Le bal des folles de Victoria Mas
Par titre

Le bal des folles de Victoria Mas

Hello ! Aujourd’hui je voulais vous parler d’une lecture qui change un peu de mon registre habituel : Le bal des folles de Victoria Mas.

De temps à autres, en général sur recommandation de ma maman, je laisse tomber ma chère littérature Young Adult pour une excursion dans l’univers du contemporain « pour adultes ». Le genre de romans que (paraît-il) je devrais plutôt lire à mon âge (bref.). Après avoir lu plusieurs avis sur celui-ci (tous positifs) et l’ayant sous la main, j’en ai profité pour lire ce roman qui fait parler la blogosphère.

Le résumé 

« Depuis l’arrivée de Charcot à la Salpêtrière, on dit que seules les véritables hystériques y sont internées. Mais le doute subsiste… »

Chaque année, à la mi-carème, se tient, à la Salpêtrière, le très mondain Bal des folles. Le temps d’une soirée, le Tout-Paris s’encanaille sur des airs de valse et de polka en compagnie de femmes déguisées en colombines, gitanes, zouaves et autres mousquetaires. Cette scène joyeuse cache une réalité sordide : ce bal « costumé et dansant » n’est rien d’autre qu’une des dernières expérimentations de Charcot, adepte de l’exposition des fous.

Parmi elles, Geneviève, dévouée corps et âme au service du célèbre neurologue ; Louise, une jeune fille « abusée » par son oncle ; Thérèse, une prostituée au grand cœur qui a eu le tort de jeter son souteneur dans la Seine ; Eugénie Cléry enfin qui, parce qu’elle dialogue avec les morts, est envoyée par son propre père croupir entre les murs de ce qu’il faut bien appeler une prison.

~ Retour sur cette lecture ~

L’intrigue et la réflexion 

Vous l’aurez compris, Le bal des folles traite des femmes à la Salpêtrière au 19ème siècle. A cette époque, elles pouvaient avoir été internées pour folie mais aussi pour diverses raisons inventées par leur famille car elles étaient sorties des bonnes mœurs. J’ai trouvé la façon dont Vicotia Mas dépeignait ces injustices vraiment percutante. On s’attache facilement à ces jeunes femmes prisonnières plus que malades et on ne peut que compatir à leur situation.

On les suit à travers Geneviève, l’infirmière endurcie au fil d’années à travailler en ce lieu et Eugénie, la jeune bourgeoise dont le chemin va croiser celui du célèbre hôpital. Même si elles ne sont pas les uniques personnages principaux de ce roman, c’est vraiment à travers leur regard et leurs sentiments qu’est déroulée l’histoire. De plus, l’auteure nous permet de comprendre leur psychologie et tisse un lien véritablement intéressant entre elles deux qui apporte beaucoup à l’histoire.

Elle nous donne vraiment les clés pour comprendre le fonctionnement de l’hôpital et le dysfonctionnement de la société qui y envoie les femmes qui les embêtent.

Le style de l’auteure 

Bon, c’est là que ça pèche. Si l’intrigue et le propos de Le bal des folles valent carrément le détour et sont vraiment intéressants, j’ai eu un petit peu de mal avec l’écriture

Pour faire court, ce roman condense ce que je n’apprécie pas dans la littérature dite « adulte ». Les énumérations et figures de style à chaque page, le ton parfois condescendant et plein de jugement, l’aspect totalement détaché entre le narrateur et les personnages qui découle d’un manque d’empathie.

Lorsque certains sujets sont abordés on a parfois l’impression de relire la même litanie sur les injustices ou la monotonie de la vie des femmes internées ainsi que la magie du fameux bal, alors même que les actes et les actions dépeignent tout ça de façon beaucoup plus prenante. Je l’avoue : au fur et à mesure de ma lecture, j’ai parfois sauté quelques lignes d’un texte qui se perd de temps à autres dans des énumérations trop répétées.

Après il s’agit vraiment d’un avis très personnel et si je n’adhère pas à ce style d’écriture, je comprends qu’on puisse apprécier cela et je sais que ce roman en question a été largement saluée par la critique.

Le ton de l’histoire

Je me permets un petit Trigger Warning qui, même si on se doute que ce roman n’est pas des plus joyeux, aurait pu à mon avis être ajouté sur la quatrième de couverture ou au début du roman :

TW : viol, agression sexuelle, suicide

Parce que oui, ce roman est passionnant mais je pense que ça vaut le coup de rappeler que l’histoire est plutôt dure (par rapport aux injustices et à ce que subissent ces femmes). Et la légère touche fantastique à la façon de Maupassant qui se glisse entre les pages alourdit plus l’ambiance qu’autre chose. Donc bien qu’étant une lecture réellement intéressante, je vous conseille de la garder pour le bon moment car elle n’en est pas moins difficile !

En conclusion 

Un roman vraiment fascinant derrière lequel on sent le travail de recherche de l’auteure, et qui semble dépeindre avec beaucoup de justesse la situation des femmes qu’elle met en lumière à travers l’histoire. Si le style de Le bal des folles est parfois trop travaillé et manque de naturel, l’histoire et le propos sont vraiment intéressants et en font un roman à lire !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Si vous avez aimé ce livre, celui-ci pourrait vous plaire !

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.