Tara Duncan tome 9 : Tara contre la Reine Noire
Par titre

Tara Duncan tome 9 : Tara contre la Reine Noire

Hello ! En pleine relecture de Tara Duncan, je continue donc avec les chroniques de la saga. Aujourd’hui je vous présente mon avis sur le neuvième tome : Tara Duncan contre la Reine Noire de Sophie Audouin-Mamikonian.

Même si ce neuvième tome n’est pas celui qui m’a le plus marquée sur les douze de la saga, j’ai apprécié de le relire. Il est aussi le dernier à avoir en quelque sorte une aventure « individuelle » puisque les trois suivants s’enchaînent vraiment sans pause dans l’intrigue comme ça avait pu être le cas entre les tomes avant.

ATTENTION : cette chronique contient des spoilers sur le livre dont il est question ainsi que sur les tomes précédents

Retrouvez mes chroniques des tomes précédents :

Le résumé

« Certainement pas ! »

À la stupéfaction générale, Tara, le jour de ses seize ans, refuse catégoriquement de devenir impératrice d’Omois, alors que sa tante, Lisbeth, annonce qu’elle abdique en sa faveur. Et la stupeur devient terreur quand Tara s’incarne en… Reine Noire ! Démoniaque, prête à tout pour accéder au pouvoir, elle était tapie au fond de Tara depuis que celle-ci a utilisé la magie dans les Limbes, et attendait son heure…

Tara est obligée de fuir AutreMonde, car on veut la mettre aux arrêts afin de bloquer la Reine Noire. Il lui faut aller sur Terre, arrêter Magister. Elle sait aussi que, tôt ou tard, elle devra affronter celle qui vit en elle. Est-ce une entité démoniaque ? Ou la part la plus sombre d’elle-même ? Laquelle finira par dominer l’autre ?

~ Retour sur cette lecture ~

Dans la plaine

Le rythme de ce neuvième tome m’a semblé assez inégal. Au début, tout s’enchaîne : Tara et Lisbeth commencent à mettre en place une nouvelle façon de régner, le cas des objets démoniaques est abordé, Tara se transforme en Reine Noire et devient persona non grata sur Autremonde, elle s’enfuit sur Terre avec ses amis, veut atteindre les objets démoniaques et ils se retrouvent dans la plaine et… pause. Le récit s’étiole avec des tas d’intrigue secondaires qui finissent par être plus frustrantes qu’intéressante, puisqu’on veut voir Tara mettre les objets en sécurité.

La plaine en elle-même est une très bonne idée et toutes les intrigues qui s’y déroulent sont intéressantes, mais j’avais quand même l’impression que le récit ralentissait d’un seul coup. D’autant plus qu’une fois les héros sortis de la plaine, tout s’accélère à nouveau jusqu’à la fin…

Tara, Robin et Cal

« -Je n’ai vraiment pas fait exprès. Pauvre Robin, imagine que je sois en train de l’embrasser et qu’il se transforme en Archange! Cela me ferait à peu près le même effet.

-Hum

-Je ne sais pas pourquoi j’ai fait un truc pareil!

-Hum, Hum

-Dis donc, tu sais dire autre chose que « hum »

-Uh, Uh. Alors t’as pas aimé mon histoire de concombre?

Ils se regardèrent

Puis explosèrent de rire

-Un…un concombre Cal… vraiment tu exagères! finit par hoqueter Tara »

Sophie Audouin-Mamikonian, Tara Duncant tome 9

Là on arrive à l’un des aspects que je préfère dans ce tome ! Si dans le précédent Robin avait déjà commencé à me taper sur les nerfs (et, je le soupçonne, sur ceux de Tara), là on a enfin une évolution concrète de leur relation autre que de les voir se faire la tête à tour de rôle.

Et puis, dans Tara Duncan contre la Reine Noire, le couple se transforme en triangle amoureux avec une évolution de la relation entre Tara et Cal qui ne sont peu à peu plus simplement des amis.

A ma première lecture il y a quelques années, j’avais trouvé cette évolution subtile, j’ai un peu changé d’avis à la relecture… SAM donne vraiment une tonne d’indices pour voir venir la suite, mais c’est aussi ce qui le rend accessible très jeune donc pourquoi pas !

En tout cas le Voleur est au meilleur de sa forme avec des blagues toujours hilarantes et des idées toujours plus folles. Le coup du concombre se place dans mon top de fous rires littéraires, toutes sagas et genres confondus !

La Reine Noire gagne en pouvoir

J’aime beaucoup cette histoire d’alter-ego maléfique, même si avec le recul je pense que l’auteure aurait pu mieux développer cette idée et peut-être la mettre davantage au centre de l’histoire.

Elle apporte au récit une part un peu plus sombre, qui est bien sûr toujours contrebalancée par l’humour inimitable de SAM. C’est aussi l’occasion de voir Tara se débattre avec un nouveau défi qui, comme le soulignent ses amis, change des psychopathes. Enfin, c’est elle-même une psychopathe mais le fait qu’elle soir en Tara (et peut-être même une part d’elle) pimente le récit.

Une fin qui s’accélère

Comme je le disais un peu plus haut, dès lors que Tara et ses amis parviennent à s’extirper de la plaine, guidés par Demerius, les actions s’enchaînent à un rythme soudain accéléré. Seulement, là où j’aurais aimé voir les premiers jours d’organisation des amis de Tara ainsi que le début du règne de la Reine Noire, SAM place une ellipse qui nous amène directement (enfin, après quelques très rapides péripéties) au combat final entre elle et la Reine.

En conclusion

Un neuvième tome haut en couleur qui offre à Tara une ennemie intéressante. Malgré une inégale répartition de l’action, Tara Duncan contre la Reine Noire parvient à nous captiver de la première à la dernière page avec humour. Une saga jeunesse à lire !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.