Throne of glass tome 2 : la reine sans couronne
Par titre

Throne of glass tome 2 : la reine sans couronne

Hello ! Après ma relecture du tome 1 j’ai évidemment replongé pour un tour complet dans la saga et me voilà avec ma chronique du tome 2 : la reine sans couronne.

Comme on peut l’observer dans toute la saga, ce tome est très différent des autres. Si le tout crée une grande histoire, Sarah J Maas réussit l’exploit de se renouveler à chaque tome pour apporter à chaque fois une intrigue originale.

ATTENTION : cette chronique contient de nombreux et gros spoilers sur ce livre et le précédent !

Retrouvez mon article sur le tome 1

« Après un an d’emprisonnement dans les mines de sel, Keleana a gagné sa liberté en devenant l’assassineuse attitrée du roi. Pourtant, Keleana est loin d’être dévouée à la couronne… Jouer le jeu du simulacre est d’autant plus difficile que les ordres du roi l’obligent à menacer ceux qu’elle voudrait protéger. Les forces obscures qui menacent l’équilibre du monde, l’obligeront cependant à faire un choix, au péril de sa vie… »

Le tournoi est donc bien fini dans ce tome et laisse place à une intrigue bien plus politique au cœur même de Rifthold. Retour sur les hauts et les bats de ce second volet.

Le suspense du début

Les premières pages du roman créent un effet véritablement surprenant et réussi. A la fin du premier tome, on éprouvait de la compassion pour Keleana et le peu qu’on savait de son histoire additionné à ce qu’on avait pu observer d’elle en faisait un personnage intéressant, mais certainement pas froid comme ce qu’on observe au début de La reine sans couronne.

Lorsqu’elle arrive dans la salle du trône avec son sec contenant les têtes et mains du couple qu’elle devait éliminer, j’ai à chaque fois froid dans le dos. Elle paraît tellement insensible et dangereuse ! Cette introduction au tome est déroutante, heureusement que le suspense ne dure pas et qu’on comprend vite qu’elle joue la comédie pour le roi.

En tout cas l’effet est réussi : cette accroche nous replonge avec efficacité dans l’histoire de Keleana.

Les éléments de l’intrigue

Encore un tome bien chargé en termes de rebondissements. Au-delà de tous ceux que je vais détailler ensuite, de nombreux autres ingrédients en font une véritable réussite.

Il y a toujours des démons. Si Keleana a éliminé le Ridderak, elle croise au début de La reine sans couronne une nouvelle créature qui nous fait froid dans le dos. Sa rencontre avec Baba Jambes-jaunes n’est pas non plus des plus sympathiques mais permet à Sarah J Maas d’introduire les Dents de fer que nous serons amenés à croiser à nouveau dans les prochains tomes.

Le couple Keleana/Chaol

« Il aurait dû reculer, rétablir la distance entre eux, mais, au contraire, il se surprit à lui tendre les bras, à passer un bras autour de sa taille et une main dans ses cheveux pour la serrer contre lui. Son cœur battait si violemment qu’il était sûr qu’elle le sentait. Un instant plus tard, Keleana l’enlaça et ses doigts pressèrent son dos d’une manière qui lui fit sentir encore plus intensément leur proximité. »

Sarah J Maas, Throne of Glass T2

Je dois vous avouer quelque chose : même après un bon nombre de relectures la fin du livre me brise toujours le cœur. Parce que c’est aussi la fin de leur couple et que je l’adore.

Pour moi le couple formé par ces deux-là était évident dès le premier tome et je n’ai d’ailleurs jamais shipé Keleana et Dorian. Les voir se rapprocher de la frontière plusieurs fois par Chaol pour finalement la franchir est génial. La reine sans couronne regorge de jolies scènes entre eux et c’est toujours un plaisir de les relire. Leur valse le soir du bal, leur arrivée aux Saules et la jalousie de Chaol quand il découvre Archer, le moment où elle l’entraîne dans un placard et surtout leur rendez-vous le soir de l’anniversaire de Chaol : que des beaux moments.

Artiste : AlexielApril

C’est aussi triste de voir Chaol s’enliser dans les mensonges par omissions jusqu’à son enlèvement et le point de non-retour. Fait d’autant plus tragique qu’il est entre autres responsable de la mort de Nehemia…

La mort de Nehemia

Artiste : Charlie Bowater

Véritable point d’orgue du roman, la mort de Nehemia marque un tournant dans le récit en particulier dans le comportement de Keleana. On remercie l’auteure pour la description de la scène de crime assez traumatisante, heureusement qu’elle se fend d’une ellipse lorsque l’héroïne rend la politesse à Tombeau.

Cette mort en elle-même est triste mais c’est le chapitre qui suit qui la rend réellement poignante : le suicide des esclaves Elyweens dans les bagnes en apprenant la mort de leur unique espoir. Le passage est court mais parfaitement bien écrit et horrible émotionnellement. Encore une preuve s’il en faut de la qualité de la plume de Sarah J Maas.

Le portail

Directement lié à la mort de Nehemia il y a la création d’un portail par Keleana. Durant ces quelques chapitres on est incapable de lâcher ce livre qui nous tient en haleine alors que les évènements s’enchaînent : l’arrivée d’Archer, la révélation de sa trahison, l’apparition du monstre… Chaol fait encore une foi preuve de sa bravoure et de sa bonté, prêt à se sacrifier pour ses amis.

Je me souviens encore de ma surprise à ma première lecture de La reine sans couronne en découvrant que Keleana est une fae. Ce n’est bien sûr rien comparé à la fin de l’histoire mais cette partie-là était nettement moins suggérée.

Et encore cette abnégation de Chaol qui nous brise le cœur alors qu’il sacrifie tout ce qu’il aipme pour mettre Keleana en sécurité sur un autre continent…

La révélation finale

« Alors elle accomplit le geste le plus téméraire de son existence : elle se haussa sur la pointe des pieds pour lui chuchoter quelques mots à l’oreille.

Les mots qui lui permettraient de comprendre pourquoi ce qu’elle lui avait révélé comptait tant pour elle et pourquoi elle reviendrait un jour. Et elle savait que lorsqu’il aurait tout compris, il lui en voudrait éternellement. »

Sarah J Maas, Throne of Glass T2

Bon, le fait que Keleana soit Aelin était quand même bien suggéré depuis le début du tome, ce n’est donc pas vraiment une surprise. Mais au bout de déjà deux tomes, on sent soudain à la résolution de l’héroïne qu’on a eu qu’un avant-goût de l’histoire, qui ne fait que commencer. Et on court se procurer la suite.

En conclusion

Deuxième tome riche en révélations et rebondissements, La reine sans couronne est le pont entre le tournoi et le véritable début de l’histoire : la conquête du trône de verre par Aelin Ashryver Galathynius.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.