Queen of Air and Darkness, une conclusion épique
Par titre

Queen of Air and Darkness, une conclusion épique

Queen of Air and Darkness est le troisième et dernier tome de la série The Dark Artifices qui fait partie des Shadowhunters Chronicles de Cassandra Clare. Il clôt les aventures d’Emma Carstairs et Julian Blackthorn.

Article lié : The Dark Artifices T1 : Lady Midnight

« Du sang innocent a été répandu sur les marches de la salle du Conseil, lieu sacré pour les Chasseurs d’ombres. Après  la mort tragique de Livia Blackthorn, L’Enclave est au bord de la guerre civile. Une partie de la famille Blackthorn s’enfuit à Los Angeles, cherchant à découvrir la source du fléau qui détruit la race des sorciers. Pendant ce temps, Julian et Emma prennent des décisions difficiles pour mettre de côté leur amour interdit et entreprennent une périlleuse mission chez Fées afin de récupérer le Livre Noir. Ce qu’ils découvrent à la Cour se révèle être un secret qui pourrait détruire les Créatures Obscures et les entraîner vers un avenir qu’ils n’auraient jamais pu imaginer. Pris dans une course contre la montre, Emma et Julian doivent sauver le monde des Chasseurs d’ombres avant la malédiction parabatai ne les détruise, ainsi que tous ceux qu’ils aiment. »

Traduction made by myself, c’est sur moi qu’il faut taper s’il y a des fautes XD

Note : ce livre sortira en français chez Pocket Jeunesse le 18 avril 2019, en attendant il faudra se procurer le magnifique Hardback anglais et galérer avec Google Traduction pour connaître l’histoire.

Ces quelques 900 pages qui concluaient TDA sont passées très vite et pour cause : il n’y a pas de temps morts, seulement des rires et des larmes.

La malédiction des Parabatai

Ce problème est au centre même de The Dark Artifices : l’histoire d’amour de Julian et Emma rendue impossible par cette malédiction. Dans ce quatrième et dernier tome, on connaît enfin le fin mot de l’histoire : d’où vient la malédiction, quel est exactement son effet ?

Il est horrible comme on nous l’avait annoncé et Emma et Jules souffrent dans ce tome comme ce n’avais jamais été le cas dans les deux premiers. Un véritable déchirement, qui m’ plus d’une fois tiré des larmes.

As long as you exist and I exist, I will love you.” – Julian Blackthorn

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

J’ai le coeur brisé, mais sinon ça va.

La découverte d’un autre « Edom »

Cassandra Clare l’avait promis, nos chasseurs d’ombres favoris découvriraient un autre monde dans Queen of Air and Darkness. A ce prix-là, ils auraient très bien pu rester ici, hein, on aurait moins souffert. Je ne vais pas rentrer dans les détails (spoiler-free oblige) mais il est question de points critiques, de ratés, de gens morts alors qu’ils devaient être en vie et inversement.

You might be in the cage, Jules, but as long as you are like this, I am in the cage with you.” – Emma Carstairs

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

Une enclave gangrenée

Après la mort tragique de Robert Lightwood, une certaine ordure répondant au nom de Horace Dearborn réussit à se faire nommer inquisiteur. Je trouve cette partie-là de l’histoire particulièrement intéressante car la Cohorte joue avec les peurs des Chasseurs d’ombres comme certains partis extrémistes peuvent le faire. L’analogie est forte.

Article lié : The Dark Artifices T2 : Lord of Shadows

Toujours est-il que si l’Enclave avait pu autrefois être un soutien en les personnes de Robert et Jia, elle devient dangereuse lorsqu’Horace Dearborn déterre des secrets et s’en sert à mauvais escient. Le pire étant les impostures de Zara, j’ai rarement autant éprouvé de haine envers un personnage. Cette fille est répugnante, du début à la fin du livre.   

If I see Zara come up riding the Loch Ness monster, we’re going home

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

Mark + Keiran + Cristina

Laissons les triangles amoureux aux autres, Cassandra Clare préfère les histoires mêlant cinq ou six protagonistes au bas mot. Le trio formé par Keiran, Mark Blackthorn et Cristina Rosales Mendoza est fascinant, et encore une fois la conclusion est loin d’être facile et bateau. Gros fou rire avec la réaction de la mère de Cristina, qui m’a l’air d’être une femme tout à fait intéressante.

This is the nature of having of a soul, Kieran, and a heart. We all stumble around in the dark and we cause each other pain and we try to make up for it the best we can. We are all confused.” – Cristina Rosales

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

La conclusion dont on rêvait

Bon, ok, pas exactement celle dont on rêvait. Mais l’épilogue de Queen of Air and Darkness, sans être aussi bien que celui de la Princesse Mécanique, ne laissera pas les fans des chasseurs d’ombres insensibles. Je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous-même ce beau moment.

Some might have called it the presence of God.

Magnus just thought of it as Alexander Gideon Lightwood.”

Cassandra Clare, The Dark Artifices : Queen of Air and Darkness

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Précommander maintenant ! (lien affilié)

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

Queen of Air and Darkness : une conclusion épique !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.