Un été à emporter de Maurene Goo
Par titre

Un été à emporter de Maurene Goo

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui je reviens avec vous sur l’une de mes récentes lectures : Un été à emporter de Maurene Goo.

Pour contextualiser un peu tout ça, j’ai lu Un été à emporter juste après Save the date (que j’ai d’ailleurs chroniqué ici) et j’avais pas mal d’attentes, de un parce que j’avais énormément entendu parler en bien des romans de Maurene Goo et de deux parce que je comptais bien rester dans un style léger, estival et feel good dans la droite ligne de ma lecture précédente.

Oupsi.

Sauf que mes attentes étaient un peu hautes et que j’ai vraiment eu du mal à accrocher, principalement à cause du personnage principal. Ce n’est pas pour autant que ce roman est mauvais, c’est juste que… j’ai lu mieux avant.

Le résumé

Clara est une fille cool. Ses amis sont cool aussi. Pour eux, le lycée n’est qu’une vaste farce qu’ils n’ont absolument pas l’intention de prendre au sérieux.

Quand Clara apprend qu’elle va être élue reine du lycée à la suite d’une blague de ses amis, elle profite de l’occasion pour saboter l’évènement, afin de démontrer le ridicule de cette institution… et de faire un pied de nez à Rose Carver qui rêve de la couronne.

Le jour de la cérémonie, Clara transforme son intronisation en parodie du film « Carrie » à grand renfort de faux sang et de hurlements, ce qui scandalise Rose. Les deux jeunes filles se disputent, en viennent aux mains… et mettent accidentellement le feu à l’auditorium. Pour elles, la punition sera exemplaire : les deux jeunes filles vont devoir travailler ensemble dans le food-truck du père de Clara… pendant tout l’été !

~ Retour sur cette lecture ~

Le personnage principal

Comme je le disais dans l’introduction de cet article, le point qui m’a vraiment empêchée d’apprécier cette lecture c’est son personnage principal : Clara. Comment résumer ça ? Elle est égocentrique, capricieuse et ne se soucie de rien, ne s’investit dans rien, ne fait rien de ses journées.

Dès le début, je me suis malheureusement sentie « dans l’autre camp », plus proche de Rose Carver et de ses valeurs. Autant vous dire que suivre une joute entre deux personnages du point de vue de l’un en étant plutôt à donner raison à l’autre, ce n’est pas top…

Clara à la chance d’avoir un père dont elle est proche, même si celui-ci lui a visiblement laissé trop de libertés et n’est pas étranger à son comportement. Elle a aussi des amis proches, et pourtant elle s’obstine à embêter les autres et s’acharne sur Rose à cause d’une erreur passée dans ce qui s’appelle clairement du harcèlement.

Autant vous dire que vu tout le bien que je pensais de Clara au bout de quelques pages (#ironie), j’avais déjà laissé tomber l’idée d’un énorme coup de cœur et j’espérais tout simplement qu’elle évoluerait dans sa mentalité au cours du roman.

C’est tout à fait ce qui se passe d’ailleurs et je passe donc aux points plus positifs de cette lecture !

Un roman hyper cute

Entre l’histoire d’amour et celle d’amitié qui naissent dans ce roman, on est servis en termes de bonne humeur et positivité. J’ai trouvé l’évolution des différentes relations trop mignonnes et pris plaisir à suivre tout ça, surtout sur la fin alors que Clara était beaucoup plus agréable à suivre en tant qu’héroïne.

Côté diversité

Puisqu’on en parle pas mal en ce moment, je trouvais sympa de souligner qu’il y a une belle diversité dans Un été à emporter. Clara est d’origine asiatique et on a d’ailleurs à divers moments des aperçus de sa culture qu’elle partage avec le lecteur, beaucoup au niveau culinaire avec le food-truck mais pas que. On notera aussi un personnage secondaire de couleur et un autre homosexuel.

Les romans de ce type (romance + feel-good + young Adult) ayant une certaine tendance à négliger la diversité, je tenais à souligner que ce n’est pas le cas de celui-ci !

L’évolution de Clara

Encore un point que j’ai apprécié. Même si j’aurais aimé une évolution plus rapide, et que même à la fin Clara me restait un peu antipathique, je trouve vraiment bien de la voir s’ouvrir et se remettre en question.

Par contre, je trouve que l’auteure joue particulièrement bien la carte de l’empathie lorsqu’il s’agit de la mère de son personnage principal, même si la pseudo-révélation sur celle-ci n’était vraiment pas une surprise pour moi.

Je ne veux pas trop développer sur ce sujet car j’en viendrais trop rapidement à spoiler le roman, mais c’est vraiment un point intéressant de l’histoire.

En conclusion

Un roman qui m’a un peu déçue, principalement à cause de son personnage principal, mais qui reste joli et feel-good. Je pense lire d’autres livres de l’auteure pour me faire un avis sur son écriture, que j’ai appréciée malgré le fait que l’histoire ne m’ait pas particulièrement emballée.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

Un été à emporter de Maurene Goo
Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.