Light Years tome 2 : Supernova
Par titre

Light Years tome 2 : Supernova

Hello ! On reste une semaine de plus dans le thème de la science-fiction et de l’espace puisque je viens de finir le second tome de la duologie Light Years de Kass Morgan : Supernova.

Si vous voulez la paix… Préparez la guerre !

J’avais lu le premier tome lors de sa sortie il y a un peu plus d’un an et entre temps, j’ai découvert de merveilleux romans dans ce même style dont mon dernier big coup de cœur en date : Aurora rising. Donc même si j’avais adoré cette historie, j’appréhendais un peu de la retrouver maintenant, d’autant que beaucoup d’autres bloggeuses avaient été déçues de leur lecture pour avoir enchaîné les deux romans.

Ce n’est pas du tout mon cas ! J’ai apprécié Supernova au moins autant que Light Years, si ce n’est plus, et je recommande vivement cette duologie à tous les amateurs de science-fiction !

ATTENTION : cette chronique contient des spoilers sur le livre dont il est question, ainsi que sur le tome précédent.

Pour retrouver ma chronique du tome 1 c’est par ici.

Le résumé

La tension monte entre les Tétrans et les Spectres, et l’Académie aérospatiale de Tétra se prépare à une guerre totale, mettant à rude épreuve l’amitié des quatre cadets, Vesper, Arrann, Orèlia et Cormak.

Trahisons, chagrins d’amour, chantage et conspiration : rien ne leur sera épargné.

Ce n’est qu’en surmontant leurs différences que les jeunes prodiges pourront faire face aux forces qui menacent de plonger la galaxie dans le chaos.

~ Retour sur cette lecture ~

De l’action et des rebondissements

Ce que j’avais apprécié dans Light Years, c’est l’enchaînement d’actions qui rend le roman addictif. Avec les points de vue des personnages qui s’alternent, les plots twists se succèdent mais ne se résolvent pas immédiatement ce qui tient sans mal le lecteur en haleine.

Kass Morgan offre une nouvelle fois un page turner qui se lit vite avec des retournements de situations parfois pas si surprenant, mais une histoire qui se construit sans temps mort ni longueurs.

La théorie du complot

Alors que dans le premier tome on assistait principalement au déroulement de l’année à l’Académie, et en second plan à la guerre entre les tridiens et les spectres, elle passe désormais au premier plan suite à l’arrestation d’Orelia.

J’ai apprécié ce changement dans le récit et le fait qu’il y a davantage d’énigmes et de secrets dans ce tome que dans le premier, dans le sens où il ne s’agit plus de ceux des héros (même si celui de Cormak est toujours bien présent et prend de la place) mais plutôt de complots et mystères à plus grande échelle. Tout en s’élargissant dans l’univers qu’elle présente, l’intrigue se recentre aussi sur les personnages principaux et il y a moins de personnages secondaires que dans le tome précédent, ce qui le rend plus facile à suivre.

L’évolution des couples

Autant j’ai apprécié le nouveau tour que prenait l’intrigue de Supernova par rapport à Light Years, autant les lignes narratives des différents couples de la saga m’ont juste fait lever les yeux au ciel. Plus cliché tu meurs. Heureusement que j’adore ces personnages, parce que des fois leur comportement…

Du côté de Cormak et Vesper, la rupture était beaucoup trop prévisible avec le chantage de Ward. Ils se sont donc tous les deux contentés de suivre le scénario hyper bateau du type je-romps-avec-toi-pour-te-protéger-mais-je-t’aime-encore.

Arrrann et Dash ? Encore pire avec la lamentation post-rupture à coup de je-l’aime-toujours-mais-j’ai-ma-fierté. Bref, si vous aimez les scénarios classiques vous adorerez mais sinon il est probable que comme moi vous soupiriez à certains passages.

L’humour

Parce qu’heureusement les amourettes des héros ne sont pas le centre de même de l’histoire, cette dimension secondaire ne ternit pas le récit. Et quand le drama devient trop lourd, Kass Morgan dégaine une arme que pour le coup elle maîtrise bien : l’humour. Je l’avoue, j’ai ri plus d’une fois dans ma lecture et c’est quelque chose que j’apprécie tout particulièrement dans un roman donc c’est un bon point supplémentaire pour Supernova.

L’unique défaut

En mettant de côté les histoires de couple, j’avais déjà reproché au tome 1 d’expédier un peu vite la construction de son univers et les détails de l’intrigue. Rebelote. Il y a de nombreux passages ou j’aurais aimé en savoir plus : qui d’autre était impliqué dans le conflit interne ? Qui était allié au commandant suprême ? Quelques détails supplémentaires sur les différences entre les cultures sylvane et tridienne ?

Dans ce tome, on assiste à quelques flashbacks qu’ont Cormak et Arrann et j’ai vraiment adoré cet ajout au récit, mais encore une fois il ne s’agit que de minuscules fragments qui ne visent qu’à nourrit l’intrigue principale et pas vraiment à permettre au lecteur de mieux connaître les personnages. En bref, le problème est le même pour Supernova que pour Light Years : l’univers reste trop flou et on ne parvient pas à se l’approprier totalement.

En conclusion

Supernova est un second tome vraiment chouette et addictif malgré ses quelques défauts et si ce n’est pas un gros coup de cœur, c’est tout de même un roman que je recommanderai sans hésiter à tous les amateurs de science-fiction !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.