Lady Elliot Island : une lecture détente
Par titre

Lady Elliot Island : une lecture détente

Merci à Negalley et aux éditions Rageot de m’avoir permis de lire ce titre.

Hello ! Aujourd’hui je vous présente un petit roman qui a été une bouffée d’air en période de stress : Lady Elliot Island de Christophe Guillaumot.

Ce roman m’avait tapé dans l’œil dès les premiers teasings de Rageot sur Instagram, alors quand j’ai eu l’occasion de le lire je n’ai pas hésité une seule seconde. Le résumé vendait du superficiel mais aussi du mystère et une échappée sur une ile paradisiaque, pile ce qu’il me fallait en cette période de rush sur le plan scolaire.

Le résumé

Jeune influenceuse, Clara reçoit pour son anniversaire six billets d’avion. Destination : Lady Elliot Island, une île paradisiaque au large de l’Australie parsemée de terres aborigènes inviolables. C’est un Eden ceinturé par la barrière de corail, où pullulent tortues, raies et requins. Elle invite ses meilleurs amis et, pour corser leurs vacances, deux inconnus… Mais des incidents se multiplient. Sa vision défaille. Ce petit paradis lui réserve-t-il l’enfer ?

~ Retour sur cette lecture ~

Un roman qui est conforme à son pitch

Je m’étais intéressée à ce roman principalement pour son résumé (plus que par les retours d’autres bloggeuses, par son auteur ou par sa couverture) parce qu’il m’avait semblé sympathique et sans prise de tête. Et il faut dire ce qu’il est : Lady Elliot Island est cent pour cent conforme à son pitch.

Vous l’aurez compris : le mot d’ordre est superficiel avec une héroïne qui se croit le nombril du monde et ce roman a tout du plaisir coupable. Pas le type de roman à remporter un Goncourt pour son intrigue fabuleuse ou son analyse révolutionnaire de l’humanité à travers ses personnages bien construit. Mais pile le genre de lecture détente que vous adorerez glisser dans votre sac pour vos prochaines vacances, ou dévorer en un soir en mode pause.

Clara, influenceuse de son état

Je l’ai autant adorée que détestée. Dès le début du roman, l’héroïne monologue sur sa richesse, sa célébrité et le fait qu’elle est fière d’être une garce. Dans le style Blair Waldorf, on ne fait pas mieux. Exactement le genre d’héroïne ambivalente que j’adore croiser dans mes lectures et qu’on peut haïr de tout son soûl avant d’assister enfin à une prise de conscience doublée d’excuses.

D’un autre côté, on lit ce roman pour ça : suivre l’influenceuse insupportable et imbue d’elle-même et rire de ses problèmes de shootings photos ou de talons aiguille (spoiler : ce n’est pas le meilleur type de chaussures pour partir en voyage) jusqu’à ce qu’elle découvre (enfin !) qu’il y a plus grave dans la vie et qu’il serait peut-être temps de lever les yeux de son nombril pour regarder le monde autour d’elle.

Une lecture rapide

Le roman en lui-même est déjà court, mais avec un découpage astucieux et des chapitres qui se listent vite, il ne vous faudra pas plus de quelques heures pour venir à bout de cette chouette lecture. Ce qui en fait le roman idéal pour une pause : rapide à lire, dépaysant (avec comme mots-clés Australie et grande barrière de corail) et pas du tout prise de tête.

Ce qui m’amène à un point sur lequel je suis partagée. En effet, Christophe Guillaumot expédie certaines parties de l’histoire et ne crée pas d’intrigue secondaire, sacrifiant tout à son fil directeur. Mais du coup, il m’a presque manqué des passages. J’aurais aimé avoir un plus grand aperçu de la vie menée par Clara, peut-être même avoir une introduction plus longue dans laquelle on la voit choisir une victime pour son blog et diriger tout le monde à la baguette au lycée. D’un autre côté, j’ai apprécié le fait que le récit se lise vite et ne contienne aucune longueur, ce qui le rend agréable à lire. Donc je reste assez mitigée sur ce point.

Des mystères pas si mystérieux

Deuxième (et dernier) point qui ne m’a pas entièrement convaincue : le « mystère » autour de la personne qui en veut à Clara. L’identité du coupable était beaucoup trop évidente pour moi et Lady Elliot Island manquait de ce fait de piquant et de rebondissements. A cela près, les surprises offertes par le voyage sont sympathique et si l’auteur tombe parfois dans les scénarios classiques liés au style du roman, ça ne dérange pas du fait du récit entraînant et du cliché bien utilisé.

En conclusion

Un livre qui vous transportera à l’autre bout de la planète en compagnie d’une starlette superficielle, qui vous fera rire et surtout qui vous offrira une jolie pause sans vous demander d’effort de concentration ou de réflexion. En bref, le parfait roman détente pour vos prochaines vacances, en espérant qu’elles soient meilleures que celles de Clara…

Signature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.