5 raisons de lire Caraval de Stephanie Garber
Par titre

5 raisons de lire Caraval de Stephanie Garber

Hello ! Aujourd’hui je vous parle d’un gros coup de cœur que j’ai eu récemment. Il s’agit d’un roman fantastique parlant d’un jeu un peu particulier : Caraval, de Stephanie Garber.

« Remember, it’s only a game. »

Stephanie Garber, Caraval

Magique, onirique, surprenant, inquiétant, mystérieux… On peut trouver plein de qualificatifs pour décrire Caraval. Dès les premières pages on se laisse emporter par l’histoire de Scarlett et de sa sœur, vers un merveilleux spectacle.

Du coup, je vous le recommande à 100% et vous donne 5 raisons de vous plonger dans ce premier tome plein de mystère.

Le résumé

Depuis qu’elle a dix ans, Scarlett envoie des lettres au maître de Caraval, Légende, pour qu’il vienne donner son extraordinaire spectacle sur son île. Alors qu’elle a dix-sept ans et qu’elle est sur le point de se marier avec un inconnu, le maître de Caraval lui répond enfin. Il l’invite, elle et sa sœur Donatella à venir sur l’île des Songes pour voir le spectacle… Mais leur père, un homme tyrannique, refuse qu’elles s’y rendent.

Aidées par Julian, un marin, les deux sœurs s’échappent. Mais quand le bateau accoste sur l’île des Songes, Donatella a disparu, enlevée par Légende. Scarlett découvre que cette année le spectacle prend la forme d’un jeu dont le but est de retrouver sa sœur. Le gagnant verra son souhait le plus cher exaucé. Prête à tout pour sauver sa sœur, Scarlett accepte de participer, aidée par Julian. La jeune fille découvre alors un monde troublant, empreint de magie. Scarlett a beau savoir que tout ce qui se passe à Caraval n’est qu’un jeu, elle se retrouve bientôt empêtrée dans un univers à cheval entre rêve et réalité.

Finalement, dans ce monde, Scarlett n’est sûre que d’une chose : si elle ne retrouve pas sa sœur avant que les cinq nuits du jeu soient écoulées, celle-ci disparaîtra pour toujours…

~ 5 raisons de lire Caraval ~

1 – Est-ce que c’est réel ?

« Ce qui se passe au-delà de ce portail vous effraiera ou vous enflammera peut-être, mais ne vous méprenez pas. Nous tenterons de vous convaincre que tout est réel, mais ce n’est qu’un spectacle. »

Si vous aimez les romans qui jouent des tours au lecteur, qui le perdent, alors vous adorerez Caraval. On ne sait jamais à quoi (ou qui) se fier, l’idée étant que tout n’est pas forcément réel dans le jeu. Il faut bien évidement accepter de se faire manipuler par l’auteure, mais cela donne aussi lieu à plein de surprises tout au long du roman. C’est aussi l’aspect le plus intéressant du roman, qui fait douter le lecteur de tout ce qu’il comprend. Même certaines révélations s’avèrent ensuite fausse, et tout est en permanence remis en question.

Il y a un côté Alice aux pays des Merveilles dans ce roman, avec une héroïne qui est perdue dans un monde loufoque et surprenant. On retrouve aussi d’ailleurs l’aspect onirique et absurde du conte de Lewis Carol dans Caraval…

Legend from Caraval by @taratjah

Fan art par @taratjah

2 – Un mélange d’onirisme et d’absurde

A Caraval, la magie se mélange au réel pour donner un résultat étonnant, avec des passages cachés, des portes invisibles, des objets étranges ou encore des secrets et histoires comme monnaie. Si cet aspect onirique vire parfois à l’absurde, j’avoue que j’adorerai visiter le monde imaginé par Légende.

Encore une fois le livre est très déstabilisant mais de façon positive, on ne sait jamais quelle invention complètement dingue Scarlett découvrira ensuite.

3 – Un enchaînement d’action et de révélation

Une chose est sûre : il est impossible que vous vous ennuyiez avec ce roman dans les mains ! Dès le début du jeu, et jusqu’aux révélations finales, les actions s’enchaînent pour donner un véritable page turner.

Caraval est terriblement addictif et plein de suspens. On veut savoir qui est Legend, découvrir le passé de Julian, trouver où Donatella est enfermée et comprendre comment fonctionne le jeu. Alors si vous cherchez un roman que vous ne pourrez pas lâcher, qui vous tiendra éveillé longtemps, n’hésitez plus car Caraval est parfait pour ça !

4 – Les personnages

J’ai apprécié Scarlett, le personnage principal, sans pourtant être totalement sous le charme. Elle a un lien fort et beau avec sa sœur Donatella, fait preuve d’esprit d’initiative et est parfois un peu naïve, mais de façon générale agréable à suivre. Le fait qu’elle soit synesthète (c’est-à-dire qu’elle mélange les sens, pour elle les émotions ont une couleur) apporte une touche d’originalité au récit mais est finalement peu exploité.

Et elle est loin d’être le personnage le plus intéressant du roman. Malheureusement pour elle, elle fait pâle figure à côté de Julian et son passé mystérieux ou pire, du merveilleux Legend lui-même. Donc on part sur un roman rempli de personnages masculins menteurs et plutôt intéressants…

D’autres personnages sont caricaturaux du fait qu’ils jouent un rôle dans Caraval, mais l’épilogue est là pour démentir cette impression et ouvrir des perspectives intéressantes pour le second tome.

5 – La fin

Bravo à vous si vous arrivez à l’anticiper, car la fin de Caraval est véritablement étonnante. Alors oui, certains de ses éléments sont prévisibles, mais de là à assembler le puzzle dans son ensemble… Même lorsqu’on croit avoir le fin mot de l’histoire, un nouveau retournement de situation remet tout en question. Stephanie Garber nous maintient dans le doute jusqu’au bout pour nous achever avec un cliffanger ultime qui nous donne envie de nous jeter illico sur la suite.

En conclusion

Un coup de cœur addictif que je vous recommande, à la fois mystérieux et fabuleux. Si vous aimez vous perdre dans un livre, découvrir une belle histoire et tenter de deviner la suite des événements alors Caraval vous plaira sûrement !

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.