5 raisons pour lesquelles Percy Jackson est une adaptation ratée
Films

5 raisons pour lesquelles Percy Jackson est une adaptation ratée

Hello ! En général je préfère les articles plus positifs mais j’ai encore vu récemment un post sur ce film disant qu’il était fabuleux par quelqu’un qui n’avait vraisemblablement jamais ouvert le livre. Ce n’est pas une mauvaise chose bien sûr. Mais que quelqu’un se dise fan de Harry Potter ou de Hunger Games à cause du film est tout à fait possible, après tout il connait l’histoire.

Par contre se dire fan de Percy Jackson à cause du film c’est impossible. J’ai même vu une pétition pour le renommer Peter Johnson (so accurate !) et j’ai trouvé ça bien.

Cela dit le film en lui-même n’est pas mauvais, on trouve largement pire dans le style action/young adult. Son intrigue est plutôt pas mal et il se dote de décors impressionnants comme le casino du lotus. Cet article n’a donc pas pour vocation de dire que le film est nul mais plutôt de pointer les raisons qui font que ce n’est pas l’histoire de Percy Jackson créée par Rick Riordan.

Voilà donc 5 (parce que plus c’était méchant) raisons pour lesquelles cette adaptation est un rétamage complet.

1 – L’intrigue

« Être un demi-dieu, ça peut être mortel…

Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus!

Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers. »

Ceci est le résumé du roman. On passera sur le fait que les premières erreurs du film sont déjà visibles ici (puisque Mme Doodle devient prof d’anglais et que Percy n’a pas à chercher longtemps : on lui sert sur un plateau le nom de son paternel). Mais surtout et de façon générale, l’intrigue du roman et celles du film sont très différentes.

Durant le livre, Percy est à la recherche de l’éclair, envoyé par une prophétie mystérieuse sur les traces d’Hadès. Dans le film, Percy cherche à sauver sa mère en réunissant assez de pierres magiques pour entrer aux Enfers et en repartir avec elle. Si il trouve l’éclair en chemin pourquoi pas. Et surtout aucune prophétie pour le guider.

On part donc sur deux intrigues assez éloignées, ce qui n’aurait pas été un si gros problème si le reste (personnages, actions clés) avait été respecté. Mais non bien sûr. C’est d’ailleurs entre autres pour cela que les adaptations n’ont pas pu aller au-delà du deuxième livre…

2 – Annabeth (et pas que…)

Petit comparatif : à gauche Annabeth telle qu’elle est décrite dans le roman (image tirée du site dédié à l’univers de Rick Riordan) et à droite Alexandra Daddario telle qu’elle est déguisée pour le rôle. Bon, je suppose que le problème est obvious.

Annabeth (Percy Jackson)
Annabeth (Percy Jackson movie)

On notera aussi que dans le film Percy et ses amis sont bien plus âgés que dans le livre. Ce qui n’est pas nécessairement mal, ce n’est ni la première ni la dernière adaptation à vieillir les personnages (Mortal Engines ou Shadowhunters pour n’en citer que deux) mais gâche cet effet façon Harry Potter où on fait la connaissance de personnages jeunes qu’on voit grandir.

D’ailleurs, c’est une des 10 raisons que je te donne de lire ces romans !

3 – La perte de l’humour au profit de l’héroisme

Parce que le film nous présente un Percy beau et fort qui manie déjà bien les armes et triomphe de mille dangers avec panache alors que dans le livres les triomphes sont plutôt dû au hasard et à Annabeth. Je trouve vraiment dommage que l’adaptation se soit affranchie de cet humour qui est pourtant la marque de fabrique de Rick Riordan. Petit exemple d’une scène que j’aurais aimé voir parce qu’elle m’avait fait rire dans le roman :

« Grover était assis en tailleur sur une couverture, avec un truc duveteux sur les genoux, un animal en peluche sale, d’une rose artificiel.

Non. Ce n’était pas une peluche. C’était un caniche rose.

Le caniche m’a lancé un jappement méfiant.

– Non, pas du tout, a dit Grover.

J’ai sursauté.

– Tu parles à cette chose ?

Le caniche a grondé.

– Cette chose, a rétorqué Grover d’un ton sévère, est notre billet pour l’ouest. Sois aimable avec lui.

-Tu parles aux animaux ?

Grover a ignoré ma question.

– Percy, je te présente Hortensia. Hortensia, Percy.

Je me suis tourné vers Annabet , m’attendant à la voir rire de cette farce qu’ils me faisaient, mais elle avait l’air terriblement sérieuse.

– Je ne dis pas bonjour à un caniche rose, ai-je protesté. Laissez tomber.

– Percy, a dit Annabeth. J’ai dit bonjour au caniche. Tu dis bonjour au caniche.

Le caniche a grondé de plus belle.

J’ai dit bonjour au caniche. »

Rick Riordan, Percy Jackson

Article lié : 10 raisons de lire les romans de Rick Riordan

C’est l’un de mes plus gros regrets concernant cette adaptation, d’autant plus que l’héroisme de Percy est tellement amplifié que ça en devient ridicule. Par exemple lors du capture l’étendard, le fait qu’il pas de mec terrifié incapable de se battre à beau gosse mettant tout le monde à terre en un clin d’œil, c’est trop. Et ce n’est sûrement pas l’esprit du livre.

4 – Le non-respect des codes

L’univers de la Colonies des Sang Mêlés ainsi que la mythologie grecque telle que Rick Riordan se l’est appropriée, ce n’est pas la mer à boire (sans mauvais jeu de mot). Enfin, il semblerait que si pour les réalisateurs du film qui sont incapables de coller 12 pauvres bungalows en demi-cercle. Pas plus que de donner une casquette et un bon vieux drap vert à l’un des personnages histoire de lui rendre ses attributs, ou encore de respecter les bases de la mythologie.

On passera sur les personnages non-introduits dans le film et ajouté à la va-vite dans un deuxième volet toujours aussi pitoyable (Parce que Percy Jackson sans Clarisse, c’est comme Harry Potter sans Draco : possible mais dommage).

En bref, si je devais faire une liste des 10 choses les plus importantes dans le livre à garder à l’écran, eux n’en auront conservé que deux ou trois. Dommage. Surtout que…

Percy and Hades

5 – Le dialogue qu’il ne fallait pas oublier

Seuls les deux premiers tomes ont été adaptés. Il y a bien sûr les raisons évidentes de cet abandon (financièrement parlant et surtout pour arrêter ce massacre !). Et puis il y a ce que les fans des romans avaient prédit dès le premier jour : l’incapacité pure et simple de continuer l’histoire. Parce que Percy Jackson est une saga bien écrite, le genre dans laquelle chaque élément a du sens et des répercussions dans la suite de l’histoire. Alors quand on fait passer à la trappe le duel entre Percy et Arès, l’histoire du casque d’Hadès ou encore un certain dialogue clé avec Luke, la suite ne passe pas.

Le seul moyen de continuer aurait été de massacrer encore plus l’histoire de base, je pense que c’est donc finalement une bonne chose. Mais bon, il aurait quand même fallu lire les livres et pas simplement la description Wikipedia avant de faire le film.

Mon petit doigt me dit que même la description wikipedia contient moins d’erreurs que le film XD

A ton tour : que reproches-tu à cette adaptation ? Autre chose à ajouter ?

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

5 ratés de l'adaptation de Percy Jackson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.