Fanart of Eden from DIMILY
Par titre

Did I Mention I Miss You : aussi plaisant que décevant

J’ai récemment terminé ma lecture du troisième et dernier tome de la saga d’Estelle Maskame. Et je dois dire que ce dernier volet m’a laissée sur ma faim. Je m’explique : pour tous les points de l’histoire que j’ai trouvés plus intéressants que dans les tomes précédents, il y avait un point négatif.

Les personnages

Dans ce dernier tome, on voit vraiment l’impact qu’a eu la relation d’Eden et Tyler sur les autres protagonistes, et sur eux-mêmes. Si j’ai eu envie de baffer Eden à peu près tout le livre (je ne l’aimais déjà pas avant mais là je ne la supportais plus), j’ai vraiment adoré connaître mieux Ella ou Chase.

Retrouvez 5 raisons de lire Did I Mention I Love You

L’évolution de Tyler m’a beaucoup plu et semblée plausible. Par contre le comportement du père d’Eden et sa pseudo explication ne me plaisent vraiment pas, je n’arrive pas à trouver une logique.

Les interactions entre eux

Il y a plusieurs relations/interaction que j’ai trouvés totalement irréalistes dans ce livre. Dans les premiers tomes, Estelle Maskame parle de sujets difficiles comme la violence envers les enfants ou les addictions à la drogue et à l’alcool.

Mais dans ce dernier tome tout est tout beau tout rose. Bon, pas exactement, on voit bien que la famille d’Eden part en vrille.

Seulement le moment où Eden recontacte Amelia et qu’elles se tombent dans les bras comme si elles s’étaient vues la veille… Je ne nie pas le fait que ce genre de relation existe, je constate juste que je n’avais pas imaginé leur relation comme ça.

Dans la même catégorie, Eden l’avait complètement oubliée alors qu’elle revenait à Portland. La ville où elles ont grandi ensemble. Autre fait étrange : Eden ne pense pas à ses ex-amies de cette même ville, celles qui lui ont pourri la vie. Amelia non plus ne les mentionne pas. On aurait pourtant pu penser qu’Eden pourrait appréhender de les croiser.

Autre point qui me hérisse : Chase. D’après le livre, il rentre en troisième, ce qui lui fait environ 14 ans, mais tout le monde le traite comme s’il avait moitié moins. Certes, c’est le plus jeune, le bébé de la famille mais le comportement des autres personnages laisse supposer qu’il est tout petit et innocent et qu’il faut absolument le préserver de ce monde de brutes. Même Eden le fait, et ce alors qu’elle évoque clairement au début du livre qu’il traîne avec des garçons de son âge un peu craignos. Logique. #ironie

Je ne parle même pas de la « résolution » du conflit entre Eden et son père. Ce dernier explique qu’il s’acharne sur sa fille car elle a pris le parti de sa mère, il y a des années, lorsque ses parents se disputaient. C’est vrai que ce n’est pas comme s’il l’avait abandonnée puis recontactée bien plus tard. Une des explications les plus foireuses de ce livre.

Article connexe : 5 raisons de lire Did I Mention I Need You

La fin

Dernier point qui m’a laissé une impression franchement mitigée. Tout le monde est en couple heureux. A dix-neuf ans, Eden emménage avec son petit-ami. C’est vrai que c’est très courant à cet âge.

On apprend aussi que dans le monde idéal de DIMIMY Rachael a gardé contact avec Snake et qu’ils sont en couple. Mais bon, elle ne l’a pas dit à Eden pour ne pas la blesser car Eden est une pauvre petite fille égocentrique incapable de se réjouir pour son amie, ou du moins c’est comme ça que celle-ci semble la voir.

Bref, tout est bien qui finit bien et tous les conflits sont résolus. J’apprécie que tout ait été résolu mais je suis déçue de la résolution, comme si tout s’était trop bien passé.

Did I Mention I Miss You : aussi plaisant que décevant

En conclusion

Un dernier tome dont je me serais presque passée, car il m’a plus déçue qu’apporté des réponses. Certes, la fin de DIMINY appelait à une suite, mais celle-ci m’a déçue.

Avez-vous lu cette saga ? La fin vous a-t-elle convaincue ? Quel était votre tome préféré ?

Bisous,

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *