Grisha tome 2 : Le dragon de glace
Par titre

Grisha tome 2 : Le dragon de glace

Après ma chronique plutôt positive du premier tome de la saga Grisha qui avait été un gros coup de cœur, je reviens ici vous donner mon avis sur le deuxième tome : le dragon de glace.

« Pourchassée par les hommes du Darkling, et hantée par le souvenir des vies qu’elle a pris dans le Shadow Fold, Alina s’adapte difficilement à sa nouvelle vie loin de Rakva, malgré la présence et l’amour de Mal.

Personne ne doit savoir qu’elle est l’invocatrice de lumière… pourtant Alina ne peut échapper bien longtemps à son passé et à sa destinée. Rapidement débusqués par le Darkling, fort de nouveaux pourvoir terrifiants, Mal et Alina sont retenus en otage sur le navire d’un mystérieux corsaire.

Le Darkling charge Mal de traquer une nouvelle créature magique : le dragon de glace. S’il se retrouvait en possession des pouvoirs du dragon et de ceux d’Alina, alors plus rien n’empêcherait le Darkling de mettre son terrible dessein à exécution… et de détruire Rakva. »

Si ce deuxième tome m’a vraiment plu, quelques détails m’ont empêchée de l’apprécier autant que le premier…

Malyen Oretsev

Mal, l’éternel amoureux d’Alina. Il m’agaçait déjà dans le premier tome car je n’appréciais pas son brusque changement de comportement vis-à-vis d’Alina. Ici c’était pire. Leur couple est presque malsain, l’un n’est heureux que quand l’autre est malheureux.

Leurs disputes ne faisaient pas vraiment avancer l’histoire et le comportement de monsieur le parfait traqueur m’a de plus en plus énervée jusqu’à l’apogée de sa stupidité à la page 345. Vraiment, je ne supporte pas ce personnage.

Une Alina qui manque toujours de relief

Ok, notre héroïne s’étoffe dans le dragon de glace. Alina prend du poil de la bête, un peu d’autorité et un grain de folie qui est loin d’être déplaisant. Malheureusement, cette évolution positive s’accompagne d’un égocentrisme de plus en plus important.

Je n’ai rien contre les personnages égocentriques tant que ce trait de caractère apporte réellement quelque chose (comme pour Eadlyn Schreave), ce qui n’est malheureusement pas le cas ici…

Par contre, il y a énormément d’éléments que j’ai apprécié !

Une histoire plus complexe

L’articulation du premier tome était assez simple, comparée à celle du dragon de glace. Ici on est servi en termes de rebondissements et si certaines actions sont complètement prévisibles, d’autres sont carrément What the fuck, surtout à cause d’un personnage dont on parlera plus loin…

De la politique

Fini la petite Alina toutou du Darking qui fait tout ce qu’on lui dit et se laisse bien gentiment manipuler. Dans ce tome on parle politique mais aussi mouvements populaires (vu que notre Invocatrice de lumière est involontairement devenue une sainte). J’ai adoré cette dimension et plus et voir Alina s’affirmer était aussi inattendu qu’agréable.

Alina et le Darkling 2.0

The Darkling

Note : ce portrait et celui de Nikolai sont emprunté à ce talentueux artiste

Je l’avais déjà dit dans le premier tome et je le réitère : le lien Alina/Darkling est vraiment l’un des points les plus intéressants de cette trilogie. D’autant plus qu’après une seconde traversée du Shadow Fold, ils se retrouvent liés d’une autre façon

Nikolai Lantsov

Nikolai Lantsov

On arrive à THE POINT qui fait que ce livre est par bien des aspects meilleur que le précédent. Je l’attendais cette rencontre (plutôt ces retrouvailles mais son apparition dans Six of Crows est très brève). Je comprends mieux pourquoi on dit de lui qu’il est le parfait bookboyfriend. Par où commencer ? Il est impertinent, manipulateur, dangereux, dingue, ingénieux… Nikolai m’a fait mourir de rire tout au long de ce tome (le passage avec la demande en mariage et l’histoire de capitaine de la garde personnelle, il m’a achevée).

Alors pour le plaisir, je partage avec vous quelques citations :

« – Je n’arrive pas à décider si tu es fou ou stupide.

– J’ai tellement de qualités, difficile de choisir. »

Leigh Bardugo, Grisha T2

« – Quand les gens disent impossible, généralement ça veut dire improbable »

Leigh Bardugo, Grisha T2

« – Fais attention à ce que tu dis, Nikolai, lâcha Mal tout doucement. Les princes saignent exactement comme tout le monde. 
Nikolaï retira une poussière invisible de sa manche. 
– Oui, mais il tachent de bien plus beaux vêtements. »

Leigh Bardugo, Grisha T2

Avouez que vous l’aimez déjà…

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.