Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon
Par titre

Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon

Hello ! Cette semaine j’ai lu un très bon roman de fantasy qui a beaucoup fait parler de lui depuis sa sortie, pour son aspect inclusif et sa taille (près de 1000 pages tout de même !). Il s’agit bien évidemment de Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon !

J’avoue qu’il a pas mal traîné dans ma pile à lire à cause de sa taille : pas que j’aie peur de me lancer dedans mais je voulais avoir du temps pour l’apprécier, ne pas le lire pendant une période de rush ou trop vite entre deux services de presse. Bon, finalement je l’ai lu pendant une période de rush au niveau des cours mais c’est un détail XD.

Le prieuré de l’oranger est indéniablement un coup de cœur. Pas non plus un gros coup de cœur, pour des raisons que je détaillerai dans cette chronique, mais un coup de cœur tout de même.

Le résumé

Un monde divisé. Un reinaume sans héritière. Un ancien ennemi s’éveille.

La maison Berethnet règne sur l’Inys depuis près de mille ans. La reine Sabran IX qui rechigne à se marier doit absolument donner naissance à une héritière pour protéger son reinaume de la destruction, mais des assassins se rapprochent d’elle…

Ead Duryan est une marginale à la cour. Servante de la reine en apparence, elle appartient à une société secrète de mages. Sa mission est de protéger Sabran à tout prix, même si l’usage d’une magie interdite s’impose pour cela.

De l’autre côté de l’Abysse, Tané s’est entraînée toute sa vie pour devenir une dragonnière et chevaucher les plus impressionnantes créatures que le monde ait connues. Elle va cependant devoir faire un choix qui pourrait bouleverser son existence.

Pendant que l’Est et l’Ouest continuent de se diviser un peu plus chaque jour, les sombres forces du chaos s’éveillent d’un long sommeil… Bientôt, l’humanité devra s’unir si elle veut survivre à la plus grande des menaces.

~ Retour sur cette lecture ~

Sororité et women power

C’est un fait assez connu concernant Le prieuré de l’oranger : il met en lumière des héroïnes fortes mais aussi des amitiés entre femmes, fait plutôt rare dans la fantasy de ce type (entendez façon Seigneur des anneaux).

J’ai adoré les personnages de ce roman. Ead est mon grand coup de cœur pour sa force ses rêves, sa franchise et sa droiture d’esprit. J’ai aussi beaucoup aimé Tané. Samantha Shannon s’amuse à créer des similarités entre les lignes de ces deux personnages et j’attendais avec impatience leur rencontre tout au long du roman : elle ne m’a pas déçue.

Comme on s’y attend, le roman est aussi plutôt diversifié en ce qui concerne la sexualité des personnages. Pour toutes ces raisons je vais sûrement beaucoup le recommander autour de moi !

Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon (fanart par @cleocatart)

Ead et Sabran par @cleocatart

Un univers complexe

A travers Le prieuré de l’oranger, Samantha Shannon offre un univers complexe, divisé comme l’indique le résumé. Un univers de fantasy avec des dragons, de deux types différents, dans lequel la religion divise avec beaucoup d’efficacité l’est et l’ouest.

Le prieuré de l’oranger de Samantha Shannon (fanart par @dreamcoloredink)

Fan art de Tané par @dreamcoloredink

En fait, c’est la complexité dudit univers qui va d’ailleurs expliquer la taille du roman : les 300 premières pages sont là pour nous l’introduire, qu’on en comprenne les subtilités.

Mais j’avoue avoir trouvé l’univers presque trop détaillé. Je comprends qu’on puisse rentrer dans ce niveau de détail pour une saga mais pour un one-shot, j’avoue que ça ma freinée et que c’est d’ailleurs la principale raison pour laquelle ce n’est pas un gros coup de cœur. Ce n’est pas le fait d’être complètement larguée au début qui m’a gênée (j’avais déjà expérimenté ça avec Six of Crows et le Faiseur de rêves par exemple et j’avais adoré) mais le fait que cette perplexité face aux codes de l’univers dure un bon moment.

Alors bien sûr, il y a de l’action durant cette première partie du roman mais elle ne m’a pas transportée. Ce n’est que plus tard que j’ai véritablement réussi à rentrer dans le récit et à l’apprécier, et je trouve un peu dommage que la période nécessaire pour appréhender l’univers soit aussi longue…

Par contre une fois qu’on est dedans, l’action devient omniprésente et c’est un plaisir de voir les pièces du puzzle si patiemment dessiné par l’auteure s’assembler pour former un tableau magique et mener à un final parfait !

Une histoire de religion

Un de mes péchés mignons, de sont les romans qui traitent d’une religion en l’analysant, qu’elle soit fictive ou non. Alors je peux vous dire que j’ai été ravie sur ce point. Le prieuré de l’oranger nous amène au cœur d’un conflit justement créé par la religion, et analyse de façon intéressante les trois religions principales de l’univers que l’on découvre.

J’ai aimé que les personnages à travers lesquels on découvre le récit aient des points de vue différents avec des religions différentes. Si au début du récit on a souvent la haine de l’étranger et que le mot « hérétique » revient beaucoup, tous sont ensuite amenés à remettre en question leurs croyances et en ressortent grandis.

En conclusion

Un excellent roman de fantasy qui est en train de s’inscrire progressivement dans les classiques du genre et qui le mérite amplement. Je vous recommande ce roman, mais veillez à avoir du temps devant vous pour le lire et même si les premières pages sont un peu longues, persévérez car la suite le vaut carrément !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.