Phantom Wheel : un plongeon dans le monde des hackers
Par titre

Phantom Wheel : un plongeon dans le monde des hackers

Merci aux éditions Hachette et à Netgalley de m’avoir permis de lire ce titre.

Hello ! Dans cet article je vous présente un roman qui change un peu du fantastique et des romances habituels puisqu’il s’agit d’un roman d’action autour du piratage informatique : Phantom Wheel de Tracy Deebs.

J’ai vraiment apprécié cette lecture que j’ai trouvée originale et réaliste avec une intrigue bien menée, malgré quelques petits points de détails qui font que ce n’est pas non plus un coup de cœur. En tout cas avis aux plus geeks d’entre vous : ce roman à 100% de chances de vous plaire !

Le résumé

Lorsque six jeunes hackers sont invités par la CIA à passer un test d’aptitude, avec à la clé une bourse d’études et une promesse d’emploi, cinq d’entre eux acceptent de participer. Après tout, pour certains, c’est un ticket en or pour un avenir meilleur.

Seul Owen refuse.

  Un simple coup d’œil à l’énoncé de l’exercice lui a suffi pour comprendre que quelque chose clochait. Des recherches plus poussées viennent confirmer ses soupçons. En se faisant passer pour la CIA, la société Jacento – leader sur le marché des télécommunications – cherche à exploiter les compétences en informatique des six adolescents dans le but de créer Phantom Wheel,  la Roue Fantôme, un virus destructeur qui permettrait à l’entreprise d’accéder aux données personnelles des internautes du monde entier.

  Conscients de ce que cela signifie – une surveillance maximale, des libertés bafouées  –, Issa, Ezra, Owen, Alika, Seth et Harper vont tenter d’arrêter Jacento par la force – en informatique comme dans la vraie vie.

~ Retour sur cette lecture ~

Enfin un livre réaliste

Quand je découvre qu’un livre traite de hacking et autres codages, je l’avoue, j’ai tendance à le reposer. Tout simplement parce que j’en ai marre de lire que le héros rentre trois lignes de code et hacker le FBI finger in the nose.

La plupart des auteurs évoquent l’informatique ou le Big Data sans vraiment savoir de quoi ils parlent. Phantom Wheels m’a vraiment plu parce que ce n’est pas le cas ! Il traite de sujets qui existent (Red Hat, Linux etc.) et rappelle même des problématiques modernes (Cambridge Analytica).

On retrouve des blagues classiques en informatique (la difficulté de coder sous Windows) même si on ne peut que noter l’absence d’Apple dans tout ça… La société aurait-elle été renommée Jacento ? En tout cas c’était un plaisir de dévorer ce roman et même si tout ce jargon pourrait effectivement perdre les non-initiés, j’ai pour ma part vraiment apprécié cet aspect de Phantom Wheels !

De la romance

Un peu beaucoup trop d’ailleurs. J’apprécie la romance dans les livres et les couples qui se sont formés ne sont pas ceux que j’aurais attendus mais je l’ai trouvée mal dosée, trop présente dans une histoire entre des inconnus reliés uniquement par le danger.

Pour cela le personnage de Harper est intéressant, elle amène une dimension souvent peu évoquée dans les romans. Grâce à elle, le livre passe d’assez « classique » à une version avec plus de diversité, d’autant que son cas est trop souvent ignoré par la littérature.

De l’action

Dans Phantom Wheel, on n’a pas une minute pour souffler. Les actions les plus dingues s’enchaînent rapidement comme dans un bon film, avec entre autres une scène spectaculaire dans un train et une fusillade qui nous prend par surprise.

Le tout est bien mené, avec les réactions très différentes des personnages qui apportent quelque chose à l’histoire. De plus, l’enchaînement a du sens, ce n’est pas simplement de l’action pour de l’action.

Dans la peau des hackers

Le livre est écrit à la première personne, et alterne les points de vue des différents hackers. Cela nous permet de mieux les connaître et de comprendre leurs réactions. Par contre, cette narration se fait essentiellement à travers Issa, Harper et Owen. L’avantage est qu’on n’est pas complètement perdu entre les différents personnages, mais d’un autre côté j’aurais aimé mieux connaître les autres, surtout Seth et Alika.

Un groupe aux origines variées

Autre point très appréciable : les hackers de Phantom Wheel sont d’origines sociales très différentes. Si Owen, Seth, Alika et Erza sont clairement issus de classes sociales favorisées (même très favorisées pour les deux derniers), Issa et Harper hackent en espérant joindre les deux bouts. La rencontre de ces personnages issus de milieux très différents et les incompréhensions qui en découlent ajoutent une nouvelle dimension au roman.

J’ai adoré l’idée qu’une passion commune unisse ces jeunes très différents, tout en restant réaliste avec des disputes et incompréhensions issues de cette différence de mode de vie. Les nombreux clins d’œil et références cinématographiques qui les rapprochent aussi pourront plaire à beaucoup.

Conclusion

Phantom Wheel vous tiendra en haleine toute votre lecture, et si les moins geek seront parfois un peu perdu, il fera le bonheur des nerds et des cinéphiles.

Vous avez lu ce livre ? Vous avez aimé ? Venez en parler en commentaires !

A la recherche d’autres romans du même genre ? Je vous conseille Cogito et Agence 42 !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

Phantom Wheel : un plongeon dans le monde des hackers
Signature

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.