Tara Duncan tome 8 : l’Impératrice maléfique
Par titre

Tara Duncan tome 8 : l’Impératrice maléfique

Hello ! Aujourd’hui je voulais vous parler du huitième tome d’une saga jeunesse que j’avais adorée il y a quelques années : Tara Duncan et l’Impératrice maléfique de Sophie Audouin-Mamikonian.

Je vous préviens, cette chronique risque d’être un peu étrange. En effet, je suis partagée. J’ai relu l’Impératrice maléfique afin d’écrire cet article. Et comme j’ai grandi, lu plein de romans et développé un avis plus critique, je ne suis pas forcément aussi enthousiaste qu’il y a huit ans. Il y a donc la moi de 10 ans, fascinée par les merveilleuses aventures de Tara qui fangirl a fond sur ce tome, le premier qu’elle ait acheté (avec son argent de poche !) et la moi de 20 ans, contente de retomber en enfance mais qui pointe plus facilement les incohérences du récit.

Bref, je suis schizophrène le temps d’un chaotique article. J’espère qu’il vous intéressera tout de même et si ce tome est moins fabuleux que dans mes souvenirs, il reste un très bon roman jeunesse que j’ai pris plaisir à relire et que je recommande toujours !

ATTENTION : cet article contient des spoilers sur le roman dont il est question ainsi que sur les tomes précédents

Le résumé

Bannie sur Terre pour avoir failli détruire AutreMonde, Tara est coupée de toute sa vie passée. Aucune nouvelle de ses amis, Robin l’elfe aux beaux yeux, Cal le Voleur Patenté ni Moineau la douce… Loin de son MagicGang, le temps paraît bien long à la jeune fille. Mais le jour de ses seize ans, des nouvelles terribles lui parviennent dans son exil : sur AutreMonde, les sangraves de Magister mènent une attaque simultanée contre les dirigeants des États et les membres du MagicGang. Il y a des blessés, on est encore sans nouvelles de certains…

La jeune fille comprend avec terreur que Magister veut anéantir ses proches. Sans ses amis, elle n’est rien, et il le sait. Quand il les aura neutralisés, il aura le pouvoir à portée de main.

Sauf que le coupable n’est pas Magister. La réalité que va découvrir Tara est bien pire. Folle d’angoisse et de rage, elle se décide à passer dans la clandestinité : elle va entrer illégalement sur le territoire magique pour aller au secours d’AutreMonde. Même si le seul moyen d’y parvenir est de traverser les dangereuses Limbes démoniaques…

~ Retour sur cette (re)lecture ~

Tara à bien grandi

J’avais oublié la prise de maturité impressionnante de Tara entre le septième et le huitième tome. Je trouve qu’elle a une véritable évolution, là où avant elle était parfois bien naïve. Et même si c’est parfois un peu tordu, je trouve intéressant de la voir réfléchir plus, analyser et parfois (mais pas trop souvent parce qu’elle est gentille) manipuler les gens.

Par contre, il y a une phrase dans le résumé qui à la relecture me fait carrément tiquer :

« Sans ses amis, elle n’est rien, et il le sait. »

Je comprends que Tara est un personnage peu sûre d’elle (même si c’est de moins en moins cohérent dans les tomes suivants), mais là ça fait beaucoup. Etant donné l’influence qu’a eu cette série et le nombre d’ados qui ont pu s’y identifier (oups) ce genre de phrases n’est pas top.

Tara Duncan tome 8 : l’Impératrice maléfique

Fan art par Emideclam

Un retour dans les limbes

Passons au gros de l’action de ce tome : les limbes démoniaques. Bon, en relisant je n’ai plus de surprises mais je me souviens d’avoir été carrément enthousiasmée par la série de cliffangers : les limbes terraformées, la manipulation d’Archange, les factions bleue et jaune, les bêtises de Robin… C’est quelque chose que j’apprécie tout particulièrement chez SAM, en tout cas avec Tara Duncan : elle a su apporter une nouveauté marquante à chaque tome et celui-ci ne fait clairement pas exception à la règle.

C’est un univers à la fois nouveau et déjà vu qu’elle propose avec ces limbes transformées. Il permet aussi de garder tous les membres du magicgang (et sylver) soudés grâce à un huis clos plus qu’efficace.

Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis

Vous l’aurez deviné, on va parler de Tara et Robin. C’est à partir de ce tome, dans ma lecture initiale de la saga, qu’il a commencé à me taper sur les nerfs. Eh ben ça ne s’améliore pas à la relecture. Alors qu’il est plus âgé, c’est clairement le plus immature des deux. Cela dit, l’erreur avec la démone (qui est en soi loin d’être la pire qu’il ait faite dans ce tome puisque je trouve son rejet au début lorsqu’il apprend pour le sort plus méprisable) apporte du piment et pas mal d’humour au récit surtout quand Tara le découvre !).

Le final explosif

A partir du retour de la petite bande au Lancovit, tout s’enchaîne. J’ai vraiment apprécié la fin (même à la relecture !) pour l’ingéniosité du plan de Tara ainsi que la montée en tension, alors qu’elle est mal en point. Et après l’enchaînement d’actions final, c’est l’annonce de fin.

« – J’ai également décidé de confier les rênes du gouvernement d’Omois à celle qui à démontré, une fois de plus, qu’elle n’hésitait pas à mettre sa vie en danger afin de défendre notre patrie contre ses ennemis. J’annonce donc officiellement que la nouvelle Impératrice d’Omois est Tara Duncan et son Héritière, Mara Duncan !

La mâchoire de Tara se décrocha à son tour.

– Oh ! fit-elle. »

Sophie Audouin-Mamikonian, Tara Duncan tome 8

Ce cliffanger (comme tous les suivants) m’a tenue une année entière. Je me souviens des spéculations avec mes amies sur la suite de la saga, les relectures des tomes précédents à la recherche d’indices… Bref, la fin parfaite pour un tome intermédiaire dans une saga !

En conclusion

Avec l’Impératrice maléfique, SAM offre à la saga un huitième tome largement à la hauteur des précédents, toujours plein d’humour et de rebondissements. Alors que la relation entre Tara et Robin prend un nouveau virage, les actions sont au rendez-vous, mais aussi la réflexion avec une intrigue toujours plus complexe et une Tara plus mûre et réfléchie. Même à la relecture, Tara Duncan reste une saga que, bien que très jeunesse, je recommande !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Découvrez ma chronique du tome suivant : Tara Duncan contre la Reine Noire

Signature

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.