5 raisons de lire Throne of glass tome 1 : L’assassineuse
Par titre

5 raisons de lire Throne of glass tome 1 : L’assassineuse

Hello ! Aujourd’hui on va parler du premier tome d’une de mes sagas favorites, Throne of glass (Keleana en français) : l’assassineuse. Cette série en sept tomes est un petit bijou d’intrigues, de combats et de fantastique. Cependant si je vous la recommande les yeux fermés, il faut savoir que la traduction française ne va pas au-delà du troisième tome, il faudra donc vous mettre impérativement à l’anglais pour connaître la fin.

A propos de ladite traduction, je ferais quelques apartés par la suite mais je trouve dommage de changer le nom du personnage principal et encore plus de renommer la série avec un mot qui n’existe pas (L’assassineuse ? C’est sérieux ?). Breeef promis, ça ne vous gâchera pas non plus votre lecture !

Le résumé

« Au royaume d’Adarlan, seule la secte des Assassins ose encore s’opposer au pouvoir du roi.

Keleana, la plus célèbre assassineuse du pays, a été condamnée aux travaux forcés.

Pour gagner sa liberté, elle doit combattre dans un tournoi à mort dont l’unique survivant devra servir le roi pendant quatre années. Mais les concurrents, l’un après l’autre, sont éliminés de façon mystérieuse et Keleana sent son tour venir. Manifestement, d’obscures forces magiques ressurgissent dans la cité royale et la jeune fille, pour sauver sa peau, devra trouver des alliés à la cour même du roi. Et jouer de toutes les armes dont elle dispose.

Son entraîneur, le capitaine Chaol, et le prince Dorian qui l’a prise sous son aile sont-ils dignes de confiance ?

En tout cas ils ne sont pas insensibles à ses charmes… »

~ 5 raisons de lire ce premier tome fabuleux ~

1 – L’intrigue complexe

En soi, l’idée générale de la saga Throne of glass est assez répandue, mais ce premier tome l’introduit de façon vraiment originale. Dans l’assassineuse, on suit donc Keleana (Caelana en VO) qui est libérée des mines d’Endovier pour servir de championne du prince Dorian dans un tournoi.

L’assassineuse est l’un de ces romans où tout est calculé au millimètre près pour s’emboîter parfaitement dans une intrigue complexe et savamment construite. Depuis l’introduction des personnages principaux jusqu’à l’enquête sur les meurtres des champions du tournoi en passant par les complots de la cour, tout est créé pour aboutir au début du tome 2 et au lancement réel de la saga.

Ce roman se lit rapidement et ne laisse aucun répit au lecteur, l’intrigue nous happe et nous tient en haleine jusqu’au dénouement.

Caelana Sardothien (Throne of glass, l'assassineuse)

Artiste inconnu

2 – Le côté trash

Avis aux personnes sensibles, Keleana a le même côté trash et parfois violent que Six of crows et autres romans du même style.

« Si vous continuez à me tripoter au lieu de m’apprendre à jouer, je vous arrache les yeux et je les remplace par ces boules de billard, menaça-t-elle. »

Celle-là est assez soft comparée à d’autres parties du roman. Après tout il s’agit d’un tournoi opposant des assassins et certainement pas les plus tendres, je vous conseille donc de ne pas le lire immédiatement après avoir mangé au vu de certaines scènes de meurtres.

D’un autre côté c’est à mes yeux une raison de le lire dans le sens ou on trouve peu de romans Young Adult aussi noirs tout en gardant le style réel qu’impose ce genre littéraire, c’est donc définitivement un bon point !

J’en profite ici pour ajouter un nota bene : même si sur le côté violent l’assassineuse est assez fidèle à la VO, les parties concertant le sexe sont assez édulcorées donc ça peut faire bizarre lorsque vous en arriverez à la partie non traduite…

3 – Une ambiance moyenâgeuse

Dans un fabuleux château accueillant le roi, sa cour et tous les divertissements qui l’accompagnent, on a un décor médiéval fascinant et maîtrisé. Le terme de tournoi et celui de champion du Roi renvoient d’ailleurs à cette période.

Vous adorerez découvrir ce décors, le faste de la cour et les complots qui inévitablement sont liés. Il y a aussi quelques passages plus futiles sur les toilettes de l’assassineuse (à vous de voir si vous appréciez ou non) et d’autres plus sérieux sur les enjeux politiques du royaume.

Malgré l’aspect fantastique et imaginaire, Throne of glass vous offrira donc aussi une sorte de retour dans le temps…

4 – Du mystique

Avec Throne of glass c’est aussi un nouvel univers que l’on découvre, avec ses paysages, ses habitants et surtout sa magie. Dans l’assassineuse, la magie en question implique de nombreux démons et autres créatures dont les descriptions vous feront froid dans le dos, une magie que Keleana va s’efforcer de comprendre.

Il est en tout cas peu probable que vous ayez croisé un autre univers livresque comme celui-ci et encore une fois cela contribue à tenir le lecteur en haleine tout au long du roman !

Il faut tout de même savoir que durant la suite de la saga tout n’est pas aussi glauque et noir et Sarah J Maas nous introduit d’autres pouvoirs bien plus féériques.

5 – Une héroïne badass come on les aime

Keleana est juste une de mes héroïnes favorites. Certaines de ses punchlines sont à mourir de rire, elle est sans complexe. Mais cette assassineuse est aussi un personnage au passé sombre et torturé. En bref, une héroïne géniale qui a plein de secrets à nous révéler et qui n’a pas sa langue dans sa poche.

« – Allez-vous-en, geignit-elle dans son oreiller. J’ai envie de mourir.

– Une belle vierge ne devrait jamais mourir seule, déclara-t-il en posant une main sur la sienne. Dois-je vous faire la lecture pendant vos derniers instants ? Quelle histoire préféreriez-vous ?

Elle arracha sa main de la sienne.

– Que diriez-vous de celle du prince idiot qui refuse de laisser l’assassineuse tranquille ? demanda-t-elle.

– Oh oui ! Celle-là, je l’adore ! Et elle se termine bien : en fait, l’assassineuse feignait seulement d’être malade pour retenir l’attention du prince ! Qui l’eût cru ? Quelle petite futée ! Et la scène dans la chambre est vraiment charmante… rien que pour elle, ça vaut la peine de lire ce tissu d’insanités !

– Dehors ! Dehors ! Laissez-moi et allez faire du charme à une autre ! »

Sarah J Maas, Throne of glass

De façon générale, tous les personnages ont du répondant ce qui amène des dialogues fabuleux comme celui-ci, et je vous garantis que vous adorerez aussi Chaol (my love !) et Dorian. Et malgré ce que peut suggérer le résumé, L’assassineuse n’a rien d’une romance à la Twilight (non que j’aie quelque chose contre les romances à la Twilight) et n’a rien de mièvre non plus.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

5 raisons de lire Throne of Glass (Keleana) : l'assassineuse

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.