Missouri 1627 : feel good et sujet difficile
Par titre

Missouri 1627 : feel good et sujet difficile

Merci à Page Turners pour l’envoi de ce roman

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique d’un roman contemporain Young adult sorti mercredi dernier qui pourrait vous intéresser : Missouri 1627 de Jenni Hendriks et Tad Caplan.

« Quand vous dites aux gens que vous voulez écrire un livre drôle sur l’avortement, la plupart vous regardent d’un air perplexe et reculent prudemment de quelques pas ».

En lisant la première ligne des remerciements à la fin du roman, j’ai direct su que je devais commencer mon article par là. Parce que les auteurs ont parfaitement réussi leur pari : Missouri 1627 est à la fois drôle et traite de ce sujet on ne peut plus sérieux qu’est l’avortement. Et je vous le recommande à 100% !

Le résumé

À 17 ans, Veronica a un avenir prometteur. Élève populaire et brillante, elle vient d’être admise dans une prestigieuse université et sa vie semble toute tracée. Pourtant, le jour où elle découvre qu’elle est enceinte, son monde s’écroule et toutes ses certitudes s’envolent. Elle n’est pas prête.

Parfois, dans la vie, il y a des tests qu’on préfèrerait rater…

Sa seule solution : se rendre dans une clinique à 1 627 kilomètres de chez elle.

Désespérée, elle se tourne vers son ex-meilleure amie, Bailey, punkette affranchie, la seule à qui elle peut demander de l’aide.

Commence alors un périple à mille à l’heure sur les routes des États-Unis.

Ces deux filles, que tout oppose, vont devoir affronter le monde et prendre leur destin en main.

~ Retour sur cette lecture ~

Un roman feel good

Je dois dire que je n’étais pas entièrement convaincue par le résumé de ce roman. Je l’ai pris en me disant « pourquoi pas ? » mais sans réelles attentes, en espérant que le ton ne soit pas moralisateur comme c’est malheureusement souvent le cas avec un tel sujet.

Après il a un peu trainé dans ma pile à lire, mais les avis extrêmement positifs des copines sur bookstagram m’ont poussée à l’ouvrir rapidement.

Et j’ai pris une claque ! L’humour est là, les rires sont là et c’est définitivement un roman qui fait du bien à lire malgré son sujet difficile. J’ai vraiment tout adoré, des personnages à l’intrigue complètement dingue en passant par les passages plus sérieux, et c’était d’autant plus génial que je ne m’y attendais pas. Une vraie pépite !

Des émotions en pagaille

Un autre point que j’ai trouvé vraiment réussi dans Missouri 1627, c’est la façon dont les auteurs nous font ressentir les émotions de Véronica. On vit toute cette aventure de dingue avec Bailey et elle mais aussi à travers elle et pour ce genre de texte, c’est indispensable de pouvoir se projeter dans le personnage.

Malgré l’histoire fantasque des deux amies, les auteurs proposent aussi des temps de réflexion internes pour Veronica, qui sont nécessaire au vu de ce qu’elle vit. La plume reste fluide mais se charge de questions existentielles et j’ai aimé cet aspect du récit tout autant que sa part plus légère.

Petit aparté sur la partie sérieuse que je ne pourrai pas beaucoup détailler pour ne pas spoiler. Dans Missouri 1627, on rencontre aussi Kevin, le petit ami de Veronica. Au-delà du fait qu’on ne puisse que le détester et admirer la force dont fait preuve notre héroïne face à lui, il est question dans ce roman d’une relation toxique et je trouve que cela apporte encore une puissance émotionnelle supplémentaire au récit.

Un road-trip déjanté

Je ne sais pas où les auteurs sont allés chercher toutes ces idées de rebondissements mais certaines sont complètement dingues. C’est d’ailleurs aussi ce qui fait le charme du récit : l’impulsivité de Bailey, l’improvisation qui est souvent nécessaire et des aventures comme l’escalade de statues géantes ou faire un bout de route en limousine.

Une amitié contrariée

Si Bailey et Veronica se connaissent et ont même été amies à une période, ce n’est plus le cas au moment où le roman commence. L’histoire de leur amitié, de leurs retrouvailles, disputes et aventures dans ce road trip sonne terriblement juste.

On voit Ronnie se questionner sur leur amitié, sur la façon dont elle s’est terminée et sur le reste de son entourage, puisqu’elle a préféré se tourner vers Bailey plutôt que vers ses amies du lycée. Il y a aussi une réflexion de fond sur ce qu’est l’amitié et sur l’importance du paraître durant l’adolescence qui je pense trouvera facilement écho chez chaque lecteur.

En conclusion

Un coup de cœur tout à fait inattendu pour ce roman drôle, juste et plein de questions (et même de réponses !). Une chose est sûre, je n’ai pas fini de parler de Missouri 1627 à mon entourage car il mériterait amplement d’être connu !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.