King of scars : le retour de Nikolai
Par titre

King of scars : le retour de Nikolai

Hello ! A peine sorti et déjà lu, ce vendredi je vous propose mon avis sans puis avec spoilers sur le dernier roman de Leigh Bardugo : King of scars. Composante du Grishaverse et première partie d’une duologie, une super lecture coup de cœur comme l’auteure sait si bien nous en offrir.

Ça a été une lecture peu commune. J’étais heureuse de retrouver les personnages, surtout Nina et Nikolai, et de pouvoir voir les choses du point de vue de Zoya. Mais pendant la première moitié du roman, l’histoire est un peu lente et malgré ces personnages géniaux, on aimerait que ça avance un peu. Buis bam, plot twist de la mort qui tue (si vous le devinez, chapeau !). Ensuite enchaînement d’actions improbable jusqu’à un final qui nous laisse sur les fesses, et dans l’attente impatiente de la suite. En bref, un roman génial qui mérite bien une chronique !

Résumé

Aux yeux de tous, Nikolai Lantsov, roi de Ravka, a tout pour plaire : jeune, charismatique, il est le héros de la guerre civile qui a déchiré le royaume.

Installé depuis peu sur le trône, Nikolai doit pourtant faire face à une nouvelle menace : des forces ennemies semblent bien décidées à envahir le pays, dont les frontières sont affaiblies, et les coffres vides. Nikolai doit donc trouver un moyen de rétablir les finances, forger de nouvelles alliances et renforcer son armée de Grishas, cette élite magique qui a tant souffert de la guerre civile.

Or, la plus grande menace pour le royaume n’est autre que le roi en personne ! Victime, pendant la guerre civile, d’une terrible malédiction, Nikolai se transforme presque chaque nuit en une monstrueuse créature que seuls quelques Grishas semblent pouvoir contenir.

Hélas, les ténèbres qui habitent le jeune monarque sont de plus en plus fortes, et Nikolai craint de devenir un monstre pour toujours.

Résolu à combattre le mal qui le ronge, il décide de partir en quête de réponses dans un lieu où règne la plus sombre des magies…

~ Première partie, pas de spoiler promis ~

Note sur l’ordre de lecture

Il se peut que vous soyez tenté(e) par King of scars, parce que tout booksta en parle et qu’il a l’air génial (et je vous garantis qu’il l’est !). Mais le roman est difficilement compréhensible sans avoir lu les précédents romans de Leigh Bardugo, à savoir la trilogie Grisha et la duologie Six of crows. En effet, King of scars est rempli de références et fait directement suite à ces deux histoires, étant plus relié à elles qu’elles ne l’étaient entre elles. L’ordre de lecture idéal est :

  1. La trilogie Grisha
  2. Six of crows & Crooked Kingdom
  3. King of scars
Grils of the Grishaverse

Fanart par @Keviwada

Retrouver le Grishaverse

En ouvrant King of scars, je n’avais pas d’idée particulière sur ce que pouvait être l’histoire, mais j’attendais surtout de retrouver l’univers et je faisais entièrement confiance à Leigh Bardugo pour le reste.

Les personnages les plus présents sont Nikolai, Zoya et Nina dont on alterne les points de vue. Le jeune roi est toujours aussi excellent, ayant une bonne répartie pour toutes les situations. Le point de vue de Zoya est extrêmement enrichissant car on dépasse le mystère qui entourait cette puissante Grisha jusqu’ici, et je dois dire que si c’était déjà un personnage que j’appréciais, c’est maintenant un de mes favoris !

Le cas de Nina est un peu différent. On avait déjà découvert son point de vue et sa personnalité dans Six of crows, mais on la récupère brisée, quelques mois après la fin des évènements de Crooked Kingdom. Elle n’arrive pas à faire son deuil et voir cette soigneuse si forte et pleine d’humour dans cet état me brise le cœur. D’un autre côté, sa ligne narrative est la plus intéressante dans la première partie du roman car la seule à offrir une véritable quête, bien que très glauque (en même temps, de la part d’une Grisha qui contrôle les morts…).

Au-delà des personnages, le roman nous balade dans certains pays de l’univers et la magnifique carte qui est au début du roman est bien plus précise que celles des romans précédents !

L’histoire

Nikolai Lantsov (King of Scars) par @Niru.sky

Fanart de Nikolai par @niru.sky

King of scars est un roman réellement entraînant et même s’il manque parfois un peu d’actions, les mystères sont quant à eux bien au rendez-vous. Au-delà du lien avec le reste du Grishaverse, j’ai adoré l’enquête menée par Nina, le combat de Nikolai contre le démon et ses doutes ou encore les combats et surprises que m’a réservé ce roman !

La fin mérite d’être mentionnée car Leigh Bardugo achève ce premier tome sur un cliffanger intenable, donc aux impatients attention car l’attente du second tome risque d’être très longue !

La conclusion de cette chronique (à la toute fin de l’article) est garantie sans spoiler donc tu peux descendre pour la lire sans souci !

~ Spoilers par la suite, vous êtes prévenus ! ~

Le Plot twis au milieu du roman

Au début, je ne comprenais même plus ce qui se passait. Pourquoi les pèlerins avaient disparu, qu’avait fait Zoya ? Et puis on a enfin les explications. Et j’ai compris pourquoi tout le monde disait que le roman se divisait en deux parties, puisqu’il y a l’avant la rencontre avec les saints et l’après.

L’après est bien plus dynamique, même pour les parties de King of scars qui ne sont pas directement reliées à cette ligne narrative (même le fil de Nina s’améliore) et on en prend plein la vue, mais on comprend aussi certaines choses à retardement. C’est surtout des éléments de Grisha qui sont désormais plus clairs et la mythologie inventée par l’auteure qui se précise.

Des Grishas surpuissants

Des Grishas métamorphose, bien plus puissants que Zoya et capable de prouesses sans même être dotés d’amplificateurs, ni sans l’aide de parem. Incroyable, mais c’est pourtant de tels personnages dont Zoya et Nikolai font la connaissance.

La première battaille qui oppose les deux dirigeants aux saints est impressionnante, mais finalement plutôt courte et ce n’est pas celle-ci qu’on retient. Par contre j’ai adoré l’entraînement de Zoya avec Juris, et toutes les révélations sur la hurleuse que ça impliquait, ainsi que celui encore moins orthodoxe de Nikolai.

Encore une fois King of scars éclaircit certains évènements de Grisha, comme la raison pour laquelle Zoya a rejoint Alina dans son combat contre le Darkling.

Zoya (King of scars) par @phantomrin

Fanart de Zoya par @phantomrin

La sainte pas si angélique

Je n’avais pas vu venir la trahison d’Elizaveta, et encore moins ses implications. Donc une grosse et belle surprise qui est à l’origine de celle encore plus impressionnante de la fin. Je trouve cepandant un peu dommage que Leigh Bardugo n’ait pas laissé une chance aux lecteurs de voir venir cette action, je pense que la soupçonner aurait rendu l’histoire encore plus passionnante.

Isaak enfile ses beaux habits

Transformer un garde en son sosie pour cacher son absence, il n’y a que Nikolai pour avoir une idée pareille. Je dois dire que je n’ai pas vraiment apprécié Isaak, même si je ne sais pas vraiment pas pourquoi. Ses passages me semblaient moins intéressants ou passionnants que ceux des autres personnages.

Mais il y en a eu d’autres à mourir de rire, en particulier le moment où Genya lui demande de sauter à l’eau et qu’elle réalise qu’il ne sait pas nager, ou la fausse démonstration ratée des izmars’ya.

La fin

L’apogée même du roman, la fin est un festival de surprises. Tout d’abord il y a ce moment ou Nikolai nous fait une action à la Kaz Brekker, avec une série de déductions démasquant une princesse shu et empêchant une guerre.

Sauf qu’il fait chanter ladite princesse en lui demandant de l’épouser. Comme le texte est écrit du point de vue de Zoya, on voit sa peine et moi aussi j’avais mal en le lisant. J’adore le duo qu’elle forme avec Nikolai et j’espère vraiment une fin heureuse pour eux deux, d’autant plus que Leigh Bardugo nous a déjà montré qu’elle appréciait les couples originaux dans Six of Crows.

Et puis il y a la révélation finale, le cliffanger ultime qui nous rappelle en beauté que le roman nécessitera une suite : le retour du Darkling. J’ai tellement hâte de lire le second tome, avec un début comme celui-ci il commencera en beauté et il se pourrait même qu’il soit aussi génial que Crooked Kingdom !

Conclusion ~ garantie sans spoilers !

Un premier tome prometteur auquel on pardonne sa première partie un peu longue pour le festival de surprises et révélations qui suivent, même si le cliffanger de la fin nous laisse sur notre faim. L’attente du deuxième tome risque d’être longue mais au vu de la situation dans laquelle sont les personnages, il sera probablement épique. Encore un chef d’œuvre et un coup de cœur !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.