Les sœurs Wickwood de Ludivine Irolla
Par titre

Les sœurs Wickwood de Ludivine Irolla

Merci à Page Turners et aux éditions Bayard pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique d’un roman one shot de fantasy d’inspiration gothique : Les sœurs Wickwood de Ludivine Irolla.

Les sœurs Wickwood est un roman qui se lit tout seul et raconte avec force de mystère et de mésaventures l’histoire de deux sœurs qui ont perdu leur mémoire, et même pour l’une la vie, dans un tragique incendie vraisemblablement déclenché par de la magie.

Vous l’aurez compris, on est sur une fantasy à base de sorcières, de potions et de spectres qui emprunte beaucoup au courant gothique anglais tout en ajoutant à cela les codes du Young adult. Au programme, la découverte de l’histoire familiale de cette lignée d’occultistes, des rencontres, (un peu) de romance et une histoire qui ravira les fans de ce genre littéraire en quête d’originalité.

Note : le dernier paragraphe de cette chronique contient des spoilers sur le roman dont il est question. Il sera indiqué en rouge et vous pouvez lire le reste sans aucun risque !

Le résumé

Quand les sœurs Wickwood, dernières descendantes d’une dynastie d’occultistes royaux, sont convoquées au palais du nouveau souverain, Aloysius l’Attendu, elles comprennent que leur vie est sur le point de changer. Si Médora se méfie, sa sœur Allégra, réduite à l’état de spectre depuis sa mort dans l’incendie qui a emporté le reste de la famille, est bien décidée à redorer le blason familial. Les deux sœurs s’engagent dans une aventure afin de retrouver le Livre des Mondes Obscurs écrit par leur ancêtre, Aleister Wickwood qui les mènera jusqu’aux confins du royaume. Mais quels secrets cache ce grimoire ? Seraient-ils liés à l’extermination du clan quelques années plus tôt ? Toutes les vérités ne sont pas bonnes à savoir…

~ Retour sur cette lecture ~

Les personnalités de Médora et Allegra

Les deux sœurs Wickwood ne pourraient pas être plus opposées ! Allegra, bien qu’étant un spectre, respire la joie de vivre. Elle aime les ragots, la conversation, les bonnes manières, et a tout de la jeune débutante prête à faire son entrée dans le monde. Médora est la sœur grincheuse, cynique et terre à terre (faut dire que contrairement à Allegra elle a un estomac à remplir).

Cette étrange opposition entre les deux est importante dans le roman, à la fois car c’est quelque chose qui saute aux yeux des autres personnages dont nous avons parfois le point de vue et surtout parce que leur opposé les rend aussi très complémentaires. On ne se lasse pas de leurs discussions, de leurs chamailleries et si parfois celles-ci évoluent en véritable disputes, elles ne parviennent pas à cacher l’amour qu’elles se portent.

Une quête royale

Comme le précise le résumé, si les Wickwood étaient autrefois une célèbre famille d’occultistes royaux, il ne reste plus rien de ce pouvoir ou de cette gloire chez Médora et Allegra qui doivent voler pour se nourrir et se terrent dans la maison qu’elles ont vu partir en flamme durant une triste nuit il y a quelques années.

La missive royale leur indiquant de venir au plus vite au castle pour une affaire de la plus haute importance est donc à la fois intrigante et inquiétante : on comprend la joie d’Allegra (qui rêve de voir leur famille retrouver sa gloire d’antan) et la méfiance de Médora (qui craint de finir la tête plantée sur une pique).

C’est à la fois la promesse du premier en cas de réussite et la menace du second en cas d’échec qui les attend finalement. Le roi, ne sachant plus quoi faire contre la famine qui ravage son royaume, espère des occultistes une prophétie qui assoirait son autorité et leur confie donc le Livre des Mondes obscurs, réceptacle des prophéties donc le texte a disparu, afin qu’elles le restaurent et inscrivent la sienne dedans.

Accompagnées d’un garde mutique qui ne retire jamais son armure et d’un paysan amoureux (d’Allegra. Amoureux d’un fantôme. On a connu plus pratique…), voilà les sœurs Wickwood parties à l’aventure, à la recherches d’indices sur le fameux Livre et la façon de restaurer son contenu.

La sombre histoire des Wickwood

A la recherche d’indices sur le grimoire, c’est finalement sur des éléments troublants concernant le passé familial que Médora et Allegra vont tomber. Pour les deux sœurs qui ont perdu la mémoire dans l’incendie qui a vraisemblablement couté la vie à Allegra, ces découvertes sont bouleversantes et vont les amener à se questionner, en plus du passé familial, sur leur passé à elles en particulier et l’origine de l’incendie…

Un peuple en colère

En plus de leur quête, le voyage des sœurs Wickwood va leur faire prendre conscience de l’état du royaume, qui est déplorable puisque le roi est plus occupé à flirter avec son capitaine de la garde qu’à trouver des solutions. Mais difficile de blâmer un roi alors le coupable est tout trouvé : c’est la faute de ces fichus occultistes qui ont gangrené le royaume toutes ces années. Et la collère tronde, s’attise…

ATTENTION : ce paragraphe contient des spoilers sur le roman dont il est question. Si vous ne voulez pas être spoilé.e, sautez directement à la conclusion

Les différentes révélations de l’histoire

A la base j’étais partie pour une chronique sans spoilers MAIS finalement j’ai beaucoup trop envie de discuter des révélations du romans pour celleux qui l’ont lu, donc c’est partie pour décortiquer tous les plots twists et autres surprises que nous réservent les sœurs Wickwood !

Premièrement, parce que c’est une partie qui m’a fascinée, parlons de l’identité de Ralph. Le fait qu’elle soit une femme était mon hypothèse depuis le début (puisque c’était une explication plausible à la fois au fait qu’elle cache son visage et sa voix) mais j’ai beaucoup aimé la façon dont Ludivine Irolla amène cette partie de l’histoire, ainsi que la relation étrange (je ne sais pas trop si on peut vraiment parler de romance) qu’elle tisse avec Médora.

Ensuite il y a le personnage d’Ursine dont je ne pouvais pas vraiment parler dans les parties sans spoiler, qui mérite qu’on parle d’elle parce qu’elle est tout de même incroyablement bien pensée. Cette vielle femme qui a subi la répétition des traumas familiaux, le passage du mythe de leur grandeur volée, et qui va croiser justement la route des héritières de ceux qui leur ont tout pris… C’est à la fois une antagoniste et pas vraiment une méchante, une femme courageuse qui a protégé a mémoire de sa famille jusqu’au bout, et elle m’a beaucoup touchée.

Et enfin il y a le fin mot de l’histoire des Wickwood. J’ai commencé à me douter après le passage dans le manoir des Ivel que peut-être Médora et Allegra ne faisait qu’un, mais je dois dire que la fin est parfaitement bien pensée. Elle répond à toutes les interrogations du lecteur, tourne la page après l’entretien avec leur mère et permet une belle fin aux personnages alors pour moi c’est une réussite !

En conclusion

Les sœurs Wickwood est un one shot très complet et original que je recommande sans hésiter aux fans de fantasy, encore plus si vous appréciez les ambiances gothiques à base d’esprits et de vieilles maisons !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.