien construit

Giovanna et Tom Fletcher proposent un univers qui a été travaillé, et posent la base d’un monde futuriste inquiétant mais aussi complexe. Dans Eve of Man, certaines personnes ont pris l’ascendant sur les autres et la balance du pouvoir est clairement déséquilibrée.

Le lecteur découvre peu à peu cet univers à travers les yeux d’Eve, prisonnière de sa bulle, et ceux de Bram qui sort peu à peu du cocon de mensonges tissé par son père autour de lui. Les amateurs de dystopies originales et d’univers travaillés apprécieront celui d’Eve of Man, qui est l’un des meilleurs que j’ai croisés depuis un moment.

Même si le postulat de base est complètement dingue (ou peut-être justement à cause de ça), le roman est innovant et propose une histoire vraiment inédite qui change de ce qu’on a d’habitude sur nos étagères.

« Le premier jour, personne n’y prêta attention. Il y eut peut-être quelques petits rires parmi les sages-femmes à la vue de tous ces bébés emmaillotés dans leur couverture bleue, sans une seule couverture rose. Séparément, les hôpitaux n’en auraient tiré aucune conclusion. Ils n’auraient pas pu deviner que ce jour tout bleu n’était qu’un début.

Le lendemain, on fronça les sourcils, perplexe, devant ces nouvelles vingt-quatre heures de bleu.

Rien que des garçons.

Assez déroutant. Mais l’on continua à penser qu’il s’agissait d’une pure coïncidence. Le chromosome Y se faisait plus expansif que d’habitude.

Le troisième jour, les médias signalèrent le fait à titre anecdotique. (« On vit vraiment dans un monde d’hommes. ») Ce fut ce qui attira l’attention générale. Médecins et infirmières réalisèrent que leur cas n’était pas une exception. Le bleu prenait le dessus. Pas seulement des hôpitaux entiers, ni des pays entiers, mais le monde entier.

Où était passé le rose ? »

Giovanna et Tom Fletcher, Eve of Man

2 – Une intrigue construite autour d’un complot énorme 

Quand on parle des théories du complot… Eve of Man se situe très précisément dans ce genre-là. Si on comprend très vite que quelque chose cloche dans la tour, grâce à l’alternance des points de vues d’Eve et de Bram (qui n’ont étrangement pas la même version des faits), on a une vue d’ensemble sur le système inventé par Vivian seulement à la toute fin. Et encore, je soupçonne le tome 2 de nous réservé encore pas mal de surprises sur le sujet…

En tout cas si vous aimez les romans qui démontent peu à peu leur intrigue de base pour révéler une manipulation (coucou Phobos), vous serez servis !

A propos de Phobos, je me permets de prolonger momentanément la comparaison. Si l’idée de base des deux romans est très différente, on décèle pas mal de similitudes ne serait-ce que par le méchant de l’histoire. Dès qu’on a rencontré celui d’Eve of Man, j’ai eu l’impression de voir une sorte de Serena McBee bis, et du coup j’ai l’impression d’avoir été moins surprise par ses actions, qui collaient presque trop…

3 – Enchaînement d’actions

Il y a peu de chance que vous vous endormiez sur Eve of Man. Au début du récit, il y a quelques phases un peu plus longues nécessaires à un la mise en place de l’univers et à un avancement correct du récit. Mais une fois cette phase dense en informations passée, l’intrigue décollent et les actions s’enchaînent.

Pas de bagarres dingues ou de compte à rebours stressant au programme (+1 si vous aviez la référence), mais des courses poursuites et des tonnes d’explosions. Si ce n’est pas tout à fait un page turner à cause du rythme du récit qui lui permet d’expliquer l’univers complexe, il est agréable à lire et loin d’être ennuyeux !

4 – Il n’y a pas d’élément inutile 

Dans Eve of Man, certains passages m’ont paru sur le moment pleins de détails inutiles, à renforts de descriptions et d’informations sur le monde construit par les auteurs au point que ça soit parfois too much. Comme je l’ai précisé dans le paragraphe d’avant, le début du roman surtout est assez long à cause de la mise en place de l’univers et le tout est très dense, alors on ne voit pas vraiment l’intérêt d’insister sur l’arbre qui sert de fond d’écran d’ordinateur à Bram ou sur les systèmes de sécurité de la tour.

Et puis à la fin, tout s’est imbriqué pour donner le résultat final : une conclusion qui n’en est pas vraiment une et qui annonce clairement un second tome.

En conclusion

Notez bien la date : le 19 février, sortie de ce premier tome avec une idée originale qui vous changera des dystopies habituelles qui ont tendance à se ressembler. Un roman qui malgré un début un peu long arrive finalement à démarrer et offre une intrigue intéressante à renfort de complots et de révélations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.