Bienvenue dans l’anthropocène de John Green
Par titre

Bienvenue dans l’anthropocène de John Green

Merci aux éditions Gallimard jeunesse pour l’envoi de ce roman.

Hello ! Aujourd’hui on se retrouve pour la chronique d’un livre qui (fait assez inhabituel je vous l’accorde) appartient à la non-fiction : Bienvenue dans l’anthropocène de John Green.

Dès lors que je l’ai découverte, je suis tombée amoureuse de la plume de John Geen. J’ai adoré tous ses textes, de mon favori Qui es-tu Alaska à Nos étoiles contraires en passant par La face cachée de Margo, et bien d’autres.

J’étais donc tout à fait curieuse de découvrir son premier ouvrage de non fiction, une série d’essais sur l’Homme qui promettait d’être fort intéressante. Malheureusement, ne faisons pas plus durer le suspense, je n’ai pas du tout accroché à Bienvenue dans l’anthropocène.

Bien évidemment, je vais détailler cet avis dans les quelques paragraphes qui suivent mais je vous rappelle avant tout que mon avis est purement subjectif et vous invite comme toujours à vous faire votre propre avis sur le roman.

Le résumé

Bienvenue dans l’Anthropocène, l’époque géologique actuelle, qui est caractérisée par l’impact considérable des humains sur la planète. La grotte de Lascaux, notre capacité d’émerveillement, Mario Kart, les couchers de soleil… John Green explore notre monde humano-centré à travers 44 chroniques aussi personnelles qu’universelles !

~ Retour sur cette lecture ~

La magie de la plume

Il s’agit d’un texte de John Green, en non fiction l’auteur garde donc une plume très similaire à celle qu’il a dans ses romans avec cet humour léger et bien placé ainsi que sa simplicité. Cependant, j’ai eu plus de mal à retrouver sa poésie, ce rythme dans les phrases qui nous fait dire sans la moindre hésitation que « c’est du John Green ».

Bien sûr, il est très clair dès l’introduction de Bienvenue dans l’anthropocène que l’auteur a pour intention de se démarquer totalement de ses précédents ouvrages avec celui-ci (un pari tout à fait réussi puisqu’il se renouvelle). Mais je dois avouer que j’ai été un petit peu déçue qu’il le fasse autant, de ne pas retrouver davantage le style poétique de ses romans.

Des réflexions passionnantes…

A travers 44 chroniques, John Green réfléchit à l’humain et à plein d’aspects de l’humanité, de sa portée temporelle à ses inventions. Je trouve vraiment enrichissant qu’il livre toutes ses réflexions, parfois extrêmement personnelles, à travers ces textes.

Les sujets proposés sont tous très intéressants et il fait beaucoup de vulgarisation (dans le bon sens du terme), c’est une lecture qui apporte de la connaissance et de la réflexion au lecteur. Les intitulés des chapitres semblent souvent flous mais tout s’éclaircit dès les premières lignes et on prend plaisir à en apprendre plus sur chaque nouveau thème qu’il décide de traiter.

Par moment, comme John Green illustre ses réflexions par des anecdotes tirées de sa propre vie, Bienvenue dans l’anthropocène prend alors des airs de biographie, ce qui n’était pas non plus pour me déplaire. Malheureusement, on se perd parfois au milieu des anecdotes personnelles…

…mais un fil parfois dur à suivre

Je ne parle pas ici du fil conducteur général qui est plutôt bien mis en place, mais du fil des réflexions de l’auteur. J’avoue avoir décroché plus d’une fois de ma lecture. Bien sûr, c’est assez courant lorsque je lis de la non-fiction car ce sont des concepts pas toujours évidents à intégrer qui nous sont présentés et le cerveau peut avoir besoin de faire une pause.

Mais dans ce cas précis, c’était plus souvent dû à une suite d’anecdotes dont j’avais soudain perdu le fil, que je peinais à retrouver. J’ai plus d’une fois eu l’impression de lire une réflexion brute, dont les mots ont été travaillés mais dont l’enchaînement ne l’était pas, comme si on était dans la tête de l’auteur. Un auteur pas toujours facile à suivre…

En conclusion

Alors que j’ai entamé cette lecture avec l’envie de retrouver une plume que j’adore et de me cultiver, j’en ressors très mitigée. Si plus d’une des 44 chroniques contenues dans ce recueil était intéressante, j’ai aussi eu l’impression que certaines étaient surtout là pour raconter la vie de John Green et ne servaient à rien d’autre…

J’ai été déçue de ne pas retrouver la poésie presque magique des mots de John Green, et de le voir si loin de ses textes habituels. Bien sûr, je savais que Bienvenue dans l’anthropocène serait différente mais je m’attendais à autre chose. Après lecture, j’ai presque l’impression que ce recueil n’est pas à destination de ses lecteurs habituels, mais d’un public plus âgé.

Attention, j’en retire aussi du positif : une bonne dose de culture, la découverte de la vie de l’auteur… Ce n’est juste pas ce à quoi je m’attendais, d’où ma déception. Maintenant, je n’ai plus qu’à conclure cette chronique en vous invitant a vous faire votre propre avis sur Bienvenue dans l’anthropocène !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.