La Passe-Miroir tome 3 : la mémoire de Babel
Par titre

La Passe-Miroir tome 3 : la mémoire de Babel

Hello ! Aujourd’hui on parle du troisième tome de la saga la Passe-miroir de Christelle Dabos : la mémoire de Babel.

Attention, cet article contient des spoilers sur ce roman ainsi que sur les tomes précédents.

La Passe-miroir n’est pas le genre de saga dont on tome définitivement amoureux/se au premier tome. Elle est plutôt de celles qui commencent par nous convaincre puis se font addictives petit à peiti. Les fiancés de l’hiver, c’était un petit coup de cœur. Les disparus du Clairdelune, le début de la véritable intrigue. La mémoire de Babel, c’est le feu d’artifices de révélations, actions et citations qui en fait un vrai beau et gros coup de cœur comme on en a peu, le genre qu’on relit à l’infini. Parce que je l’avoue, je l’ai terminé hier et je n’ai pas pu résister à l’envie de le recommencer aujourd’hui.

« Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ? »

Quels sont les ingrédients d’un aussi beau coup de cœur ?

Un passage par Anima

Observatoire par Julie Dillon

Artiste : Julie Dillon

« L’horloge fonçait à toute allure. C’était une immense comtoise montée sur roulettes avec un balancier qui battait puissamment les secondes. Ce n’était pas tous les jours qu’Ophélie voyait un meuble de cette stature se précipiter sur elle.

– Veuillez l’excuser, chère cousine ! s’exclama une jeune fille en tirant de toutes ses forces sur la laisse de l’horloge. Elle n’est pas si familière d’habitude. À sa décharge, maman ne la sort pas souvent. Puis-je avoir une gaufre ? »

Christelle Dabos , La Passe-Miroir T3

L’arche d’origine d’Ophélie est en soi tellement fabuleuse que c’est dommage qu’on n’ait pas eu davantage de temps pour l’explorer dans les tomes précédents. Si ici non plus notre héroïne ne s’y attarde pas, on adore retrouver momentanément ces objets déjantés et coutumes étranges qui constituent le quotidien de l’arche d’Artémis.

C’est aussi l’occasion de revoir le parrain et la marraine d’Ophélie et d’observer une fois de plus leur dévouement envers cette jeune femme hors du commun.

La mémoire de Babel démarre donc sur un chapitre animé et haut en couleur qui nous ramène immédiatement dans le monde incroyable de la Passe-miroir !

Un chapelier fou et ses acolytes

« Mesdames, vous avez sous les yeux mes nouvelles possibilités et mes nouvelles ambitions, déclara Archibald avec un geste possessif pour la salle entière. Quant à mes nouvelles amours, les voici ! (Il souleva la fillette du comptoir et se mit à la brandir comme un trophée.) Ma petite Victoire, permettez-moi de vous présenter votre marraine et la marraine de votre marraine. »

Christelle Dabos , La Passe-Miroir T3

C’est un plaisir de retrouver Archibald (qui a tout du fameux personnage de Lewis Carroll) ainsi que Renard et Gaëlle, même si leur rôle est bien plus accessoire vu qu’Ophélie a décidé de se débrouiller seule dans ce tome.

Toujours est-il que l’humour de l’ex-ambassadeur ainsi que son rôle exemplaire auprès de Victoire nous font savourer ses brèves apparitions et le rendent toujours plus attachant !

Une petite prodige

Victoire est fascinante, comme elle était destinée à l’être en étant la descendance directe d’un esprit de famille. Son pouvoir est assez déconcertant, surtout par le fait qu’elle est incapable de s’exprimer ou de se déplacer seule lorsqu’elle est dans son corps. Sa capacité à observer les pouvoirs des autres personnages par leur ombre sera probablement très utile par la suite, même si pour l’instant elle lui cause seulement des frayeurs.

J’ai hâte de la voir grandir dans le tome suivant et d’assister à sa véritable rencontre et Ophélie et Thorn !

Victoire (La Passe-Miroir)

Artiste inconnu, n’hésitez pas à me l’indiquer si vous le connaissez

La découverte de Babel

« – Reste neutre, finit-elle par déclarer d’un ton placide. Observe sans juger. Obéis sans discuter. Apprends sans prendre position. Intéresse-toi sans t’attacher. Remplis ton devoir sans rien attendre en retour. C’est la seule façon de ne pas souffrir, conclut-elle en raturant un bloc d’instructions. Moins on souffre, plus on est efficace. Plus on est efficace, mieux on sert la cité. »

Christelle Dabos , La Passe-Miroir T3

On l’avait déjà constaté, chacune des arches est un monde à part, différent des autres. La mémoire de Babel nous emmène comme son nom l’indique à Babel, la cité des jumeaux Pollux et Hélène dont le talent est un surdéveloppement des sens.

Ici pas de grande famille soudée et joyeuse comme à Anima ou de cour froide et dangereuse comme au Pôle mais une société organisée dans ses moindres détails. Du code vestimentaire au fonctionnement de la cité en passant par les nombreux automates, Babel est une cité neutre destinée à la recherche et à l’apprentissage.

La Bonne Famille est encore plus particulière avec sa culture du succès et sa sélection impitoyable (on pourrait penser à une caricature de certaines universités). Cette manie de repousser les étrangers et de les séparer des descendants de Pollux est aussi très dérangeante, tout comme la manipulation constante de tout le monde sur cette arche notamment par la censure.

Cette longue visite de Babel me conforte pour l’instant dans mon idée qu’Anima est l’arche sur laquelle je préfèrerais vivre et de loin !

Des révélations tout au long du roman

Ophélie et Thorn (La Passe-Miroir tome 3 : la mémoire de Babel)

Artiste : Euclesiart

« Il sera une fois, dans pas si longtemps, un monde qui vivra enfin en paix.

En ce temps-là, il y aura de nouveaux hommes et il y aura de nouvelles femmes.

Ce sera l’ère des miracles. »

Christelle Dabos , La Passe-Miroir T3

Il y a tellement de plot twists et de révélations dans ce tome que je ne sais pas par où commencer. Peut-être par vous parlé des trois plus marquants, ceux que je ne suis pas prête d’oublier…

En premier, découvrir que Thorn ne se cache pas dans je ne sais quel coin sordide mais plutôt qu’il vit au grand jour sous le nom de Sir Henri et que c’est lui qui a orchestré le catalogue du mémorial de Babel car il est à la recherche d’un roman en particulier.

Le moment où Ophélie réalise que 1) Sir Henri n’est pas un automate et que 2) elle a retrouvé son mari vaut de l’or. C’est à la fois magnifique et frustrant car il ne ressort pas grand-chose de ces premières retrouvailles. En vérité, Chistelle Dabos semble prendre plaisir à jouer avec nos nerfs durant La mémoire de Babel, surtout par rapport à leur couple.

Ensuite, il y a la véritable identité de Dieu. Bon, ce point-là n’est pas encore tout à fait clair puisque on ne sait pas comment Emilie Dilleux est devenue Dieu ou encore qui l’a punie lorsqu’elle a divisé le monde (ce fameux « autre » ?). Toujours est-il qu’on avance dans l’enquête d’Ophélie et Thorn sur les véritables origines de leur monde et que cette révélation promet un dénouement surprenant à la saga.

Et enfin il y a l’identité du meurtrier, celui qui a tué Mme Silence, lobotomisé Mediana et terrorisé le professeur Wolf. Il y a plusieurs personnages sur lesquels j’aurais pu parier, mais certainement pas le vieux balayeur. La façon dont Ophélie met à jour son histoire et les risques qu’elle prend m’ont fait trembler dans mes chaussettes… Encore une révélation surprenante !

Et puis il y a bien sûr l’histoire autour de la petite Victoire, Dieux qui s’incruste chez Bernelide, Mediana qui manipule Ophélie et tous ces moments clés qui en font de La mémoire de Babel un tome prenant et plein de rebondissements !

Un couple phare

« – Vous croyez que c’est pour le monde que je fais ça ?

La tension qui lui électrifiait le corps s’amplifia aussitôt, contractant ses mâchoires et durcissant ses yeux. Ophélie réalisa alors que ce qu’elle avait toujours pris pour de la détermination était en réalité une véritable rage.

– Dieu a dit qu’il vous gardera à l’œil, murmura-t-il d’une voix suffoquée. Juste devant moi. Je fais un mari exécrable mais je n’autorise personne, et surtout pas lui, à harceler ma femme. »

Christelle Dabos , La Passe-Miroir T3

Il me semble qu’on peut enfin qualifier Ophélie et Thorn de véritable couple. En tout cas c’est l’un des plus fascinants que j’ai pu croiser dans les livres, et pour le coup sur ce sujet le tome était tellement plein de rebondissements…

Ophélie et Thorn (La Passe-Miroir tome 3 : la mémoire de Babel)

Fanart par Patricialyfoung

Le moment où Thorn se sert de ses griffes contre Ophélie, même si on apprend qu’il n’en avait pas conscience, m’a brisé le cœur. C’était une scène vraiment horrible ! Après toutes ses promesses, c’était une trahison pire que toutes celles auxquelles on avait assisté dans la saga…

La froideur de Thorn durant la plupart de l’histoire était d’ailleurs assez dure à supporter, j’avais envie d’entrer dans le livre pour le secouer un bon coup et lui dire de se bouger les fesses parce que là il enchaînait les bourdes !

Ophélie elle-même l’a aussi pas mal malmené, mais étant donné que l’histoire se déroule de son point de vue c’était plus difficile de s’en rendre compte.

Et puis il y a ce happy ending qui a ravi mon petit cœur de fangirl ❤ La mémoire de Babel aura été terrible pour leur couple mais avec une fin pareille, je veux bien tout pardonner. On a plus qu’à espérer que ça dure dans le quatrième et dernier volet de la saga !

Une fin à la hauteur de la précédente

La disparition de Thorn au tome 2 constituait une fin spectaculaire. Jusqu’à la dernière ligne, La mémoire de Babel semble avoir une fin heureuse. Et puis Victoire constate un détail qui fait tout basculer. Fin de l’histoire et rendez-vous au tome 4. Voir que Dieu/Dilleux a réussi à suivre Archibald et donc rejoindre Arc-en-terre est inquiétant pour la suite de l’histoire…

Je me demande qui se rendra compte de la « disparition » de Victoire, j’espère que ce sera l’occasion pour Farouk de jouer à nouveau un rôle important dans l’histoire. Et j’ai bien évidemment hâte de voir Mr et Mme Thorn mettre à jour toute la vérité de cette histoire bien complexe (et botter les fesses à Dieu au passage !).

En conclusion

La mémoire de Babel tombe définitivement dans mon top 5 de romans favoris, troisième tome hors du commun d’une saga que j’ai mis du temps à apprécier à sa juste valeur et que j’ai désormais à la fois hâte et peur de voir se clôturer. Un livre fabuleux comme peu le sont, la Passe-miroir est une saga à mettre entre les mains des lecteurs et ce à tout âge.

Vous avez lu ce livre ? Qu’en avez-vous pensé ?

Acheter ce roman (lien affilié)

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez l’enregistrer sur Pinterest :

La Passe miroir tome 3 : la mémoire de Babel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.