Number 10 de CJ Daugherty
Par titre

Number 10 de CJ Daugherty

Merci à la Collection R pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un premier tome qui n’en est pas réellement un : Number 10 de CJ Daugherty.

Pourquoi ça ? Si Number 10 peut se lire à part, il s’agit d’un sequel a la saga Night School de la même auteure qui est d’ailleurs rempli de références diverses à l’histoire d’Allie Sheridan. En tant que fan de cette première saga, j’attendais avec impatience la sortie de ce nouveau roman et je dois dire que j’ai été tout à fait ravie par cette lecture. Tout y est : complots, politique, mystères…

Le résumé

La vie de Gray a basculé le jour où sa mère a été nommée Première Ministre du Royaume-Uni. Célébrité malgré elle, elle est traquée par les paparazzis et ses moindres écarts de conduite se retrouvent en une des journaux.

Les ennemis politiques de sa mère se font une joie d’exploiter les frasques de Gray, mais des menaces plus sinistres encore pèsent sur elle et sa famille, au point qu’elle doit être escortée par des gardes du corps.

Privée de sorties et de liberté, Gray va explorer les souterrains qui truffent le sous-sol du 10, Downing Street, jusqu’au jour où elle va surprendre une conversation qu’elle n’aurait jamais dû entendre…

~ Retour sur cette lecture ~

Un livre qui se lit indépendamment

Il faut savoir que Number 10 contient de très nombreuses références à Night School qui a mon avis apportent une meilleure compréhension de l’intrigue du roman. Mais d’un autre côté il n’est vraiment pas nécessaire de les avoir lus pour suivre l’intrigue du roman, donc même si vous manquerez des clins d’œil, sachez que s’il vous attire alors que vous n’avez pas lu Night School vous pouvez foncer !

Des complots et de la politique

Night School était tout à fait unique en son genre et Number 10 suit la même voie. Ce mélange de roman Young adult réaliste et parfois cliché, de politique et de mystères est toujours aussi réussi et entraînant.

CJ Daugherty nous emmène au cœur du Parlement britannique et de la politique anglaise en livrant une intrigue addictive avec complots et menaces à la clé. Entre les lieux fabuleux dans lesquels Gray enquête, les tunnels secrets et les bruits de couloir, elle nous propose un scénario inédit qui réussit à intégrer l’univers de Night School sans en être une copie.

Une adolescente rebelle et immature

Ok, Gray n’est pas un cadeau. Elle manque de maturité, n’a aucune conscience des risques qu’elle prend et possède une forte tendance à l’égocentrisme. Et si sa mère fait certes des erreurs, Gray est aussi très souvent à blâmer. Ce n’est pas vraiment l’héroïne idéale. On a souvent envie de l’assommer, mais d’un autre côté on lui pardonne car elle mène la plupart de ses actions pour aider sa mère (même si c’est souvent contre-productif).

Sur ce point j’attends du coup beaucoup des tomes à venir, je suis vraiment curieuse de la voir évoluer car c’est un aspect des personnages que maîtrise très bien l’auteure.

Les anciens de la Night School

ATTENTION : ce paragraphe contient des spoilers sur Night School et Number 10 ! (Par contre vous pouvez lire ceux d’après sans soucis)

De nombreux anciens de la Night School font leur apparition dans Number 10.

Le premier est Raj Patel, toujours là pour organiser la sécurité et fidèle à lui-même. Le père de Rachel s’arrache à nouveau les cheveux avec une protégée inconsciente aux tendances suicidaires mais reprend comme toujours le contrôle de la situation.

Ensuite, à ma grande surprise, on retrouve Miss-Parfaite, Julie. Concernant ce personnage, j’ai trouvé très perturbant le fait qu’elle soit renommée Julia (mais il s’agit bien de la même personne, on en a la confirmation dans l’histoire). Faute ou changement volontaire ? Aucune réponse dans le roman, à voir dans ceux à venir… Désormais agent pou Raj, l’ex de Carter se voit attribuer le poste de garde du corps de Gray et en voit de toutes les couleurs. Number 10 contient des chapitres écrits de son point de vue et c’est un véritable plus de pouvoir enfin la comprendre !

Nathaniel est toujours dans les parages. S’il n’apparaît que brièvement, cela suffit à nous mettre en garde pour la suite des évènements…

Et enfin, à la toute dernière page du tome, Allie Sheridan fait enfin son apparition. Et une apparition remarquée !

Tu dois être Gray, dit-elle d’une voix ferme et assurée.

Elle semblait n’avoir peur de rien.

– Je m’appelle Allie Sheridan. Je remplace actuellement la directrice. (Elle tendit la main.) Bienvenue à Cimmeria.

CJ Daugherty, Number 10

Autant vous dire que j’ai vraiment hâte de lire le tome 2 !

Un tome d’introduction

Je lis moi-même pas mal de chroniques réalisées par d’autres blogueurs et blogueuses et il se trouve que je ne connais personne qui ait eu la même impression que moi sur ce point, qui est totalement subjectif.

Mais voilà, dès le début du roman la mère de Gray commence à lui agiter sous le nez son fameux pensionnat (qui est Cimmeria comme l’auront compris les lecteurs de Night School). Je m’attendais donc à une introduction rapide sur la situation familiale de Gray et sa vie au 10, Downing Street puis un aller simple direction le pensionnat. Sauf qu’au contraire on a une action dans Londres qui dure tout au long du roman et l’arrivée de Gray à Cimmeria n’a lieu qu’à la toute dernière page. Donc même si j’ai adoré Number 10, je considère qu’il s’agit surtout d’un tome d’introduction visant à présenter Gray et expliquer la raison de sa présence à Cimmeria plus qu’une histoire à part entière.

En conclusion

Un premier tome très prometteur qui laisse deviner une suite toute aussi fabuleuse que la première saga de l’auteure, qui réussit d’ailleurs avec brio à lier les deux sans pour autant imposer la lecture de la première pour comprendre Number 10. Un bon roman à lire sans hésiter !

Avez-vous lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.