Throne of glass tome 3 : L’héritière du feu
Par titre

Throne of glass tome 3 : L’héritière du feu

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique du troisième tome de la série Throne of glass, le dernier traduit en français : L’héritière du feu.

ATTENTION : cet article contient des spoilers sur ce tome et les précédents.

« Dotée de pouvoirs de Fae qu’elle peine à maîtriser, Keleana n’est sûre que d’une chose : elle ne sera plus la marionnette de roi d’Adarlan.

Envoyée en mission loin du royaume, elle est prête à tout pour libérer le monde de sa tyrannie.

Mais seule Maeve, la dangereuse et trouble reine des Fae pourrait apporter les réponses à ses questions et les armes pour défaire le roi. Et cette alliance pourrait coûter cher à Keleana…

La jeune assassineuse parviendra-t-elle, cette fois, à atteindre son but sans y laisser son âme ? »

Dans ce troisième tome on retrouve Keleana, envoyée à Wendlyn par Chaol. Le capitaine essaie quant à lui d’assembler les pièces du puzzle qu’elle lui a laissé alors qu’il sait maintenant qu’elle est Aelin Galathynius, héritière de Terrasen. De son côté, Dorian cherche à maîtriser ses pouvoirs de peu de se faire envoyer au billot par son tyran de père. Donc encore un tome différent des précédents avec une intrigue qui change.

Les points de vue alternés

En règle générale, j’apprécie les livres dans lesquels on vit l’histoire selon plusieurs points de vue. Ca a d’ailleurs été le cas pour les premiers tomes de cette saga. Mais dans L’héritière du feu, chacun des personnages qu’on suit ne communique presque pas avec les autres ce qui gâche l’effet. Ainsi au lieu d’avoir plusieurs points de vue sur une même action ou révélation, on passe d’un bout du pays à l’autre à chaque chapitre en jonglant avec quatre intrigues différentes. Résultat : au lieu d’apprécier le changement de point de vue on a juste envie de sauter des chapitres pour lire la suite de l’histoire du personnage, d’autant plus que les coupures sont souvent à des endroits clés.

Manon Blackbeak

D’un autre côté, cela nous permet de faire la connaissance de Manon Blackbeak (Manon Bec-noir en français), une sorcière Dent de fer. Sarah J Maas nous avais déjà introduit ces femmes monstrueuses avec Baba Jambes-Jaunes, tuée par Keleana dans le tome 2.

Manon est donc l’héritière du clan Blackbeak, une jeune (du moins selon leurs critères) sorcières sans pitié que j’ai trouvée fascinante dès le début. En effet celle qui jure ne pas avoir de cœur évolue tout le long de l’histoire et se pose des questions.

Le roi d’Adarlan a créé et fait dresser des Wyverns dans la brèche de Ferian (d’où les bruits d’ailes mentionnés par Katlain) et invite les dents de fer à devenir leurs cavalières. Manon et ses Treize, ses loyales soldates, se retrouvent donc en compétition avec les sorcières des deux autres clans pour le choix de leurs montures et le commandement de leur armée.

Artiste : Alrooney

A la surprise de tous (y compris elle-même), Manon finit par choisir un Wyvern qui sert d’appât aux plus gros et qui semble déjà bien blessé. Elle enchaîne ensuite d’autres actes incongrus comme se battre pour défendre sa monture, le sauvetage d’une sorcière ennemie. C’est un personnage que j’adore tout particulièrement et que j’ai adoré rencontrer puis retrouver dans les tomes d’après.

Chaol Westfall

Artiste : @scinderart

Le capitaine ne cesse d’hésiter à prendre parti dans ce tome comme le souligne Aedion. Durant tout ce tome, il jongle entre les sentiments qu’il a encore pour Keleana, les complots avec Aedion et surtout la protection de Dorian, tout en restant en froid avec lui pour faciliter son départ pour Anielle.

S’il est vrai qu’il hésite beaucoup et refuse de se positionner avant la fin, on comprend aussi très bien son dilemme et on compatit. Si il est moins chevaleresque dans L’héritière du feu, il n’en reste pas moins dévolu à ses proches jusqu’au bout.

Les cadavres

Point commun jusqu’ici à tous les tomes : des cadavres semblent se matérialiser systématiquement à chaque passage de Keleana quelque part. Après les champions du tournoi puis les rebelles et Nehemia, dans L’héritière du feu ce sont des demi-Fae qui sont retrouvés morts régulièrement.

Encore une enquête qui mène à d’affreuses créatures contrôlées par le roi d’Adarlan et qui vous glacera le sang. De façon générale on en apprend plus dans ce tome sur les agissements du roi et ce n’est pas beau à voir.

Le personnage de Rowan

« J’ai l’impression que vous aimez souffrir. Vous collectionnez les cicatrices pour prouver que vous expiez vos péchés. Je le sais parce que j’en ai fait autant pendant deux cents ans. Répondez-moi : qu’espérez-vous, le paradis ou les flammes de l’enfer ? L’enfer, car vous avez trop peur de retrouver certaines personnes au paradis. Mieux vaut souffrir une éternité de damnation que… »

Sarah J Maas, Throne of glass T3

Rowan, au début je l’ai détesté. Comme tout le monde je pense. Son comportement envers Keleana est affreux, il est froid et désagréable. Et quand tout s’est arrangé, j’avoue que j’avais un peu de mal à y croire. Il est surpris de voir les cicatrices dans son dos mais la morsure du Ridderak ne lui fait ni chaud ni froid. Et son excuse pour son comportement c’est « Maeve ne m’avais rien dit ». C’est un peu léger.

Artiste : YuhimeBarbara

Bien sûr son attachement à Keleana est réel et le moment où il près à la rejoindre avec les Vlag et touchant, tout comme le fait qu’ils soient carranam. Mais j’ai tout de même toujours du mal avec le personnage qui est dur à cerner et le fait qu’il désire prêter un serment de sang envers Keleana juste après avoir été libéré de Maeve me semble plus malsain que mignon.

Le passé de Keleana/Aelin

C’est l’un des points vraiment intéressants de L’héritière du feu : on reconstitue enfin l’histoire de la reine de Terrassen et on comprend enfin certains détails qui remontent même jusqu’au tome 1 (notamment la mention de ses parents par Cain).

Lorsqu’on revit avec elle les pires moments comme la mort de ses parents, l’ambiance est assez sombre. Mais il y a aussi quelques beaux moments de tendresse avec sa mère et Aedion. Et enfin il y a la rage, celle de sa toute première rencontre avec le roi d’Adarlan. Découvrir toutes ces scènes est à la fois horrible et beau, et nous permet enfin de mieux comprendre le comportement de l’héroïne. Quant à elle, de les revivre ravive enfin la flamme qu’elle pensait éteinte alors qu’elle jure de délivrer son royaume

La fin

Aelin pète le feu (littéralement) de l’autre côté de l’océan et règle son compte à sa tante, Dorian et Chaol travaillent à faire évader leurs proches et Aedion ravive les braises de la révolution. Tout va pour le mieux et le roi d’Adarlan risque sous peu de perdre sa couronne et sa tête avec. Il reste une dizaine de pages, on se dit que le récit est fini.

PLOT TWIST. Le roi démasque un à un Aedion, Sorscha, Dorian et Chaol. Il emprisonne le premier, tue la deuxième et fait subir un sort pire que la mort à son propre fils. Seul le capitaine réchappe de cette confrontation, enfin résolu et nous offre un magnifique plan de lui en train de jeter son épée et avec elle ses anciens serments.

Déjà, cette fin est juste horrible mais je l’adore. Ensuite, c’est un appel à prendre le tome d’après, quitte à se convertir immédiatement à la lecture en VO.

En conclusion

Si ce tome a quelques défauts non présents dans les précédents, il reste tout de même fabuleux pour les nouveaux personnages introduits, son arc narratif et surtout sa fin aussi inattendue qu’horrible. Un troisième tome à lire absolument, de préférence en ayant déjà le 4 à portée de main.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.