Les aventures d’un apprenti gentleman
Par titre

Les aventures d’un apprenti gentleman

Hello ! Aujourd’hui je vous présente une épopée un peu folle et totalement décalée, se déroulant il y a bien longtemps : Les aventures d’un apprenti gentleman de Mackenzi Lee.

Il y eu beaucoup de hype autour de ce titre et je dois dire qu’il me tentait vraiment par son résumé, alors il a très rapidement atterri sur ma shortlist de Noël puis au pied de mon sapin. Avec un grand nombre d’avis positifs en tête en commençant ma lecture, je me suis globalement rangée à l’avis général malgré quelques fausses notes qui viennent nuancer cet avis peut être moins enthousiaste que ceux que vous pourrez lire ailleurs…

Le résumé

Monty rend tout le monde fou : les hommes, les femmes… mais surtout son père.

Jusqu’ici, personne n’a réussi à dompter Henry Montague, dit  » Monty « . Son père ne sait plus quoi faire de cet héritier volage dont les seules passions sont le jeu et la boisson, et qui aime par-dessus tout se réveiller chaque matin entre des bras différents. Cette fois pourtant, c’est décidé : après son tour d’Europe, il devra reprendre les rênes du domaine familial. Déterminé à conquérir tous les plaisirs que pourra lui offrir le Vieux Continent – ainsi que le cœur de Percy, son meilleur ami –, Monty fait fi des attentes de son père. Le voyage se transforme alors en chasse à l’homme, avec Monty dans le rôle de la proie…

Les premières lignes

Je suis loin d’être la seule dans ce cas : j’adore les premières lignes marquantes, celles qui annoncent un très bon roman comme dans Shades of Magic (et plein d’autres romans, mais SOM est le premier exemple qui me vient en tête). Je trouve que celles de Les aventures d’un apprenti gentleman sont justement de ce type donc j’avais envie de les partager avec vous.

« Le matin du départ, je me réveille au lit avec Percy. L’espace d’un instant troublant, je ne sais plus très bien si nous avons passé la nuit ensemble… ou ensemble. »

Mackenzi Lee, Les aventures d’un apprenti gentleman
Les aventures d’un apprenti gentleman

Fan art par Ace Artemis

Les personnages

Au centre de cette épopée, il y a un entraînant trio qui a pour lui une construction intéressante, des personnages travaillés et une dynamique qu’on prend plaisir à voir évoluer tout au long de ce Grand Tour.

Il y a bien évidemment Monty. S’il m’a beaucoup fait rire, il m’a aussi énormément agacée au point que j’avais parfois l’impression qu’il gâchait un peu l’histoire. Il est égocentrique et irréfléchi, insolent et on a parfois plus envie de lui coller une baffe que de l’encourager…

Percy par contre… Placer un personnage de couleur à cette époque et en plus en faire un noble, c’est juste une très bonne idée qu’on ne croise pas assez souvent, surtout dans le Young Adult ou les romans se déroulant à cette période traitent plus souvent de jeunes nobles à marier que de personnages comme Percy.

Enfin, ma favorite du trio Felicity. Dès son apparition, alors que Monty m’agaçait déjà depuis quelques pages je l’ai elle adorée. Plus on en apprend sur elle et plus on réalise comme elle est badass, indépendante, courageuse, sensée, bref tout l’inverse de son frère. Elle aussi m’a fait rire et je regrette un peu qu’elle n’ait pas pris plus de place dans ce roman. Heureusement le second tome sera centré sur elle, j’ai d’ailleurs réellement hâte de le lire !

Le contexte

Un plongeon dans l’Histoire… et un voyage en Europe ! Alors que la plupart des romans historiques se contentent d’un lieu unique, Monty, Percy et Felicity emmènent le lecteur dans un voyage à la découverte de Versailles, mais aussi Barcelone ou Marseille. En bref, rien que le cadre du roman vend du rêve.

L’histoire d’amour

« Le drame de ma grande histoire d’amour avec Percy, c’est qu’elle n’a rien de grand ni d’une véritable histoire d’amour, en raison de son caractère unilatéral. Contrairement à ce que l’on pourrait supposer, ce n’est pas non plus un pavé homérique qui me pèse depuis l’enfance. C’est plutôt la simple histoire de deux garçons qui, depuis toujours, comptent beaucoup l’un pour l’autre, et un matin, assez involontairement, l’un d’eux se réveille en découvrant que cet attachement s’est sublimé en un désir soudain et intense de plonger sa langue dans la bouche de l’autre. »

Mackenzi Lee, Les aventures d’un apprenti gentleman
Les aventures d’un apprenti gentleman

Fan art par TJ Ryan

J’ai bien aimé la construction de cette histoire d’amour et le réalisme de la façon dont Monty la vit, ainsi que ses balbutiements tout au long du roman. Un point positif, même si j’aurais aimé une évolution peut-être un brin plus rapide.

Un roman innovant

J’ai aimé l’aspect inédit de Les aventures d’un apprenti gentleman. Entre des personnages dont la condition est encore peu évoquée (Percy mais aussi quelques autres chouettes rencontres), une maladie elle aussi rarement placée dans ce contexte et une bisexualité totalement assumée par Monty, ce roman est étonnant et rafraîchissant !

Les fausses notes

Comme je l’expliquais au début, Les aventures d’un apprenti gentleman n’est pas un coup de cœur inconditionnel pour moi comme il a pu l’être pour d’autres à cause de quelques détails qui m’ont empêchée d’apprécier totalement l’histoire. Il y a le personnage de Monty, insupportablement agaçant, mais pas que.

Il y a les anachronismes frappants du point de vue linguistique. Si l’auteure prend soin de ne pas employer des expressions ou mots n’existant pas à l’époque telles qu’homosexualité, elle case par contre dans son texte des phrases comme « Percy m’attend déjà près de l’attelage, dos à la maison, ce qui me laisse le temps de mater discreto son cul ». Sur ce point, je ne sais pas si c’est Mackenzi Lee ou la traductrice qui est à blâmer, mais je trouve cela dommage.

Enfin, la dernière fausse note de ce roman est sa fin. Je ne parle pas de la conclusion que je trouve chouette et inespérée mais du déroulement des dernières actions du roman. Alors que les aventures du trio traînent en longueur à Barcelone, l’arrivée à Venise est vite faite et le passage dans la ville expédiée, avant que Monty ne se réveille à Santorin pour clore son histoire. J’aurais aimé une fin mieux travaillée et un déroulement du roman moins inégal…

Les notes de l’auteure

A la fin du roman, Mackenzi Lee nous partage ses recherches avec des notes sur divers aspect du roman. Je trouve ça absolument génial, c’est un aspect des romans que j’adore connaître (si c’est aussi votre cas, je vous recommande Secrets de Scott Westerfield) et je trouve super qu’elle prenne le temps à la fin de son roman de démêler la fiction de la réalité pour ses lecteurs. Un vrai plus !

En conclusion

Les aventures d’un apprenti gentleman est une chouette aventure historique que je vous recommande pour son originalité et son humour, même s’il n’est pas le coup de cœur inconditionnel que j’espérais en l’ouvrant.

Vous avez lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ?

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.