Bannière avec le logo du livre Nom de code Blackbird, par Anna Carey, éditions Bayard
Par titre

5 raisons de lire Nom de code Blackbird

Bonjour à tous !

Cet article est écrit dans le cadre de l’évènement Booktube et la Blogo en Livre qui rejoint Partir en Livre, la fête du livre jeunesse.

Booktube et la Blogo en Livre est un projet bénévole monté par des Booktubeurs et bloqueurs littéraires qui a commencé le 11 juillet. Il a duré jusqu’au 22 juillet et est suivi du off dont fait partie cet article.

Pour les réseaux sociaux, n’hésitez pas a suivre le projet : @bbenlivre

Donc je vais vous présenter un thriller jeunesse édité chez Bayard : Nom de Code Blackbird. Il est divisé en deux tomes, je me concentrerais ici sur le premier.

Un livre assez fin qui ne paie pas de mine avec sa tranche fluo et le labyrinthe dessiné sur la couverture. Pas trop le genre de roman qui m’attire, mais mon frère s’est laissé tenter, et comme je suis curieuse je l’ai lu aussi. Et il m’a réellement surprise.

1 – La chouette mise en page

J’aime bien les beaux livres dans le sens où leur « design » est surprenant. Quand je suis tombée dessus, il m’a plu. La tranche est colorée en fluo (rouge pour le tome 1, vert pour le 2). Ajoutez à ça le labyrinthe en fond sur la couverture et vous avez un côté assez gaming. Ce qui fait qu’en réfléchissant un peu on comprend vite, sans même lire la quatrième de couverture, qu’il va s’agir d’une sorte de jeu. Donc, une mise en page adaptée qu’on apprécie.

C’est un point que j’aime bien dans la littérature jeunesse : les éditeurs se posent moins de limites. Si au contraire on se balade dans le rayon adulte d’une librairie, con croisera des livres assez uniformes, peu d’entre eux seront aussi originaux que celui-ci.

2 – Un point de vue inattendu

Fini la première personne ou le narrateur omniscient. Trop courant. Avec ce livre, l’auteure, Anna Carey, fait un pari surprenant. Elle choisit d’écrire à la 2ième personne. Au début, on est surpris et un peu décontenancé, mais on s’habitue vite et ça ajoute de l’originalité.

3 – Pour comprendre

« Liste des choses que je sais :
Je suis à Los Angeles.
Je me suis réveillée sur les voies du métro à la station Vermont-Sunset.
Je suis une fille et j’ai de longs cheveux noirs.
J’ai un oiseau et un code (FNV02198) tatoués sur le poignet droit.
Je suis en fuite.
Des gens essaient de me tuer
 »

C’est tout ce que vous trouverez au dos du livre. Ce n’est pas le premier qui commence par une amnésie, mais je le trouve bien écrit, surtout que l’amnésie n’est pas le sujet principal mais juste un obstacle de plus.

4 – Pour l’adrénaline

Il y a sûrement des livres qui vous ont marqué pour la tension que l’auteur arrivait à mettre dans ses mots, comme lorsque Katniss est dans l’arène des Hunger Games par exemple. Nom de code Blackbird fait partie de ceux-là. Le livre noue embarque dans une poursuite dans les rues de Los Angeles, et c’est assez prenant.

5 – La double narration

Les passages (plus nombreux) à la 2ième personne sont entrecoupés de passages écrits à la troisième personne dont le héros n’est pas témoin. De ce fait, l’auteur apporte parfois des réponses, et d’autres fois davantage de questions. Cela dit, ils sont toujours utiles et font avancer l’histoire.

5 raisons de lire le livre "Nom de code Blackbird" d'Anna Carey
C’est tout pour cette fois ! J’espère vous avoir convaincu de le lire (ou à défaut de le relire).

Pour la suite du off de BB en livre, c’est par ici !

Vous connaissez d’autres livres avec une narration originale ? Vous avez lu celui-là ?

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *