La quête d’Ewilan tome 3 : L’île du destin
Par titre

La quête d’Ewilan tome 3 : L’île du destin

Hello ! Toujours en coordination avec les lectures communes que j’organise sur Instagram, voici ma chronique du troisième tome de la saga La quête d’Ewilan de Pierre Bottero : l’île du destin.

L’île du destin est probablement mon tome favori de cette trilogie, pour plusieurs raisons que je vais évoquer dans la suite de cette chronique. En tout cas, sachez que je suis arrivée à cours de post-it lorsque j’ai annoté ce roman en prévision de la lecture commune et que c’est vraiment à mes yeux un tome pivot, qui possède de nombreux liens vers l’ensemble des sagas de Bottero en plus de clore la première partie de l’histoire d’Ewilan.

ATTENTION : cette chronique contient des spoilers sur le roman dont il est question, ainsi que sur les tomes précédents.

Pour retrouver mes chroniques des tomes précédents :

Le résumé

Les Sentinelles libérées, Ewilan et Salim rejoignent la Citadelle des Frontaliers avec leurs compagnons. Là, Ewilan découvre la retraite du légendaire Merwyn, le plus grand des dessinateurs. Il leur conseille de regagner l’autre monde et de convaincre Mathieu, le frère d’Ewilan, de les suivre en Gwendalavir. À leur retour avec lui, la troupe embarque pour les îles Alines où les parents d’Ewilan sont détenus par la traîtresse Eléa Ril’ Morienval. Mais des pirates les pourchassent. Ewilan parviendra-t-elle à mener sa quête jusqu’au bout ?

~ Retours sur cette lecture ~

Le début de la romance

Si dans les deux premiers tomes de La quête d’Ewilan l’auteur choisit de ne glisser que quelques rares moments de romance, préférent sse centrer sur l’amitié et la cohésion du groupe de voyageurs, ici il y en a enfin et du concret.

Je suis évidemment fan du couple Edwin/Ellana (comment ne pas l’être ?) qui est toujours aussi incroyable et complémentaire. J’avais oublié l’instant de la rencontre entre Siam et Ellana et la jalousie de la marchombre et j’ai adoré redécouvrir ce passage !

Du côté Ewilan/Salim, ça avance plus doucement mais c’est aussi plus réaliste au vu de l’âge de nos héros. Là encore Pierre Bottero nous régale, entre humour, moments improbables (lorsque Camille envoie Salim sur les roses après le discours d’Ellana et Siam sur le féminisme… J’adore cette scène !) et passages touchants saupoudrés de déclarations enflammées comme Salim le fait si bien.

Et puis il y a la romance naissante entre Siam et Mathieu, maladroite mais adorable dès le début. Après un coup de foudre immédiat, surtout du côté de Mathieu, viennent les doutes et la remise en question. J’apprécie le fait qu’après le coup de cœur tout ne soit pas parfait et l’évolution qui est donnée à leur relation.

Le lien incroyable avec L’Autre

Dans cette partie, je vais spoiler la saga L’Autre de Pierre Bottero donc si jamais vous ne l’avez pas lue, je vous conseille vivement de passer au paragraphe suivant.

Salim subit dans L’île du destin une transformation spéciale, combinaison d’un hiatus et d’une situation désespérée : il se transforme en loup. Si dans La quête d’Ewilan la seule hypothèse sur sa capacité à se métamorphose est évoquée par Duom : le hiatus a révélé quelque chose d’enfoui chez lui.

Ayant lu L’Autre, on peut confirmer l’hypothèse de Duom et même aller plus loin : Salim descend de la Famille des Métamorphes. En effet, dans le premier tome il affirme avoir des origines Camerounaises, endroit même où Elio dans le troisième tome de L’Autre rencontre les descendants de sa Famille. C’est un lien entre les histoires de Bottero que j’ai mis un moment à découvrir et que je trouve hyper bien pensé !

Une troupe plus soudée que jamais

J’adore l’alchimie du groupe et la façon dont Siam et Mathieu s’intègrent sans difficulté. L’humour, les aventures, la magie : tous les éléments sont là pour une aventure de fantasy épique et on rêverait de voyager avec cette petite troupe originale ! J’aime le fait que l’amitié soit vraiment à l’honneur dans cette saga et que la confiance et l’humour soient toujours présents, rendant le roman agréable à lire.

« – Pas de soucis, Bjorn. Pas de soucis ! Répondit Salim qui avait du mal à se calmer. Tu es si laid que, barbu ou pas, balafré ou non, les filles de la citadelle feront des cauchemars pendant des siècles.

– Tu es jaloux, riposta le chevalier, voilà tout !

Maniel qui assistait à l’affrontement en souriant, assis dans un fauteuil, les pieds sur une table basse, intervint.

– Je te préfèrerais barbu, déclara-t-il.

– Tu crois ? s’étonna Bjorn.

– Bien sûr ! Les vilaines choses, moins on les vois, mieux on se porte.

Bjorn, vexé, tourna le dos à ses amis. »

Pierre Bottero, La quête d’Ewilan : L’île du destin

En conclusion

Un troisième tome parfait pour conclure le premier volet des aventures d’Ewilan. J’adore l’humour, la romance et l’aventure qui sont l’essence même de la fin de cette saga et c’est toujours un plaisir de la relire !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.